Home Lifestyle Le Ministre de l’Intérieur estonien appelle la communauté LGBT à “fuir vers...

Le Ministre de l’Intérieur estonien appelle la communauté LGBT à “fuir vers la Suède”

Getty

Si en Belgique, la communauté LGBT+ jouit de droits intéressants, ce n’est malheureusement pas le cas ailleurs en Europe. Prenons l’exemple de l’Estonie, dont le Ministre de l’Intérieur a gentiment invité les homosexuel.le.s à “fuir en Suède”. Des propos homophobes qui ne passent pas et qui a valu au politique d’être recadré par Kersti Kaljulaid, la Présidente de la République d’Estonie.

Il faut dire que Mart Helme, le Ministre de l’Intérieur estonien d’extrême droite, n’a jamais été très tendre à l’égard des homosexuels. Lui-même le reconnaît, il n’est “pas très amical” avec la communauté LGBT+ au sein de son pays. Dans une interview accordée au Deutsche Welle, le ministre choque avec des propos incitant à la haine envers les homosexuels. Il évoque notamment la mise en place d’un referendum constitutionnel définissant le mariage comme une union hétérosexuelle. Heureusement, pour la Présidente du pays – et pour nous aussi – de tels propos ne passent pas.

De la propagande homosexuelle?

Ce que nous enseignent les propos de Mart Helme, c’est une vision patriarcale de la société, où cette dernière est étriquée, coincée dans une composition hétéronormée où le genre dicte encore et toujours la bienséance. “Sans mariage, sans femmes et hommes qui ont des enfants, nous n’avons pas d’avenir. Nous voulons que notre pays soit préservé et il ne peut pas l’être sans enfant et morale”, confie le politique à la Deutsche Welle, qui elle-même rétorque alors: “Quoi? Les gays attaquent et envahissent la nation estonienne?”.

Laissez-les fuir vers la Suède. Tout le monde les traite avec plus de politesse. Je ne suis pas vraiment amical avec eux”,

répond alors Mart Helme. Des propos qui transpirent l’homophobie; chose devant laquelle il s’est défendu. “Ce n’est pas de l’homophobie. Ceux qui trouvent que le referendum n’est pas nécessaire sont hétérophobes. S’ils peuvent faire leur propagande homosexuelle, nous pouvons également faire de la contre-propagande”, a-t-il rétorqué. Ou comment s’enfoncer un peu plus dans l’étroitesse d’esprit…

Des propos révoltants

Bien entendu, il n’en fallait pas plus pour provoquer un véritable tollé. Pour Kersti Kaljulaid, la Présidente libérale conservatrice, de tels propos sont intolérables et elle a jugé que Mart Helme n’était “pas apte” à être au gouvernement. “Je ne comprends pas l’hostilité non-dissimulée de Mart Helme envers notre société. On parle de notre propre peuple – nos policiers, professeurs, artistes, ouvriers, nos voisins, nos collègues ou nos amis. On parle des étrangers également, mais qui constituent notre peuple”, a-t-elle évoqué.

Classer les personnes en fonction de l’orientation sexuelle, de la couleur de peau ou n’importe quelle autre caractéristique est inacceptable, contraire à la constitution et humainement tout simplement révoltant”,

a-t-elle conclu, insistant d’à quel point elle se sent “honteuse et triste” pour son peuple. Selon elle, la dignité du Ministre de l’Intérieur “est moins importante que son droit d’abuser de sa position de pouvoir pour rabaisser les autres. Le mal et la haine ne peuvent pas être une politique”. Une remise en place, qui fait du bien à tout le monde.

Lire aussi: