Home Lifestyle Société Pourquoi il est urgent d’interdire la chasse immédiatement

Pourquoi il est urgent d’interdire la chasse immédiatement

Le 16 août, dans la région de Tournai, un chasseur a été accidentellement abattu par un des siens lors d’une battue. Cette semaine, en France, une balle perdue a traversé une voiture en mouvement. Un accident de plus dans un pays où ils ont augmenté de 40% en 6 ans. Une augmentation logique, qui pousse à une conclusion sans appel: la chasse est finie, et doit être interdite au plus vite.

Passons sur les arguments, pourtant évidents, qui soulignent que la pratique est cruelle et barbare, et que les animaux ne sont pas des jouets mis à la disposition d’humains qui veulent faire pan pan avec leurs fusils. Bien que ces arguments soient poignants, qui plus est quand ils sont accompagnés de photos glaçantes de chasseurs posant fièrement à côté de leurs trophées assassinés, ils sont basés sur l’émotion, le ressenti, et forcément subjectifs. Ce qui explique le statu quo du débat actuel, entre les « anti », qui soulignent la cruauté de la pratique, et les « pro », qui ont tôt fait de répliquer que ce sont des arguments,nts de chochottes, et que la chasse est nécessaire. Et c’est vrai, d’ailleurs, qu’à une époque, on pouvait justifier sa pratique. La chasse à tir a ainsi déjà été utilisée pour contrôler des populations animales, en Amérique du Nord, par exemple, où l’augmentation drastique des cerfs de Virginie causait des problèmes importants pour l’écosystème local ainsi que pour l’agriculture. Plus proche de chez nous, la fédération Européenne des associations pour la chasse et la conservation milite pour la reconnaissance du rôle des chasseurs dans la conservation, notamment via le recensement et la surveillance de l’état des populations animales. Louable, en principe, voire même, diront certains, nécessaires. Sauf que.

Balles perdues

Sauf que donc, chez nos voisins français, les accidents de chasse ont augmenté de 40% en 6 ans. Il y a eu le cycliste tué cet été, alors même que ses vêtements fluorescents le distinguaient très clairement d’un animal sauvage. Il y a eu Gaël, un joggeur de 43 ans tué en 2015 qui l’a « pris pour un sanglier ». Rien que ces dernières semaines, une balle perdue a pénétré dans le salon de deux retraités savoyards, une autre dans un wagon du TGV Paris-Nice et puis dans le Lot, il y a quelques jours, dans une voiture en mouvement, où elle est entrée par la fenêtre et ressortie par le toit. Dans le cas des 3 derniers incidents, il n’y a eu ni morts ni blessés à dénombrer, mais le bilan aurait pu être très lourd. Et ce n’est pas parce que les chasseurs sont « tous des décérébrés qui ne savent pas viser », mais bien parce que la chasse n’est tout simplement plus adaptée à notre époque, et doit être bannie, si pas pour protéger les animaux (et c’est bien dommage que cet argument ne suffise pas) alors bien pour protéger les humains.

Les temps changent

Entre la surpopulation et l’expansion urbaine grimpante, qui voient des zones de campagne transformées en lotissement, des forêts rasées et des zones habitables grandement diminuées pour les animaux sauvages, ces derniers sont contraints de se mêler toujours plus à la civilisation pour trouver à manger. Or, forcément, il y a une grande différence entre une meute de chasseurs qui traquent un animal en forêt, avec rien d’autres que des arbres à perte de vue, et des cowboys qui s’aventurent près d’une route ou d’un chemin fréquenté pour courser un sanglier. Dans le cas du chasseur dont la balle a traversé la voiture, cette dernière était justement destinée à un sanglier de l’autre côté de la route. Pour le même prix, elle aurait pu se loger dans la tête d’un enfant passager du siège arrière que le chasseur n’aurait pas vu arriver. En octobre dernier, un accident de chasse a coûté la vie à un cycliste en Haute-Savoie. Réponse d’Alain Perea, un député La République en Marche: suggérer l’interdiction du VTT pendant la chasse. Sauf que visiblement, il faudrait aussi interdire le jogging, la circulation des TGV et des voitures, voire même, le fait d’être simplement assis sagement dans son salon. Autant d’activités qui, contrairement au fait de tirer à l’arme à feu, ne font de mal à personne. La vraie solution, donc? Interdire la chasse.Promis, ça ne va tuer personne. Au contraire, même.

Lire aussi:
Un chasseur a tué Xanda, le fils de Cecil le lion
FAUT QU’ON PARLE: de la chasse traditionnelle aux dauphins et baleines des Îles Féroé 
Un braconnier condamné à regarder Bambi en prison

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.