Home Lifestyle Souffrez-vous de doomscrolling, ce besoin compulsif de scroller jusqu’à épuisement?

Souffrez-vous de doomscrolling, ce besoin compulsif de scroller jusqu’à épuisement?

Getty

Les réseaux sociaux ont amené avec eux la tendance inéluctable du scrolling, ce geste qui consiste à faire défiler les divers fils d’actualité de nos apps favorites. Cependant, comme pour chaque chose, des dérives existent et dans ce cas-ci, on parle de doomscrolling, soit un besoin compulsif de scroller les réseaux jusqu’à n’en plus pouvoir.

Le doomscrolling, c’est la fusion entre “doom”, signifiant “destin tragique” ou encore “mort inéluctable”, et “scrolling”. Le tout désigne un comportement nocif qui risque bien de grignoter la santé mentale des individus en souffrant.

Un comportement qui peut déboucher sur une addiction

Le doomscrolling fait en quelques sortes référence au gavage. En effet, il désigne cette mauvaise habitude de balayer de bas en haut les fils d’actu’ des différents réseaux sociaux jusqu’à se sentir complètement noyé·e par les mille et une informations que chacun d’entre eux délivre.

Si de prime abord, ce comportement semble ne comporter que peu de risques, il est en réalité plus dangereux qu’on ne le pense. En effet, plus qu’un moyen de distraction, ce comportement peut s’emparer de notre santé mentale en regard de son caractère anxiogène.”

Un flux permanent d’informations, quelle que soit la nature de la nouvelle, peut créer une addiction dont il devient difficile de se défaire ensuite.

En effet, avec les réseaux sociaux, tout va très vite, en permanence. On gobe les informations, sans parfois prendre le temps de les ingérer et de développer une réflexion à leur propos. De cette manière, nous pouvons vite sombrer dans la peur de louper quelque chose d’important sur les réseaux. C’est ce qu’on appelle communément le syndrome FOMO, the fear of missing out, soit la peur de rater quelque chose. Ce syndrome va de pair avec le doomscrolling, dans lequel on peut se donner corps et âme, tout en passant à côté des moments vrais, et ce, sans même s’en rendre compte.

Se laisser envoûter par les écrans

Nous sommes bien souvent captivés par nos réseaux sociaux, donnant de cette manière du pain à manger aux algorithmes, qui n’attendent que ça: qu’on passe un max de temps sur leurs applications pour cibler au mieux nos préférences. Au plus on s’intéresse aux contenus délivrés par les réseaux, au plus ceux-ci collent à nos goûts, au plus on s’y intéresse et au plus il est difficile de s’en défaire. Un véritable cercle vicieux.

Comment ne pas tomber dans le doomscrolling? 

Karen K. Ho, journaliste spécialisée dans la finance et l’économie à New York délivre plusieurs conseils à ce sujet. Tout d’abord, elle nous conseille de profiter d’un temps sans écran une fois la nuit tombée. “Une pause écran loin de votre smartphone vous aidera beaucoup plus à préserver votre santé mentale, conseille-t-elle. Le sommeil est toujours important pour que votre corps puisse se remettre des facteurs de stress de la journée. Prendre soin de vous en dormant, en lisant un livre ou en vous étirant doucement peut vous aider à mieux aborder les jours à venir.”

Prendre soin de vous peut déjà constituer un pas: parler à un ami, regarder votre émission préférée ou se déconnecter et se coucher tôt. N’oubliez pas de vous montrer aussi attentionné envers vous que vous le faites avec vos amis et vos proches”,

ajoute-t-elle, avant de conclure: “Il n’y a pas de mal à être fatigué et débordé. Il est raisonnable d’être triste, frustré et en colère. Vous méritez tout de même une alimentation nourrissante et un repos adéquat ainsi que des pauses pour votre santé mentale. Je sais que vous faites de votre mieux. N’oubliez pas de prendre soin de vous et de votre santé mentale. Une nuit complète de repos est toujours une bonne idée.”

Lire aussi: