Home Lifestyle Voyage Ce que la faillite de Thomas Cook dit de l’évolution des agences...

Ce que la faillite de Thomas Cook dit de l’évolution des agences de voyage

World landmarks photo collage on vintage tes sepia textured background, travel, tourism and study around the world concept, vintage postcard

La faillite de Thomas Cook annoncée le week-end dernier a envoyé des ondes de choc à travers la planète, pas seulement parce que des voyageurs se sont retrouvés coincés dans leurs hôtels, mais aussi parce que le voyagiste était non seulement le plus ancien au monde mais aussi un des leaders du marché. Internet a-t-il donc officiellement tué les agences de voyage? Oui et non: les voyagistes de masse sont morts, vive les agences de voyage de niche.

Dans un communiqué diffusé ce mercredi, l’ABTO, l’Association of Belgian Travel Organisers déplore la faillite du tour operator britannique et ses conséquences sur le secteur. “Hier était une journée noire pour le tourisme belge. Avec le dépôt de bilan de Thomas Cook Belgium et Thomas Cook Retail, nous perdons un acteur majeur sur le marché et un employeur pour de nombreux professionnels du voyage”. Et d’ajouter toutefois qu'”en tant qu’association professionnelle des organisateurs de voyages, nous avons appelé au calme afin de garantir les meilleures conditions possibles pour trouver des solutions pour Thomas Cook Belgique, l’un de nos grands membres”. Car contrairement à la filiale anglaise du groupe, pour l’instant, la filière belge tient bon. Pour combien de temps encore? Si les agences en ligne grignotent des parts de marché depuis belle lurette, aujourd’hui, entre comparateurs de vols et guides d’influenceurs accessibles gratuitement sur les réseaux sociaux, les agences de voyage telles qu’on les connaît sont menacées. La preuve: Thomas Cook UK n’a pas résisté, alors même que l’entreprise, fondée en 1841, pouvait s’enorgueillir d’être le plus ancien voyagiste toujours en activité. 

Faut-il en déduire que les agences de voyage sont forcément condamnées? À se réinventer oui, mais pas à disparaître. Il est désormais possible de trouver le meilleur tarif pour ses vols et des centaines de recommandations d’hôtels en ligne? Qu’à cela ne tienne, aux agences de voyage de proposer un nouveau modèle, qui fait la part belle au digital, mais surtout, qui investit des marchés de niche. Voire parfois, qui prend Internet à son propre jeu: puisque les offres de last minute aux prix défiant toute concurrence pullulent déjà sur la toile, pourquoi ne pas faire le pari de les rassembler sous un seul toit en créant une agence spécialisée dans les voyages de dernière minute aux tarifs compétitifs? C’est ce qu’a fait Michel-Yves Labbé, un expert du tourisme en ligne, qui a lancé l’application gratuite Départ Demain (disponible sur iOS et Android) où les voyageurs peuvent dénicher des séjours aux prix allant jusqu’à -70%, à condition d’être prêt à partir dans les 6 jours et de décoller via l’une ou l’autre ville française.

Rendez-vous en terre inconnue

Autre tendance, à l’heure où on peut déjà savoir avant même d’y poser les pieds à quoi ressemble l’hôtel, dans quels restos manger aux alentours et qu’y commander (merci Instagram, Tripadvisor et al.): choisir d’être surpris. Rare et incroyablement dépaysante, la surprise est un voyage en soi, et des agences telles que Mystery Travel l’ont bien compris. Le principe, un rendez-vous en terre inconnue, avec la destination dévoilée à l’aéroport seulement, et sur place, plein de surprises concoctées par l’agence.

Vous est-il déjà arrivé de voyager en ayant l’impression de tout connaître sur une destination avant même votre arrivée sur place? Vos guides de voyages vous ont déjà informé sur les principales attractions à visiter ou à ne surtout pas manquer. Des sites de comparaison vous ont dit exactement ce qu’il faut penser de votre hôtel. Google Earth vous a permis de jeter un coup d’œil en avance sur les rues avoisinantes. Pourtant tout cet effort pour éviter les incertitudes d’un voyage, peut également en diminuer l’excitation. Parfois il est préférable de faire un saut vers l’inconnu”

Un grand saut que Mystery Travel propose d’offrir à ceux qui ne craignent pas de se laisser guider à l’aveuglette.

Et pour une déconnexion encore plus totale, rien de tel que d’opter pour un voyage bien-être, ces derniers s’avérant également être un créneau florissant pour les voyagistes. En France, l’agence de voyage Namastrips propose des “séjours de bien-être et des voyages intérieurs pour vivre des expériences uniques et transformatrices”, avec une mission qui ne manquera pas de résonner auprès de nombreux milléniaux surbookés. “Votre quotidien va vite, trop vite ? Vous ressentez le besoin grandissant de vous reconnecter à vous-même? Vous avez envie de vous sentir mieux dans votre corps et votre tête? De vous éloigner du stress de votre vie quotidienne et de faire taire votre mental? Vous reconnecter à votre essence? Explorer votre spiritualité? Ou tout simplement faire une pause et respirer?”. Adieu, all in en Méditerranée et treks sacs au dos entre jungle et plages paradisiaques, ici, on opte pour un nouvel an Pilates, yoga et raquettes en Savoie, une retraite bien-être et beauté green au Maroc ou encore surf et yoga au Pays Basque.

Réinventer le genre

Et du côté des grands voyagistes traditionnels, on n’a pas dit son dernier mot non plus. Entre les traditionnels last minute, all inclusive et city trips, des groupes tels que TUI proposent des formules innovantes pour aller séduire un public plus ciblé, des vacances sportives aux régions viticoles en passant par des packages comédies musicales à Londres. “Il y a encore un grand pourcentage des vacanciers belges qui souhaitent confier leurs vacances à un tour-opérateur et ainsi ne devoir s’occuper de rien, explique-t-on du côté de chez TUI. L’avantage est avant tout l’assistance que les vacanciers reçoivent en cas de problème ou de question. TUI est garant du bon déroulement du séjour, de la réservation au retour de vacances, et fournit une solution aux différents problèmes qui pourraient arriver (changement d´horaires, retards, perte de bagages, grèves de partenaires,…). TUI a également ses propres marques d’hôtels ou travaille avec des partenaires fiables, il n’y a donc pas de mauvaises surprises”. En perte de vitesse, les agences? “Environ 50 % des vacanciers TUI réservent encore dans des agences de voyages. Le conseil y est apprécié et TUI continue d’investir chaque année dans de nouvelles agences. TUI a investi dans un modèle hybride et vend à la fois des forfaits de vacances mais aussi d’autres types de produits comme des vols seuls, des excursions, des citytrips, des extras tels que des voitures de location,… Il y a donc une réponse à chaque envie/demande et les offres sont de plus en plus personnalisées”. Et cela plaît: si “le nombre d’agents a fortement diminué dans les années 2000, et nous observons aujourd’hui une stabilisation depuis cinq ans: l’engouement pour les réservations en ligne serait-il en perte de vitesse?” s’interrogeait l’Union professionnelle des agences de voyage dans Travel Magazine l’hiver dernier. Et d’ajouter que “nous croyons que la profession est en pleine mutation positive, et ce, malgré les outils en ligne de plus en plus nombreux. Les voyageurs reviennent auprès des agences pour le conseil, les idées et la sécurité. Le nombre de voyageurs augmente, les risques – ou du moins ce que véhiculent les médias – augmentent également, et les associations professionnelles du secteur se réunissent pour parler d’une seule voix”.

Lire aussi: