Home Lifestyle Animaux Les « vaches à hublot », quand l’agro-alimentaire se transforme en film d’horreur

Les « vaches à hublot », quand l’agro-alimentaire se transforme en film d’horreur

La vidéo, dévoilée par L214, est tout simplement insoutenable. On y découvre les « vaches à hublots », auxquelles on a percé un trou dans l’estomac pour accéder à ses contenants à tout moment. Film d’horreur? Non, la réalité d’un centre de recherche alimentaire français.

La population mondiale (et avec elle, la consommation) n’a de cesse de croître, on le sait. Il faut trouver des solutions pour nourrir tout ce monde, à des prix qui restent accessibles. Il s’agit de faire preuve d’inventivité, de trouver des solutions durables… et de renier notre humanité au passage? C’est visiblement l’alternative choisie par l’entreprise Sanders, une filiale du groupe Avril, à qui on doit la funeste invention des « vaches à hublot ».

Des vaches, avec des hublots? Oui, comme des bateaux, sauf que les pauvres bêtes sont ici les vaisseaux d’expérimentations qui n’auraient jamais dû être autorisées. Dans une vidéo narrée par Naguy, on prend conscience de toute l’horreur du processus.

On a percé un trou dans leur estomac pour accéder à tout moment à son contenu. Régulièrement des employées viennent ouvrir le hublot pour y déposer des échantillons d’aliments ou faire des prélèvements »

Objectif: « mettre au point l’alimentation la plus performante pour que les vaches produisent le plus de lait possible ». Une méthode d’autant plus horrifiante qu’à l’heure actuelle, les vaches laitières produisent déjà en moyenne 5 fois plus de lait que ce dont un veau a besoin. Sauf que telle est la réalité de l’industrie agro-alimentaire aujourd’hui: produire toujours plus, et tant pis si les conditions infligées pour cela aux animaux ne sont rien de moins que de la torture, la vidéo mettant également en avant d’autres expériences menées sur les animaux.

L’occasion pour Naguy de rappeler l’importance de « mettre un terme à cette course à la performance qui se fait au détriment de la santé des animaux et de notre santé ». En signant la pétition exigeant l’arrêt immédiat de ces expériences, par exemple. Mais aussi en réduisant notre consommation de viande, et en faisant le choix de payer plus cher, peut-être, mais pour des produits dont on sait qu’ils n’ont pas été obtenus sous la torture.

Lire aussi:

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.