Home Lifestyle Société Ce qu’il faut savoir du scandale universitaire qui secoue Hollywood (et quelles...

Ce qu’il faut savoir du scandale universitaire qui secoue Hollywood (et quelles sont les stars impliquées)

Education

Outre-Atlantique, le processus de sélection des universités est ultra compétitif. Tellement, même, que certains parents sont prêts à tout pour que leur enfant obtienne une place. Même à tricher. Révélé il y a quelques mois, le scandale universitaire a ébranlé le pays et secoué Hollywood, qui voit une de ses actrices condamnée à de la prison ferme.

Outre-Atlantique, le processus d’inscription à l’université n’a rien de commun avec ce qui se passe en Belgique. D’abord, parce que contrairement à nous, les collégiens ricains ne peuvent pas choisir de s’inscrire n’importe où. Non seulement leur acceptation est régie par les scores obtenus aux SATs, sorte de super examen brassant toutes les matières, mais en prime, ils doivent rendre d’épais dossiers comprenant essais et lettres de recommandations, et si par chance ils retiennent l’attention des sélectionneurs, se fendre en prime d’un rendez-vous en tête-à-tête où ils doivent achever de convaincre. Tout un programme, qui a de quoi faire paniquer les étudiants en fin d’humanités et leurs parents. Raison pour laquelle des Américains fortunés ont été ravis quand un « businessman » originaire de Californie a lancé une entreprise de service un peu particulière: moyennant quelques centaines de milliers de dollars, il se chargeait en effet de truquer les résultats aux SATs des enfants dont les parents allongeaient, voire même, de magouiller avec les coaches sportifs d’universités de prestige pour prétendre que les enfants en question étaient recrutés sur base de leur capacités athlétiques.

Photo: Getty Images

C’est ainsi que les deux filles de Lori Loughlin (mais si, Tante Becky dans « La fête à la maison »!) ont été recrutées par l’équipe d’aviron de la prestigieuse University of Southern California. Problème: elles n’avaient jamais fait d’aviron, et la photo utilisée dans leur dossier les représente… sur un rameur. Un détail sur lequel le coach a choisi de fermer les yeux, Lori Loughlin et son mari ayant payé pas moins de 500.000 dollars afin que leurs filles soient recrutées. Autre star dans la tourmente, Felicity Huffman, Lynette dans « Desperate Housewives », qui a quant à elle fait appel au service pour sa fille aînée, afin que quelqu’un l’assiste lors de son SAT pour qu’elle ait un meilleur score. L’actrice aurait hésité à l’utiliser également pour sa cadette, qui n’aura finalement pas eu besoin de coup de pouce. Lors de la révélation du scandale universitaire au printemps dernier, c’est le choc: outre ces deux actrices ultra populaires aux States, le scandale englobe en effet des centaines de parents, coaches, recruteurs,… Et c’est tout le système universitaire américain qui est mis en cause. Pour le côté exclusif de la sélection et le principe de méritocratie qu’elle défend, on repassera.

Photo: Getty Images

Si la presse people a évidemment fait ses choux gras de l’implication des deux actrices, il a un temps été supposé qu’elles s’en sortiraient avec une tape sur les doigts, profil public oblige. Sauf que le juge en charge de l’affaire a rapidement laissé sous-entendre qu’il tenait à en faire un exemple, d’autant que les charges qui pèsent sur elles sont tout sauf anodines: corruption et conspiration, rien que ça. Mi-septembre, le couperet est tombé pour Felicity Huffman: le tribunal de Boston l’a condamnée à 14 jours de prison ferme, un an de liberté surveillée, 250 heures de travaux d’intérêt général. Et 30 000 dollars d’amende en prime. Une condamnation à laquelle l’actrice a tenu à réagir publiquement.

Je suis profondément honteuse de ce que j’ai fait. J’ai infligé plus de dommages que je ne l’aurais jamais imaginé (…) Je voudrais m’excuser une nouvelle fois auprès de ma fille. De mon mari, de ma famille et du système d’éducation pour mes actions »

Felicity Huffman aurait en effet agi à l’insu de sa fille, qui s’est vue aussitôt perdre son matricule dans l’université où elle était enrôlée. Si l’inoubliable Lynette a également ajouté avoir « hâte de réaliser mon travail d’intérêt général. Et de rendre ma communauté meilleure. Je peux vous promettre que dans les mois et les années à venir, j’essaierais de vivre une vie plus honnête », Lori Loughlin, elle, attend toujours son jugement. Le scandale lui aura déjà coûté un contrat très juteux qui la liait à la Hallmark Channel, chaîne développée par la marque de cartes de voeux pour diffuser des bluettes sentimentales où Lori Loughlin avait toujours un rôle de choix. Quant à ses deux filles, la rumeur les dit furieuses: influenceuses en herbe sur Instagram, elles n’auraient en effet eu aucune envie d’obtenir un diplôme universitaire. Et tant pis s’il risque d’être (très) cher payé pour leur mère… Reste à espérer que les deux actrices pourront au moins jouer leur propre rôle dans les adaptations qui ne manqueront pas d’arriver sur les écrans.

Lire aussi:

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.