Home Lifestyle Comment savoir si un proche souffre d’un trouble psychologique?

Comment savoir si un proche souffre d’un trouble psychologique?

crédit: getty images

En Belgique, 1 personne sur 4 souffre de troubles psychiques. Le sujet reste tabou, alors qu’il n’y a rien de honteux à demander de l’aide. Ce n’est pas un aveu de faiblesse, mais un signe de courage. Nous sommes tou·te·s concerné·e·s et il est grand temps de se donner un coup de main.

Si vous pensez qu’un membre de votre entourage souffre d’un trouble psychologique, voici ce que à quoi vous devez faire attention:

1

Un changement de comportement

Même si vous n’avez pas conscience de laisser transparaître vos émotions, votre comportement trahit vos sentiments. Si le comportement de l’un de vos proches change soudainement, c’est peut-être le signe qu’il a un problème, surtout si son comportement dure ou qu’il s’aggrave. À quoi dois-je faire attention? À n’importe quel changement dans ses habitudes, que ce soit dans sa manière d’agir, de s’alimenter… Est-ce qu’il a plus de mal à se concentrer? Est-ce qu’il est distrait ou plus agité? Son sommeil est-il modifié?

2

Ses réactions, ses émotions

Quand on traverse une période difficile, cela se traduit dans nos actions, mais aussi dans nos réactions et nos émotions. Une personne qui souffre va se sentir plus vite blessée, irritée ou être plus agressive. Est-elle sujette à des sautes d’humeur ou, au contraire, est-elle complètement amorphe, voire désespérée?

3

Un repli sur soi

Quelqu’un qui souffre psychologiquement va avoir tendance à se replier sur lui-même jusqu’à éviter toute forme de contact avec autrui. Même lorsqu’il est en société, il semble absent ou perdu dans ses pensées. Le fait de vouloir s’isoler va rendre la personne encore plus seule et nourrir cette fausse idée selon laquelle elle n’est à sa place nulle part.

Comment aborder le sujet?

  1. Essayez, dans un premier temps, d’être une oreille attentive. Faites preuve de compréhension et tentez d’identifier ce qui met votre ami·e dans cet état.
  2. Soyez empathique. Demandez-vous ce que l’épreuve que votre proche traverse aurait eu comme impact sur vous. De quelle manière vous auriez aimé être aidé·e si vous étiez dans sa situation. Ne minimisez pas ce que la personne vous raconte.
  3. Assurez-vous de bien comprendre tout ce qui est dit, de ne pas mal interpréter.
  4. Posez des questions concrètes: que ressens-tu ? Depuis combien de temps? Qu’est-ce qui te rend malheureuse? Qu’est-ce que tu voudrais changer?
  5. Essayez de ne pas juger. Si la personne rencontre des difficultés, elle n’a certainement pas besoin que vous la culpabilisiez Ne la laissez pas se sentir honteuse.
  6. Ne partez pas du principe que vous allez tout régler en un rien de temps. Ne donnez pas de faux espoirs à la personne. Chacun surmonte les obstacles à son propre rythme et cela peut prendre du temps.
  7. Essayez de penser plus loin, de déterminer ensemble comment vous pouvez régler son problème sur le long terme. Demandez de l’aide à une tierce personne. Même si vous avez envie d’aider votre ami·e, que vous la/le soutenez, l’aide professionnelle est souvent la plus appropriée.

À lire également: