Home Lifestyle Psycho Épuisement mental: 6 conseils pratiques pour s’en sortir

Épuisement mental: 6 conseils pratiques pour s’en sortir

Shutterstock

Vous êtes à bout, épuisée mentalement et physiquement? Mais vous devez tout de même continuer à cocher votre to do list? Voici 6 pistes pour s’en sortir sans péter un plomb.

Le boulot, le rangement, les travaux, les obligations, la vie de parents,… Les raisons d’un épuisement mental et physique peuvent être nombreuses. Il y a des périodes comme ça où tout s’enchaîne. On en ressort avec l’impression de n’avoir la main sur rien, de ne pas maîtriser sa propre vie.

Stress intense, sommeil pas du tout réparateur, larmes à profusion, il y a des signes évidents à prendre en compte quand on approche de l’épuisement. Si vous ne voulez pas atteindre le point de non-retour, il est temps de mettre en place des petites choses dans votre quotidien.

Un pas à la fois peut aider votre cerveau à se sentir moins surchargé, à être plus zen. Rassurez-vous, on sait ce que c’est d’avoir 10.000 pensées à la fois qui tournent en boucle dans nos têtes. Mais pas le choix, il faut rendre ce dossier important, sortir le chien, faire les courses. Avec ces quelques astuces, vous pourriez vous offrir un peu de repos mental, juste histoire de tenir le coup jusqu’à une période plus calme.

1. Faire des listes

Mettre par écrit vos obligations, vos projets et deadlines peut être salvateur. N’hésitez pas à vous offrir un carnet ou un agenda et à y noter la moindre de vos pensées. Abusez des listes, écrivez vos sentiments, déchargez-vous. En mettant par écrit vos pensées, vous n’avez plus à les garder en tête et vous choisissez vous-même les moments où vous voulez y faire face. Une chose à la fois!

2. Déléguer

Que les choses soient bien claires: vous avez le droit de demander de l’aide. Laissez vos amis vous donner un coup de main. Le moindre petit service peut vous dégager des moments de bien-être qui sont tout aussi importants que vos obligations. Ce n’est pas parce que vous recevez du soutien que vous êtes redevable ou que vous êtes faible. Vous pourrez certainement le rendre autrement, par votre amitié ou votre amour par exemple, à un autre moment.

3. S’imposer du repos

Il va sans dire que vous n’allez pas tenir sur la longueur sans dormir comme il faut. Imposez-vous des moments de repos, des siestes, un épisode de série de 20 minutes. Peu importe, du moment que votre cerveau est en pause. Une VRAIE pause, sans téléphone, sans culpabiliser. Qu’elle dure plusieurs heures ou quelques minutes, elle sera ressourçante et vous pourrez entamer une nouvelle tâche en étant plus concentrée.

4. Axer ses priorités

Une fois votre liste de choses à faire dressée, il va falloir établir les priorités. Tout ce qui peut attendre peut attendre. Personne ne vous oblige à avoir une maison nickel, à faire des repas sains, à être tirée à quatre épingles. Ne vous imposez pas des choses qui ne sont pas prioritaires.

5. Dire non

Il suffit d’avoir un agenda de ministre pour en rajouter une couche. Comme si le monde entier avait envie de vous voir ou de vous demander un service en même temps. C’est très simple: dites non. Vous avez le droit de dire non sans que quelqu’un vous le reproche. À un moment donné, il faut que vous compreniez que c’est vous d’abord, pas les autres. Vous ne pouvez pas aider cette amie en ayant vous-même le moral dans les chaussettes. Dire oui à tout risque de vous obliger à bâcler certaines choses. Un non est clairement préférable.

6. En parler

Quand on arrive à un stade d’épuisement avancé, on a tendance à culpabiliser, à taire son malheur. N’ayez pas peur d’en parler. Se décharger permet aussi d’offrir un break à votre cerveau et votre corps. Vous seriez surprise des conseils ou des avis de vos proches. Ils pourraient vous proposer un coup de main ou vous prêtez une oreille attentive qui fera du bien.

On vous envoie plein de courage et de bonnes ondes!

Lire aussi:

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.