Home Lifestyle Psycho “Cher moi, je t’aime”: Annicia, 27 ans, écrit à son corps

“Cher moi, je t’aime”: Annicia, 27 ans, écrit à son corps

50% d’entre nous rêvent d’un poids différent et à peine 10 % sont vraiment fières d’elles au quotidien, selon notre enquête sur l’estime de soi. S’aimer soi-même n’est pas facile, mais c’est si beau quand ça marche ! C’est pourquoi Flair partage des lettres d’amour de lectrices à elles-mêmes.

Cher moi, je t’aime

En ce moment, je te vois souvent te balader la tête haute. Avant, c’était différent. Tu voulais être invisible, ne jamais te faire remarquer. Tu ne voulais pas être noire. Tu avais l’impression d’être différente. Seule. Tu as souvent pensé que la beauté d’une femme dépendait de sa couleur de peau. J’ai souvent essayé de te convaincre que c’était ridicule de penser ça, mais tu ne me croyais pas. Pendant longtemps, j’ai pensé que jamais tu n’arriverais à me croire, mais maintenant, ça y est !

Tu ne voyais personne avec la même couleur de peau que toi, dans les magazines ou à la télévision.

Dans les magasins de jouets, aucune poupée ne te ressemblait. Ta seule référence était ton propre reflet. Et tu l’aimais de moins en moins, ce reflet.

Tu te questionnais beaucoup sur toi-même. Qui pouvais-tu admirer ? Comment pouvais-tu te sentir bien dans ta peau ? Je pouvais te donner les réponses, mais tu ne les entendais pas. Tu voulais vraiment être blanche. À tes yeux, c’était la couleur de la perfection. Tu ne voyais pas la beauté de ta propre couleur. Tu ne te voyais pas. Pas comme je te vois maintenant. Tu as tout entendu. Les petites choses non dites et les commentaires exprimés haut et fort. Ce nez plat. Ces lèvres charnues. Ces cheveux indomptables. On t’a aussi parfois dit que tu étais belle « pour une noire ». Que le chocolat était délicieux. Que ça n’avait rien de méchant et que tu devais prendre ces commentaires pour des compliments. Mais ça, tu ne l’as pas fait et tu ne le feras jamais.

Et ça me rend fière de toi. Parce que ça signifie que tu ne te vois plus comme une simple couleur de peau.

Après toutes ces années, tu vois enfin ce que je voyais depuis toujours : une personne. Une jeune femme. Il t’a fallu du temps pour accepter cela, mais le vilain petit canard que tu pensais être autrefois est devenu un magnifique cygne. Plus que magnifique, selon moi ! Tu as travaillé sur toi-même, sur tes pensées, sur tes actes. Et grâce à ça, tu es devenue plus que ta couleur de peau. Tu es devenue toi-même.

Avec tout mon amour,

Annicia

PS : Souviens-toi la phrase de la poétesse Rupi Kaur : “Tu ne te réveilles pas simplement en étant devenu le papillon. La croissance est un processus”. Déploie tes ailes. Elles t’emmèneront dans des endroits où tu n’aurais jamais pensé aller”…

Apprenez à vous aimer mieux avec nos articles SELF LOVE

Lire aussi: