Home Lifestyle Les États-Unis veulent autoriser le licenciement pour transexualité

Les États-Unis veulent autoriser le licenciement pour transexualité

L’administration Trump a encore frappé : cette fois, le gouvernement a demandé à la Cour Suprême de créer un précédent qui permettrait aux employeurs de renvoyer un salarié s’ils découvrent qu’il s’agit d’une personne transgenre.

Vendredi 16 août, le ministère de la Justice du gouvernement Trump a demandé à la Cour Suprême un changement de loi concernant la transexualité. Actuellement, un texte de loi mis en œuvre en 1964 protège les employés américains contre les discriminations visant leur « sexe biologique », mais le gouvernement Trump compte bien faire évoluer cela. Son objectif ? Que la loi américaine autorise les employeurs à renvoyer un salarié au motif qu’il ou elle est une personne transgenre. Mais la loi actuelle n’est pas sans importance et portée concrète, lorsqu’on sait qu’Aimee Stephens, une femme trans, vient de gagner un procès contre l’entreprise de pompes funèbres pour laquelle elle travaillait. Elle avait été renvoyée après avoir annoncé à son employeur qu’elle comptait faire sa transition.

Divergence de lecture

Mais pour l’administration Trump, la cour de justice qui a rendu ce jugement a outrepassé les dispositions prévues dans la loi et n’aurait pas dû protéger Aimee Stephens, car, d’après le ministère de la Justice, l’article VII n’interdit pas les discriminations contre les personnes trans fondées sur le simple fait qu’elles soient trans. “Le texte ne parle tout simplement pas d’une éventuelle discrimination fondée sur l’identité de genre d’un individu, ou d’une déconnexion entre son identité de genre et son sexe.” La Cour Suprême va donc se pencher sur cette question. Si elle décide d’aller dans le sens de la requête du gouvernement américain, un précédent sera créé. Celui-ci permettra à n’importe quelle entreprise américaine de renvoyer un employé trans.

À lire aussi:

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.