Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
© Getty

Avec le «Geongangmi», les femmes se rebellent contre un dictat de beauté

Sarah Mangeleer
Sarah Mangeleer Journaliste

La Corée est bien connue pour ses implacables standards de beauté: une peau très claire et une silhouette la plus mince (voire maigre) possible. Un mouvement vient d’apparaître et a pris le contre-courant, on les appelle les « Geongangmi ». Leur cheval de bataille? Un corps bronzé et surtout, musclé.

Lire aussi: 5 astuces pour obtenir une peau parfaite copiées des Coréennes

D’où ça vient?

Yoo Wonhee a 26 ans et elle fait partie d’un groupe de femmes sud-coréennes qui prône le look « Geongangmi » ou « beauté saine », qui est axé sur la force et l’athlétisme. La jeune femme s’est confiée au magazine The Guardian et elle explique: « Si la peau totalement blanche était populaire dans le passé, il y a maintenant beaucoup de gens qui veulent une peau foncée, car de nos jours, de nombreuses célébrités affichent également un bronzage doré ».

« Je ne veux pas être maigre, je veux être plus forte, plus grande. Les normes sociales existent bien sûr, mais pour moi, il n’y a pas de meilleure norme que d’être satisfaite de soi-même » conclut Yoo Wonhee.

Il n’y a pas de meilleure norme que d’être satisfaite de soi-même.

Yoo Wonhee

L’obsession du corps parfait

Depuis, on voit apparaître de plus en plus de photos sur Instagram de Coréennes aux looks musclés et bronzés qui s’entraînent à la salle de sport. Le phénomène est si important que certaines sont prêtes à débourser des sommes astronomiques pour des shootings réalisés sur place, afin d’afficher le résultat de leurs efforts sur leur profil Instagram.

Pourquoi? Parce que ces photos, où les filles se montrent sous leur plus beau jour, sont le symbole ultime de « réussite ».

Une remise en question

« Beaucoup de femmes ont été exposées aux idées féministes, et cela affecte certainement le désir des femmes coréennes de rechercher une vraie santé, au lieu de simplement avoir l’air mince et belle », a expliqué Nikki Kim au magazine « The Guardian ». Yun Ji-Yeong, philosophe féministe et professeure agrégée à l’Université nationale de Changwon, affirme que depuis 2015, il y a eu un mouvement croissant de femmes qui refusent de se marier et veulent remettre en question leurs vies en Corée du Sud.

Si les choses se mettent lentement à changer en Corée, ce nouveau mouvement esthétique pose aussi question. En effet, certains critiques affirment que le « Geongangmi » a tout simplement remplacé les anciennes normes de beauté par de nouveaux idéaux tout aussi durs à suivre. « J’avais l’habitude de mourir de faim. Maintenant, je dois mourir de faim et faire de l’exercice. » a écrit une internaute. A suivre.

Lire aussi:

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires