Home Lifestyle Psycho 6 conseils pour se faire des amis à l’âge adulte (et en...

6 conseils pour se faire des amis à l’âge adulte (et en pleine pandémie)

Portrait of two female friends with face mask keeping safety distance in Granada, Spain. urban young sweatshirt hood city convid19 "new normality" "social distance"

Pour de nombreuses personnes, ces derniers mois ont été une confrontation douloureuse à une solitude qu’il était facile d’ignorer dans la “vie d’avant”. Problème: se faire des amis à l’âge adulte n’est pas si facile. Heureusement, notre journaliste Talitha s’est jetée à l’eau afin de trouver et tester des méthodes pour se faire de nouveaux potes.

Parce qu’une fois quittée la cour de récré, malheureusement, il ne suffit plus simplement de partager son goûter pour devenir ami.e.s pour la vie. Sans compter que si vos parents s’en mêlaient pour vous arranger des après-midis jeux, passés l’âge de 10 ans, ce serait sincèrement bizarre. Confrontée à cette réalité cruelle, et après avoir eu l’hérésie l’idée de déménager dans une nouvelle ville où elle ne connaissait personne, Talitha a donc décidé de se lancer dans la quête de quelque chose d’encore plus difficile à trouver que le Graal: des amis adultes. De nouveaux amis à l’âge adulte, plus précisément, celui-là même où la plupart des gens ont déjà établi leur bande pour la vie.

Un effet secondaire de l’école

Ainsi que l’explique Beate Volker, professeur de sociologie à l’Université d’Amsterdam, se faire des amis à l’âge adulte n’est pas vraiment un jeu d’enfant. En cause, des circonstances qui ont changé au gré des années: “ce n’est jamais plus simple de se faire des amis qu’à l’école, parce que vous êtes en permanence en compagnie de gens qui ont les mêmes centres d’intérêt que vous. Sans compter que vous vous voyez très souvent sans devoir faire d’effort pour ça, c’est presque comme si les amis étaient un effet secondaire de l’école”.

À l’âge adulte, le processus se complexifie, parce que tout à coup, on rencontre beaucoup moins de gens qu’avant”.

Une situation dans laquelle beaucoup d’adultes déracinés se reconnaîtront: quand elle a déménagé à Amsterdam à l’âge de 17 ans, Talitha n’a eu aucun souci à se refaire rapidement une bande de potes. Dix ans plus tard, fraîchement installée à Anvers sans “journée d’introduction à la ville” à l’horizon ni autres activités prévues pour rencontrer de nouvelles personnes, la situation était toute autre. D’autant que nos vies à 100 à l’heure laissent bien peu de temps aux rencontres, qu’elles soient amoureuses ou amicales, diverses études ayant démontré que nos groupes d’amis ont tendance à rétrécir dans la trentaine plutôt que de continuer à s’étoffer.

Comment se faire des amis?

“Même si c’est plus compliqué de se faire des amis à l’âge adulte, ce n’est pas impossible pour autant” (r)assure Beate Volker. “Il faut juste faire plus d’effort que quand vous étiez enfant, parce qu’il y a moins de chances que vous soyez amené.e à vous rendre à des endroits où vous allez rencontrer des gens susceptibles de vouloir se faire de nouvelles connaissances”. La solution pour les dénicher? Suivre ces 6 conseils testés et approuvés par Talitha.

1

Trouver des personnes qui partagent vos intérêts

Ainsi que l’explique Beate Volker, “partez à la recherche d’endroits où des gens partageant vos centres d’intérêt sont susceptibles de se trouver”. Et non, ce n’est pas simple en cette période, mais pas impossible non plus. Vous adorez la céramique? Suivez un cours collectif en ligne. Les animaux sont votre passion? Portez-vous volontaire dans un refuge. Vous pouvez également joindre un club de lecture virtuel ou toute autre activité distanciée qui vous permet tout de même de rencontrer d’autres personnes qui partagent vos hobbies. On dit ça on ne dit rien, mais il y a plein de copines potentielles qui se cachent parmi les membres de notre Flair Book Club

2

Faire jouer son réseau

En règle générale, les ami.e.s partagent un même environnement, une éducation semblable et un style de vie. Autrement dit, en sollicitant votre cercle d’ami.e.s et connaissances existant pour qu’ils vous présentent d’autres potes à eux, il y a de fortes chances pour que vous élargissiez votre bande en rencontrant des gens qui vous ressemblent.

3

Approfondir ses contacts

Il y a de fortes chances pour que vous côtoyez déjà des personnes avec qui vous pourriez être pote sans même le savoir. Posez-vous la question: parmi votre cercle élargi, qui aimeriez-vous apprendre à mieux connaître? Une fois que vous avez la réponse, attelez-vous à la tâche, et profitez-en pour relancer quelques vieilles amitiés qui se seraient un peu étiolées au passage. Qu’est devenu.e votre BFF de quand vous aviez 13 ans? C’est le moment de le découvrir

4

Devenir sociable

Cela semble évident dit comme ça, mais forcément, c’est impossible de se faire de nouveaux amis quand on reste tout le temps seul.e chez soi. Forcez-vous à répondre “oui” plus souvent aux invitations, allez vous promener, participez à une escape room en ligne,… Plus vous multiplierez les occasions de rencontrer de nouvelles personnes, plus vous risquerez de rencontrer de nouveaux potes.

5

Faire le premier pas…..

Si dans notre culture coincée occidentale, on se pose mille questions (et on prend mille ans) avant de simplement oser proposer à quelqu’un de nous accompagner pour boire un café (distancié), la rencontre face-à-face est pourtant une étape cruciale dans la formation d’une nouvelle relation, qu’elle soit amoureuse ou amicale. Quand on est enfant, on invite sans problème quelqu’un d’autre à passer du temps avec nous, mais adulte, on a tellement peur du rejet qu’on n’ose plus et on passe à côté de l’occasion de tisser du lien. Oui, ça fait peur, mais c’est important de faire le premier pas.

6

….. mais aussi le deuxième.

Aller boire un café ou visiter une expo, c’est chouette, mais une amitié s’entretient, et pour qu’elle se développe, il ne faut pas hésiter à entretenir la relation: selon la science, il faudrait avoir partagé entre 6 et 10 moments ensemble avant de se sentir proche d’une autre personne. La bonne nouvelle, c’est que la période se prête particulièrement aux apéros virtuels, qui sont moins stressants (et complexes à organiser) que des meetings en personne, d’autant qu’ils ne nécessitent pas d’habiter le même quartier. Trinquer virtuellement avec cette meuf super cool qui traîne dans le même groupe de dog moms que vous? Post-COVID, ça n’a plus rien d’étrange, au contraire, alors santé!

Texte: Talitha Dehaene

Lire aussi: