Home Lifestyle Job Le congé corona pour les parents est prolongé jusqu’au 30 juin

Le congé corona pour les parents est prolongé jusqu’au 30 juin

getty images

Bonne nouvelle pour tous les parents: si votre enfant doit être mis en quarantaine ou que sa classe ou son milieu d’accueil est contraint de fermer ses portes à cause d’un cas de Coronavirus, vous pouvez bénéficier d’un congé corona. Cette mesure est dorénavant d’application jusqu’à la fin de l’année scolaire.

Initialement prévu jusqu’au 31 mars, le congé corona vient d’être prolongé jusqu’au 30 juin, apprend-on via Le Ligueur.

Le congé corona prolongé

Le texte sera débattu et officiellement voté au Parlement cette semaine mais l’Office national de l’emploi (ONEM) a déjà annoncé la mesure sur son site internet.

Jusqu’au 30 juin, il sera donc possible de bénéficier d’un congé corona dans le cas où:

  • l’enfant doit être mis en quarantaine suite à un contact avec une personne contaminée.
  • l’école ou le centre d’accueil ferme temporairement ses portes (partiellement ou entièrement) pour limiter la propagation du Coronavirus.

“Des allocations de chômage temporaire pour force majeure peuvent être octroyées aussi longtemps que l’enfant ne peut pas retourner à la crèche, à l’école, au centre d’accueil pour personnes handicapées ni bénéficier du service pour personnes handicapées pour les raisons précitées” précise l’ONEM. Cependant, cette mesure ne s’applique pas dans le cas où l’enfant revient d’un voyage dans un pays qui était en zone rouge au moment du départ. À noter également: les deux parents n’ont pas le droit de prendre en même temps un congé corona.

À combien s’élèvent les indemnités?

“Le travailleur mis en chômage temporaire pour la garde d’un enfant perçoit 70 % de sa rémunération (plafonnée). Un précompte professionnel de 15 % est retenu sur ce montant. En outre, il perçoit encore un supplément de 5,63 euros par jour en plus de son allocation de chômage” explique l’ONEM. Toutes les démarches à entreprendre pour obtenir cette indemnité en tant que travailleur·se sont expliquées sur le site Internet.

Lire aussi: