Home Lifestyle #YouKnowMe: le hashtag qui invite à raconter son avortement

#YouKnowMe: le hashtag qui invite à raconter son avortement

Après le vote de la loi la plus répressive des États-Unis concernant l’avortement, des femmes du monde entier, dont des personnalités, ont décidé de l’ouvrir sur leur propre IVG, avec le hashtag #YouKnowMe.

Mardi dernier, l’État d’Alabama prenait la décision inhumaine d’interdire totalement l’avortement sauf en cas d’urgence vitale pour la mère ou d’anomalie létale du fœtus. Interdiction accompagnée de promesses de lourdes peines de prison pour les médecins pratiquant des interruptions volontaires de grossesses. Avorter n’est donc plus possible en Alabama même en cas de viol ou d’inceste. La loi a évidemment été décriée par de nombreuses associations et par des femmes du monde entier. L’actrice Busy Phillips notamment a partagé son expérience personnelle lors d’une émission TV : « Toutes les femmes méritent de la compassion et de l’attention et non des jugements ou de l’ingérence lorsqu’il s’agit de leur propre corps. Les statistiques prouvent qu’une femme sur quatre va avoir recours à un avortement avant l’âge de 45 ans », a-t-elle expliqué avant de se confier sur son expérience personnelle.

J’ai eu une interruption volontaire de grossesse lorsque j’avais 15 ans et je vous le dis car j’ai vraiment peur pour les femmes et les filles de ce pays et je pense qu’on a tous besoin de parler plus et partager nos histoires davantage

raconte l’actrice remplie d’émotion.

Confiez-vous sur votre avortement

Elle a alors lancé le hashtag #YouKnowMe, qui encourage les femmes qui ont avorté de confier leur histoire. Une manière de commencer à mettre fin à la honte qui pèse encore sur l’IVG alors qu’une femme sur quatre a eu recours à une interruption volontaire de grossesse. Le message derrière ce hashtag ? Si vous pensez que vous ne connaissez personne qui a avorté, vous vous trompez sans doute. « Faisons donc ceci : si vous êtes aussi cette personne sur quatre, partagez-le et commençons à mettre fin à la honte. Utilisez #YOuKnowMe et partageons la vérité » a twitté l’actrice ce mercredi.

Grâce à cet appel, de nombreuses filles ont osé se confier sur leur avortement. Elles ont alors évoqué des viols, des relations abusives, des moments difficiles de leur vie ou encore leur âge et leurs situations financières. Autant de raisons légitimes (et là n’est même pas la question) qui seront désormais complètement niées dans cet état des États-Unis. Osons évoquer la réalité des IVG, pour que plus personne ne puisse parler en notre nom et que les lois soient enfin prises en connaissance de cause.

À lire aussi:

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.