Home Lifestyle Adresses Où et comment pratiquer l’Urbex en Belgique

Où et comment pratiquer l’Urbex en Belgique

Urbex- Getty Images
Urbex- Getty Images

Mystérieuse, aventureuse et carrément photogénique, l’exploration urbaine, alias Urbex, fait de plus en plus d’adeptes en Belgique… Mais où la pratiquer? Et comment s’assurer de se lancer en toute sécurité? Suivez le guide!

L’Urbex, c’est quoi?

Le terme « Urbex » est l’abréviation d’urban exploration, soit exploration urbaine, et consiste à visiter des lieux abandonnés, mais aussi interdits, tels que des toits d’immeubles ou de monuments ou bien des catacombes par exemple. Née dans les années 80, l’Urbex se pratique aux quatre coins de la planète et rassemble plusieurs courants, des « cataphiles », qui préfèrent visiter les catacombes, aux « toiturophiles », qui, vous l’aurez compris, s’aventurent plutôt sur les toits.

En Belgique, l’activité a connu un véritable boom ces dernières années, plusieurs explorateurs urbains reconnus (Jill Vandermeulen alias Silent Jill, par exemple) étant originaires du plat pays. Chez nous, on dénombrerait des centaines de lieux abandonnés, soit un véritable terrain de jeu rêvé pour les urbexeurs.

Urbex - Getty Images

Quel matériel on prévoit?

Alors, déjà, ni pied-de-biche, ni matériel pour crocheter l’une ou l’autre serrure éventuelle, puisque les utiliser pour pénétrer dans un bâtiment est interdit. C’est là aussi tout le frisson de l’Urbex: trouver une entrée par laquelle se faufiler, qu’il s’agisse d’un vasistas entrebâillé ou d’une fenêtre cassée, et puis partir explorer. En pensant à bien s’équiper avant:

  • De bonnes chaussures, qui maintiennent bien la cheville, de préférence munies aussi de semelles antidérapantes
  • Une trousse de premier secours
  • Un briquet
  • Un couteau-suisse
  • De l’eau et de quoi manger
  • Une lampe de poche et/ou une lampe frontale
  • Un téléphone chargé au maximum (et une batterie de rechange éventuellement) 

Lire aussi: 11 lieux abandonnés dans le monde

Urbex - Getty Images

Règles à respecter avant de se lancer

La règle numéro un de tout urbexeur qui se respecte?

Ne rien prendre, si ce n’est des photos ».

On n’est pas là pour vandaliser, mais bien pour explorer, et pour laisser le lieu dans l’état dans lequel on l’a trouvé pour les suivants. Passionnée d’Urbex, Romy a rassemblé sur son blog les dix règles pour une pratique respectueuse et safe de la discipline.

  1. Partir accompagné
  2. Ne rien forcer pour rentrer
  3. Prendre une lampe
  4. Avoir toujours son téléphone sur soi
  5. Être prudent
  6. Ne rien vandaliser 
  7. Être discret
  8. Partir équipé
  9. Laisser l’endroit comme on l’a trouvé
  10. Garder ses spots secrets

Urbex - Getty Images

4 adresses où pratiquer l’Urbex en Belgique

Mais du coup, si les urbexeurs ont pour règle de ne pas dévoiler leurs bonnes adresses, on fait comment si on veut se lancer? Heureusement, les indiscrets qui partagent des photos (souvent époustouflantes) des lieux visités ne manquent pas. La preuve avec ces 4 adresses, qui représentent une liste loin d’être exhaustive, mais un bon point de départ pour se lancer dans l’Urbex en Belgique.

1 / 4
La Crypte de Laeken
Salve Mater
Les galeries Voos
Le fort de la Chartreuse
La Crypte de Laeken
La Crypte de Laeken

Un réseau de galeries souterraines construites sous le cimetière de Laeken à Bruxelles… (photo: Flickr / Bruno Delattre)

Salve Mater
Salve Mater

Un ancien hôpital psychiatrique, entre Louvain et Tirlemont. (photo: Flickr / Jay Peck)

Les galeries Voos
Les galeries Voos

À Verviers, avec notamment un ancien cinéma abandonné. (Source: Urbex Verviers)

Le fort de la Chartreuse
Le fort de la Chartreuse

Un ancien domaine militaire à Liège, avec un parc verdoyant ultra agréable au retour des beaux jours. (Photo : Boulettes Magazine)

Lire aussi: 

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.