Home Lifestyle Société Ce bracelet connecté pour enfants semble sorti d’un épisode de Black Mirror

Ce bracelet connecté pour enfants semble sorti d’un épisode de Black Mirror

Parce qu’en 2018, on a besoin d’un bracelet au poignet qui nous rappelle de se bouger, Garmin a pensé aux enfants en sortant un modèle spécial Disney. Sa particularité? Les parents peuvent programmer des activités dans le bracelet et les récompenser avec des pièces virtuelles.

On a beau dire qu’on n’arrête pas le progrès, ici, il y a de quoi se demander si c’est vraiment une avancée. Certes, on se trouve un peu jeunes pour déjà maugréer que « c’était mieux avant ». Mais quand même: avant, donc, quand on était enfants, nos parents devaient limite nous supplier de rentrer. Il y avait mille jeux à inventer, un quartier à explorer avec les copains, sans compter qu’il n’était pas question de louper le passage de la camionnette du glacier. Résultat, on passait les grandes vacances à se faire rappeler tous les matins de rentrer avant qu’il fasse noir, et à flirter chaque jour avec la limite, savourant chaque instant de liberté. Mais ça, donc, c’était avant.

Une corvée

En 2018, on apprend à lire sur une tablette, on sait se servir d’un smartphone avant même de savoir vraiment parler et tout est connecté. Forcément, ça laisse peu de temps pour se dépenser, alors tant qu’à faire, on ajoute un gadget électronique en plus à la collection et on enfile un bracelet connecté au poignet. La promesse?

Motiver les enfants à sortir du canapé et dans la cour peut être une corvée, mais cet appareil aidera vos enfants à vouloir se lever et se déplacer.

Parce que la perspective d’être en mauvaise santé et de ressembler à une version humaine de Ronflex (comment ça, Pokémon c’est has-been?!) ne suffit pas. Tout comme l’autorité parentale ne suffit visiblement pas non plus à envoyer les enfants prendre l’air. Non, il faut que cela passe par le biais des princesses Disney. Leur bracelet au poignet, les enfants partent vivre des aventures avec Rapunzel, Flynn Rider, Mulan et Jasmine, leurs copines virtuelles qui les invitent à relever des défis pour atteindre 60 minutes d’activité quotidienne par jour. Et le plus creepy dans tout ça, c’est probablement « l’assistant personnel parental ».

Pour rappel, avant, donc, à l’époque de Mathusalem où il y avait un « 1 » devant notre âge, il était fréquent qu’un de nos parents débarque dans le salon, éteigne la télé sans nous demander notre avis et nous dise d’aller « jouer dehors ». Et on le faisait. Mais apparemment, désormais, ce mode de fonctionnement est dépassé. Heureusement, le bracelet connecté propose une solution à ce problème.

Invitez toute la famille à participer aux défis quotidiens du nombre de pas, attribuez des missions et des tâches ménagères, choisissez des récompenses et contrôlez le nombre de points de récompense de chaque enfant. Vos enfants pourront ensuite échanger les points contre des récompenses convenues avec vous.

Déjà là, on frôle le grotesque. Et on en viendrait presque à regretter que nos parents n’aient pas eu l’idée de nous offrir une récompense quand on daignait se lever du canapé pour aller jouer dans le jardin. Au rythme où on le faisait, autant dire qu’on aurait eu une collection de Flippos dingo. Mais au-delà de ce système qui laisse perplexe, c’est la faculté qu’offre le bracelet aux parents d’espionner leurs enfants qui est tout bonnement désolante.

Vous pouvez ajouter plusieurs profils sur l’application afin d’assurer le suivi du nombre de pas, du sommeil, des activités quotidiennes et des tâches assignées de chaque enfant.

S’il est donc vrai qu’on n’arrête pas le progrès, le concept même de ce bracelet, qui décharge les parents de leurs responsabilités en les faisant passer par le biais de princesses virtuelles, et leur permet au passage de savoir le nombre de pas exact de leurs rejetons, ressemble un peu trop au scénario d’un épisode de Black Mirror pour nous plaire. Autant on peut valider le concept d’une montre connectée pour adulte, autant ici, l’outil semble plutôt contre-productif et le côté espion, franchement intrusif. On commence par un bracelet qui compte les pas et les heures de sommeil, et puis on finit par insérer une puce Arkangel dans le cerveau des enfants pour épier leurs moindres faits et gestes. Merci, mais non merci. D’ailleurs, cette perspective oppressante ne nous donne qu’une envie: aller prendre l’air.

Lire aussi: 
Cette app inspirée de Black Mirror vous dit combien de temps vous allez rester ensemble
Flippant: un robot en couverture d’un magazine de mode
Shopfiction, le genre littéraire qui met lecture et shopping sur la même page

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.