Home Lifestyle Psycho “Cher moi, je t’aime”: Stéphanie, 32 ans, écrit à son corps

“Cher moi, je t’aime”: Stéphanie, 32 ans, écrit à son corps

50% d’entre nous rêvent d’un poids différent et à peine 10 % sont vraiment fières d’elles au quotidien, selon notre enquête sur l’estime de soi. S’aimer soi-même n’est pas facile, mais c’est si beau quand ça marche ! C’est pourquoi Flair partage des lettres d’amour de lectrices à elles-mêmes.

Cher moi, je t’aime

Il y a longtemps, tu étais celle que tu pensais devoir être. Heureuse, aussi jolie dans la vraie vie que grâce aux filtres Instagram. Mais tu étais aussi et surtout le faire-valoir de ton amoureux. Il était tout pour toi et ton admiration et ton amour ne connaissaient aucune limite, au point que c’est seulement après votre rupture que tu as réalisé le peu de place que cette relation laissait pour toi. Il a fallu que tu sois célibataire pour réaliser toutes les manières dont il avait trahi ton amour, ce qui t’a causé une douleur incroyable après t’être tant dévouée pour lui.

La vérité, c’est qu’il t’a abandonnée après que tu te sois abandonnée, parce qu’avec lui, tu étais quelqu’un, oui, mais pas toi-même. Et même si tu t’en rendais compte parfois, tu refusais d’y croire. Aujourd’hui encore, c’est difficile. Et pourtant, tous les signes étaient là : tu croyais tout ce qu’il croyait, tu t’émerveillais de ce qu’il trouvait beau, riait de ce qui l’amusait. S’il avait passé une bonne journée, alors toi aussi.

Ta confiance en toi dépendait de sa confiance à lui, et tout a volé en éclats quand vous vous êtes séparés.

Sans lui, tu n’avais plus de références pour te dire quoi penser ou ressentir, et tu t’es retrouvée confrontée à toi-même. C’est comme si tu avais oublié comment utiliser ta propre voix pour te faire entendre, et toute cette liberté te terrorisait. Tu pouvais rire quand tu en avais envie, être toi-même, même si au fond tu ne savais plus très bien qui tu étais.

Il a fallu que tu partes en quête de toi, une reconquête pas toujours aisée qui t’a vue tomber et te relever. Il a fallu regarder là où ça faisait mal parfois, mais petit à petit, tu as retrouvé des bribes de toi et tu t’es reconstruite.

Je te l’ai dit, et je te le répète : il est temps de te faire confiance à nouveau. Cela fait trop longtemps que tu as l’impression de ne rien valoir. Comment peux-tu aimer quelqu’un d’autre si tu ne t’aimes pas toi-même ? Heureusement, je te surprends à te regarder avec plaisir et bienveillance dans le miroir. C’est comme si en te libérant du regard des autres, tu étais parvenue à te regarder avec plus de tendresse. Parce qu’au fond, la seule opinion qui compte à ton sujet, c’est la tienne.

Tout mon amour,
Stéphanie

PS : Tu n’oses pas encore te relancer dans le monde de la drague et c’est normal. Tout vient à point. Mieux, encore : désormais, tout arrive quand toi tu l’as décidé.

Apprenez à vous aimer mieux avec nos articles SELF LOVE

Lire aussi: