Home Lifestyle Société La triste histoire du cochon géant du rond-point Schuman

La triste histoire du cochon géant du rond-point Schuman

Il est joli, guilleret presque, ce cochon géant immortalisé en plein bond sur le rond-point Schuman. Sauf que la réalité derrière cette statue, dévoilée mardi 8 octobre par Gaia, est tout sauf joyeuse.

Enfin si, un peu tout de même: la statue monumentale, qui fait 4 mètres de haut sur 7 mètres de long tout de même, a en partie été installée pour célébrer la fin de la campagne “Exit les Cages”, dont la pétition a recueilli plus de 90 000 signatures en Belgique et plus de 1,5 millions à l’échelle de l’Europe. Impressionnant, mais il faut bien cela pour espérer mettre fin à l’élevage en cage en Europe, et pour frapper plus fort encore, Gaia a décidé d’installer cette gigantesque statue, impossible à ignorer. Contrairement à la situation des animaux d’élevage, méconnue de nombreux européens, peut-être parce que la triste réalité est difficile à avaler: actuellement, en Europe, 300 millions d’animaux vivent en cage. Une réalité inacceptable que 170 organisations réparties sur le territoire européen veulent faire disparaître. Le rond-point Schuman? Un choix tout sauf anodin.

View this post on Instagram

A post shared by GAIA (@gaiabrussels) on

En effet, selon les associations qui ont pris part à la campagne « Exit les cages »,  la Commission européenne a le pouvoir d’édicter de nouvelles directives en ce qui concerne l’élevage, et plus précisément, l’interdiction de l’élevage en cage. Un mécanisme permet aux pétitions ayant récolté un million de signatures au moins d’être soumises à la considération de la Commission, et les associations derrière la campagne ont bon espoir que le formidable élan de mobilisation permettra d’inverser la tendance.

cochon schuman gaia

La sculpture, intitulée « Ode au cochon » et réalisée par l’artiste néerlandais Jantien Mook, avait déjà été exposée au Pays-Bas afin d’interpeller d’éventuels signataires durant la campagne « Exit les cages ». Ainsi que le rappelle Gaia, « les cochons sont des animaux curieux, sociaux et intelligents. Ils ont besoin de fouiller le sol, rechercher leur nourriture et jouer : mais l’élevage intensif en bâtiment les en prive. Dans la pauvreté de leur environnement, les cochons mènent une vie de terrible frustration ».

Les frustrations conduisent les truies à des comportements stéréotypés, comme mâchonner continuellement les barreaux de leur cage. Elles y développent fréquemment des boiteries et souffrent d’arthrite, tout comme les cochons à l’engraissement. Après la mise bas, les porcelets leur sont retirés précocement trois à quatre semaines après leur naissance, pour inséminer les truies de nouveau »

Et de rappeler que « cette réalité concerne l’immense majorité des 10 millions de porcs élevés chaque année en Belgique, et des 600 000 truies reproductrices ». En attendant que la Commission européenne vole à leur secours? 1 500 000 signataires l’espèrent.

Lire aussi: 

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.