Home Lifestyle Les dessins de ces enfants migrants racontent l’enfer des camps de détention...

Les dessins de ces enfants migrants racontent l’enfer des camps de détention aux USA

Getty Images

Séparés de leur famille, isolés, maltraités et placés en détention. Le sort réservé par l’administration Trump aux enfants de familles sans papiers, arrêtés à la frontière américano-mexicaine, n’en finit plus de choquer et d’émouvoir le monde. Et ces dessins réalisés par plusieurs d’entre eux après leur libération, ne fait que confirmer toujours plus l’enfer qu’ils subissent.

On estime qu’ils sont 2300. 2300 enfants à avoir été enlevés à leurs parents et emprisonnés dans des centres de détention, conformément au durcissement de la politique du gouvernement de Donald Trump en matière d’immigration mexicaine. Alors que le 2 juillet, des élus démocrates dénonçaient à nouveau les conditions inhumaines dans lequelles évoluaient les détenus dans ces centres, publiant notamment des vidéos de femmes n’ayant pas eu accès aux douches depuis deux semaines, ce sont cette fois des pédiatres qui révèlent leurs inquiétudes.

Terriblement marqués

L’Académie américaine de pédiatrie (AAP) a ainsi publié trois dessins d’enfants âgés de 10 et 11 ans, réalisés après leur libération d’un centre dans lequel ils étaient détenus loin de leurs familles. Et la vision qui s’y reflète a tout d’une scène d’horreur. Petits et grands prisonniers y attendent derrière des barreaux qui recouvrent tout, tandis qu’au-dehors d’autres personnes évoluent librement.

Des dessins si réalistes et si horribles nous donnent un aperçu de ce que ces enfants ont vécu. Lorsqu’un enfant dessine ça, il raconte comment il s’est senti, comme s’il était en prison

a afirmé Colleen Kraft, ancienne présidente de l’AAP à CNN.

L’horreur absolue

L’ONG Human Rights Watch ne cesse elle d’alerter sur les conditions ignobles et inhumaines de détention des enfants, notamment dans le centre de rétention de Clint, au Texas. Un lieu surpeuplé où ils doivent parfois dormir à même le sol de ciment, et où les repas chauds, les douches et les vêtements de rechange ne sont pas en nombre suffisant.  “Ce qu’on a vu aujourd’hui est inconcevable. Aucun enfant ne devrait être séparé de ses parents. Aucun enfant ne devrait être confisqué à sa famille » affirmait récemment la représentante démocrate au Congrès Alexandria Ocasio-Cortez après sa visite de l’un de ces centres.

On estime que sept enfants sont morts dans des centres de détention américains depuis le début de l’année 2019.

Sur le même sujet:

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.