https://api.mijnmagazines.be/packages/navigation/
Home Lifestyle Société Qui est Assa Traoré, égérie des mobilisations antiracistes en France?

Qui est Assa Traoré, égérie des mobilisations antiracistes en France?

Gathering of the inhabitants and the Traoré family in front of the town hall to demand the truth about the death of Adama Traoré in Beaumont-sur-Oise, France on November 22, 2016. Adama Traoré, 2, died at a police arrest on 19 July. Several days of riots took place in Beaumont-sur-Oise. Since then, the family is fighting to get the truth about the circumstances of Adama's death (Photo by Julien Pitinome/NurPhoto via Getty Images)

Ces dernières semaines, dans la foulée des soulèvements antiracistes aux Etats-Unis, la planète tout entière semble avoir réalisé qu’il y avait du chemin à faire pour rétablir les égalités, et la France n’est pas en reste. Véritable égérie du mouvement, Assa Traoré galvanise les foules et a récemment reçu les félicitations de Christine Taubira. Portrait d’une femme engagée.

Née en 1985 à Paris, Assa Traoré est une militante, une femme, une fille, une mère. Une soeur, aussi: née dans une fratrie de dix-sept enfants, elle est la soeur ainée d’Adama Traoré, décédé le 19 juillet 2016 après son interpellation par la police dans le Val-d’Oise. Après une course-poursuite à pied avec deux gendarmes, il est retrouvé et subit un plaquage ventral, suite auquel il prévient avoir “du mal à respirer”. Des mots douloureusement familiers suite à l’arrestation de George Floyd, avec une issue tout aussi tragique: après un malaise suspecté lors de son transport vers le commissariat, il est allongé en position latérale de sécurité lors de son arrivée à la gendarmerie de Persan. Les pompiers, appelés par les gendarmes, trouvent le jeune homme face contre terre, ne respirant plus. Malgré une heure de tentatives de réanimation par le SAMU, le décès est prononcé et deux autopsies, une réalisée par la police et l’autre demandée par la famille, révéleront un “syndrome asphyxique” comme cause de la mort du jeune homme, âgé de 24 ans.

Un décès qui a chamboulé la vie d’Assa Traoré et son destin aussi. Alors éducatrice spécialisée, elle se lance corps et âme dans une quête de la justice et fonde le Comité vérité et justice pour Adama, qui tente de faire toute la lumière sur les circonstances de la mort de son frère, mais lutte également de manière plus générale contre les violences policières.

View this post on Instagram

A post shared by Assa Traore (@assa.traore_) on

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Lire aussi: FAUT QU’ON PARLE: de George Floyd, d’Amy Cooper, et des effets meurtriers du racisme aux USA

Une gestion coloniale des quartiers populaires

En mai 2018 déjà, lors de la “Marée populaire” contre la politique de Macron, elle dénonce le racisme systémique qui gangrène selon elle le pays et les instances du pouvoir.

Nous refusons les injonctions qui sont faites aux mouvements des quartiers populaires de n’aborder que la « question sociale », avec au passage un refus de considérer le racisme qui structure la société comme participant de cette « question sociale ». On assiste à une véritable gestion coloniale des quartiers qui font face aux violences policières”.

Impliquée de longue date dans la dénonciation de ces violences, en mai dernier, elle avait lancé le hashtag #MoiAussiJaiPeurDevantLaPolice en soutien à la chanteuse Camélia Jordana, dont les propos sur les violences policières avaient fait polémique en France après son passage dans “On n’est pas couché”. Et quand la planète entière dénonce les conséquences meurtrières du racisme après le décès de George Floyd, tué par un policier blanc lors de son interpellation à Minneapolis fin mai, Assa répond à nouveau présente.

View this post on Instagram

A post shared by Assa Traore (@assa.traore_) on

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Ce 1er juin, elle rejoignait les rangs des 20 000 personnes manifestant devant le Tribunal de grande instance de Paris en mémoire à son frère, Adama, dont la mort alors qu’il était entre les mains de la police est revenue sur le devant de la scène après le meurtre de George Floyd. Lors d’une conférence de presse donnée ce mardi, elle a rappelé son combat, “Justice pour Adama”, et a appelé à un nouveau rassemblement, “toutes les semaines si il faut” jusqu’à ce que justice soit rendue pour son frère, devenu le symbole malgré lui des victimes de violences policières en France.

Aujourd’hui, les mots ne suffisent plus, ce ne sont plus des mots que nous demandons, ce sont des actes judiciaires”. Assa Traoré

L’ancienne garde des Sceaux Christine Taubira a salué le combat de la jeune femme, lui disant “vous êtes notre chance” lors de leur passage conjoint sur le plateau de “Quotidien” ce 9 juin.

Votre dignité naturelle nous en impose. Vous êtes notre chance, vous êtes une chance pour la France, nous avons la chance de vous avoir”.

Et Assa de se dire “profondément touchée par ces mots remplis d’amour et d’affection”, affirmant qu’ils lui donneront le courage nécessaire pour continuer son combat. Un combat “que tout le peuple français doit porter. Quand on se bat pour Adama Traoré, on se bat pour tous les Adama Traoré”. En 2019, les enquêtes menées par l’Inspection Générale de la Police Nationale ont augmenté de 23,7% par rapport à 2018 en France, soit 1 460 enquêtes judiciaires dont 868 portant sur des violences volontaires. L’Observatoire des libertés publiques recense pour sa part une moyenne de 10 à 15 morts par an à la suite d’opérations de police en France. Profil type des victimes? “Un jeune homme des quartiers populaires, d’origine maghrébine ou d’Afrique Noire”. De quoi comprendre ce qu’Assa dit quand elle affirme se battre pour tous les Adama Traoré.

Lire aussi: