Home Lifestyle Société À Bruxelles, les migrants doivent aussi affronter les violences policières

À Bruxelles, les migrants doivent aussi affronter les violences policières

Idomeni, Greece - September 24 , 2015: Hundreds of immigrants are in a wait at the border between Greece and FYROM waiting for the right time to continue their journey from unguarded passages; Shutterstock ID 320369555; Projectnummer/WBS-nummer: -; Uitgave/Naam lesmethode: -; Redacteur/Traffic manager: -; Anders: -

Quelles que soient nos opinions politiques et notre avis sur la migration, il est impossible de rester de glace face aux visages désespérés de ces familles de migrants entassées au parc Maximilien. Et outre les conditions de vie précaires, il s’avère désormais qu’ils doivent également faire face aux violences policières. Dis, la Belgique, c’est quoi ces manières? 

Depuis le mois d’octobre, l’association Médecins du Monde mène des consultations médicales, sociales ou psychologiques pour les migrants en transit à Bruxelles. Sur 746 consultations, deux tiers des personnes rencontrées venaient du Soudan et d’Erythrée, tandis que les autres migrants venaient de Lybie, de Syrie ou encore d’Irak. Une preuve pour Médecins du Monde que la plupart des migrants ne sont pas issus de la migration économique mais bien de pays où la reconnaissance du statut de réfugié est élevé. Et bien qu’ils quittent des pays dangereux pour chercher refuge en Europe, leur sécurité est loin d’être garantie une fois qu’ils arrivent ici.

Contrôles et biens confisqués

En effet, selon Médecins du Monde,  « Les déclarations des personnes reçues indiquent que les violences policières restent un problème ». Les migrants reçus consultent principalement pour des infections des voies respiratoires (24%), des blessures ouvertes, ecchymoses et douleurs articulaires (17%), la gale (4%) ou des troubles de la santé mentale (4%). « Ce sont les diagnostics caractéristiques d’une vie à la rue dans l’anxiété constante et de mauvaises conditions d’hygiène », affirme la directrice des projets belges de Médecins du Monde. Qui pointe les violences policières du doigt : « Nous recevons de nombreux témoignages de gens dont les biens ont été confisqués. Ils sont particulièrement ciblés par des contrôles dans les transports en commun et sont régulièrement confrontés à des violences émanant de policiers ».

Lire aussi: 
Et si c’était nous les migrants? Le clip bouleversant à voir absolument
Chasseur de migrants, l’offre d’emploi qui nous choque profondément
Faut qu’on parle: vous ne traiterez pas les migrants comme ça en mon nom

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.