Home Lifestyle Netflix et Charlotte Abramow s’associent pour parler sexe… et attirent des commentaires...

Netflix et Charlotte Abramow s’associent pour parler sexe… et attirent des commentaires homophobes

Sex Education Manuel
Facebook Netflix
Impossible de passer à côté: la saison 2 de Sex Education sort ce 17 janvier. Pour l’occasion, Netflix s’associe à Charlotte Abramow pour proposer un manuel de 11 chapitres sur le sexe parce que « plus on communique, plus on apprend, plus on kiffe ». Génial, non? Oui, sauf que la publication de promotion de ce projet a attiré l’homophobie de certains utilisateurs Facebook.

« Parler ouvertement de sexe, ce n’est pas toujours évident. Donc on a imaginé avec Charlotte Abramow un petit manuel pour la sortie de Sex Education 2 dans lequel on te donne plein d’astuces pour une vie sexuelle plus épanouie », explique le géant du streaming à propos de son projet en collaboration avec la talentueuse photographe belge. Pour lancer les pré-commandes, Netflix a publié quatre photos dans un post Facebook. Mais il semblerait que l’une d’entre elles ne soit pas au goût de tous… La raison? Deux hommes s’embrassant à pleine bouche, fougue et passion au rendez-vous.

Lire aussi: « La Belgian Pride 2020 de Bruxelles vient d’annoncer ses dates »

De l’homophobie en plein

366 réactions, dont une septentaine de « Grr », et 640 commentaires. Pas de doute là-dessus, cette photo est celle qui suscite le plus d’agitation parmi les quatre publiées. Beaucoup de commentaires ont déjà été signalés à l’heure actuelle, mais certains persistent tout de même et donnent littéralement la nausée. Petit florilège de l’ouverture d’esprit en 2020: « Vous rigolez ou quoi? C’est de la provoc' », « Si tout le monde devenait homo, dans 50 ans, il n’y aurait plus un être humain sur Terre », « Il y a des ados qui regardent ces images, Netflix! » ou encore « Vous verriez cette affiche en rue? J’en doute », sans compter le nombre de GIF illustrant des personnes qui vomissent.

Parce que le monde évolue on devrait tout accepter? Il y a quand même des limites car cette photo n’est pas très respectueuse, il y a des jeunes ados qui regardent Facebook et qui doivent se poser des questions car la photo en elle même est moche. »

Mais le pire, on se demande si ce ne sont pas les justifications de ces personnes lorsque d’autres leur signalent que leurs propos transpirent l’homophobie. « Je ne suis pas homophobe, mais il y a des limites » rétorquent la plupart d’entre eux. Malgré la bienveillance de beaucoup à l’égard de cette photo, l’homophobie persiste et en particulier, l’homophobie à l’égard des hommes. « Si ça avait été deux femmes, ça n’aurait pas été les mêmes réactions » écrit une utilisatrice; ce à quoi un autre répond: « ben oui, deux femmes c’est sexy, mais deux hommes, ça me donne la gerbe ». 

Lire aussi: « 10 évènements qui ont fait avancer les droits LGBT au cours de la décennie »

En 2020, ce genre de commentaires n’est plus tolérable. L’amour n’a pas de sexe, l’amour n’a pas de genre, l’amour, c’est juste… L’amour, en fait. Même si beaucoup de pas sont faits en ce sens, ce genre d’agissements vient rappeler que la lutte est loin d’être finie. Et pour rappel, l’homophobie est un délit punissable par la loi; de la discrimination indirecte aux délits homophobes, en passant par l’intimidation et l’incitation à discriminer.

Lire aussi:

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.