Home Lifestyle C’est prouvé: la pollution de l’air perturbe les cycles menstruels des adolescentes

C’est prouvé: la pollution de l’air perturbe les cycles menstruels des adolescentes

Pour la première fois, une étude menée par des chercheurs américains du Boston Medical Center, identifie un lien entre la pollution de l’air et la perturbation des cycles menstruels des jeunes filles.

Que dit l’étude?

Soyons précis et concis. L’étude révèle que la pollution de l’air a un effet sur le système endocrinien reproducteur. Concrètement, en étant confronté à la pollution atmosphérique, les règles se déclenchent plus tardivement et mettent surtout plus de temps à devenir régulières. Il a été observé que les jeunes filles du Nord-est et de l’Ouest des Etats-Unis ont mis plus de temps à avoir un cycle menstruel régulier. Plus le niveau de particules dans l’air est élevé plus ça peut perturber les cycles menstruels: « chaque augmentation de 45 microgrammes de particules fines par mètre cube d’air (μg/m3) avait une probabilité accrue de 1,08, 1,08 et 1,10 respectivement pour les phénotypes modérés, persistants et persistants avec excès d’androgènes » peut-on lire sur consoglobe.

Une étude menée sur plus de 30 000 filles

Ces résultats ont été annoncés par des chercheurs américains du Boston Medical Center. Ils ont pour ce faire suivi 34.832 lycéennes depuis leurs 14 ans jusqu’à leurs 18 ans. Celles-ci étaient sélectionnées par Nurse Health Study (NHS) qui suit depuis 30 ans plus de 115.000 Américaines âgées de 30 à 55 ans.

Il faut agir

Ces résultats viennent s’ajouter à d’autres révélant l’impact de la pollution sur l’infertilité, le syndrome métabolique, le syndrome des ovaires polykystiques, le cancer et les maladies cardiovasculaires et pulmonaires. Il est donc toujours plus URGENT de réduire le taux de particules fines dans l’air.

Lire aussi:

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.