Home Mode & Beauté Dans le monde de la mode aussi ce sont les hommes qui...

Dans le monde de la mode aussi ce sont les hommes qui dirigent

La mode, un « truc de filles »? Pas quand il s’agit d’accéder aux plus hautes sphères du pouvoir. Dans cet univers traditionnellement associé aux femmes, ce sont aussi les hommes qui prennent les décisions – et qui empochent les plus gros salaires.

Si l’on s’intéresse à la Fashion Week de Paris, par exemple, les chiffres sont sans appel: sur les 80 labels appelés à défiler en septembre prochain, moins d’un quart ont à leur tête une directrice artistique. Et au niveau de la direction, c’est encore pire: selon une étude réalisée par Business of Fashion en 3015, sur les cinquante marques les plus rentables au monde, seuls 14% sont dirigées par des femmes, qui ne sont que 25% à appartenir aux conseils d’administration des sociétés de mode cotées en Bourse. Le comble, pour une industrie qui s’adresse principalement aux femmes.

« Des vêtements pour femmes »

Le plafond de verre, une fatalité? Quand on sait que la prestigieuse Central Saint Martins de Londres compte 74% de femmes parmi ses étudiants, contre 85% au New York Fashion Institute, il y a de quoi s’étonner que les femmes ne soient pas plus nombreuses à tirer leur épingle du jeu. un élément d’explication peut être la tendance de la société à voir les hommes comme plus ambitieux, et donc, par extension, plus innovants que les femmes. Interrogée par le South China Morning Post, Julie de Libran , directrice artistique de Sonia Rykiel, confirme.

J’ai l’impression qu’on renvoie toujours mon travail au fait que je suis une femme qui dessine des vêtements pour femmes. On considère que ce que je fais est forcément plus personnel, plus subjective, et donc plus facile à porter.

Un qualificatif qui n’est pas forcément un compliment dans le milieu très fermé de la haute-couture. Et si les hommes sont vu comme plus créatifs, les femmes, elles, sont bien souvent encore cantonnées aux partage des rôles traditionnel, ce qui contribue également à freiner leur ascension. « L’industrie de la mode est extrêmement exigeante, explique Julie de Libran, et les femmes doivent malheureusement encore souvent choisir entre une vie de famille et une carrière. Les hommes ne doivent pas contourner cet obstacle parce que les exigences de leur travail sont plus respectées au sein de la cellule familiale ».

Un secret de polichinelle

Si les problèmes de diversité et de maigreur sont discutés à l’envi, le sexisme au coeur de l’industrie de la mode fait moins débat. Ou du moins, faisait: dans la foulée de la Marche des Femmes, en mars 2017, l’industrie de la mode américaine, emmenée par la rédactrice en chef de Glamour Cindi Leive, a accepté de se prêter à un sondage visant à faire un état des lieux. Et les réponses sont édifiantes: 50% des femmes ayant répondu aux questions ont confié qu’avoir des enfants avait été un frein au développement de leur carrière. De son côté, un manager anonyme a expliqué ne pas oser donner de feedback trop agressif à ses employées féminines « de peur qu’elles ne pleurent ». Un sexisme doublé de clichés complètement rétrogrades qui n’étonne pas la créatrice Diane Von Furstenberg.

Si personne ne parle du sexisme dans la mode, c’est parce que c’est un secret de polichinelle. Tout le monde est au courant que ça existe. Mais c’est bien qu’on libère la parole aujourd’hui: ça évite que certains puissent faire semblant de ne pas être au courant.

Difficile à ignorer également: le vent de changement venu du secteur digital.

Pouvoir d’achat

Si les femmes sont encore trop rares à la tête des maisons de couture, dans l’industrie du luxe en ligne, elles sont au sommet, avec des sites de vente de luxe tels que The Outnet et Moda Operandi créés et gérés par des femmes, à l’image du label de cosmétique Glossier. De quoi donner un excellent exemple, et montrer aux jeunes diplômées des écoles de design qu’atteindre les plus hauts échelons est possible. Et inspirer les consommatrices? Ainsi que Samantha Barry, de Glamour, l’a souligné au New York Times, les acheteurs ont un rôle à jouer dans le rééquilibrage des pouvoirs. « Aujourd’hui, de plus en plus de gens choisissent d’investir dans des labels durables et des vêtements respectueux de l’environnement. Pourquoi ne pas faire pareil et plébisciter les marques dirigées par des femmes? Comme ça, non seulement ces labels en bénéficieront, mais en plus, cela inspirera d’autres maisons de couture à les imiter ». Ou comment donner un tout autre sens au pouvoir d’achat.

Lire aussi: 
Sexiste, Netflix? Les hommes grands gagnants du petit écran
La mesure géniale de l’Allemagne pour lutter contre l’écart salarial
Au boulot, les femmes disent moins « non » que les hommes

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.