Home Lifestyle Faut qu'on parle Faut qu’on parle: une application pour valider le consentement sexuel va voir...

Faut qu’on parle: une application pour valider le consentement sexuel va voir le jour et ça va trop loin

On se croirait dans un épisode de Black Mirror et ça fait froid dans le dos. L’application néerlandaise Legal Fling propose de passer un « contrat » entre les partenaires avant tout acte sexuel.

Concrètement, comment ça se passe? Le mec ou la fille envoie une « demande de relation sexuelle » comme on  enverrait une « friend request » sur Facebook. Si l’autre accepte, ils décident ensemble de leurs préférences: avec ou sans préservatif, vidéos et photos autorisées ou non, langage explicite,…Une fois le contrat validé, ça y est, ils peuvent se « laisser aller en tout sécurité ». Mouai, on a vécu plus spontané…

Et le romantisme dans tout ça?

Fini les regards gênés et les sourires en coin suivis d’un « on boit un dernier verre? » pleins de sous-entendus. Au lieu de ça, vous pourriez recevoir une notification sur votre téléphone vous apprenant que votre rencard trouverait ça sympa de s’adonner aux plaisirs de la chaire. Tinder a déjà rendu les premiers regards un peu moins romantiques qu’au bon vieux temps mais là, ça va trop loin.

Qui dit mot, consent

Imaginons, on rentre d’une soirée arrosée, bien éméchée, on accepte l’acte et toutes ses conditions mais finalement, on ne le sent plus vraiment ce gars. Plus moyen de se rétracter? Et si on se retrouve face à un tribunal, l’homme pourra-t-il clamer « elle avait accepté le contrat! ». Comment encore prouver que c’est bien nous qui avons coché les cases ou qu’on ne l’a pas fait sous la menace d’un violent agresseur? Sans parler du fait que les viols peuvent avoir lieu au sein d’une relation stable. En imaginant le pire, les limites et dérives de cette application nous sautent aux yeux!

 Une fausse solution

Malheureusement, si un homme veut vous harceler sexuellement, il le fera. Il ne vous demandera pas votre permission au préalable via une application. Plutôt que de mettre en place ce genre de contrats virtuel, on ferait mieux de communiquer, avec des mots, tout simplement.

Ça nous a aussi fait réagir:

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.