Home Lifestyle Job Ces nouveaux mots qu’il est tendance d’employer au boulot

Ces nouveaux mots qu’il est tendance d’employer au boulot

En 2018, on est « néoartisan », on « microtravail » et on en a marre du « blurring ». Entre anglicismes et invention de termes pour « faire mieux », le site l’ADN a établi un petit lexique des nouveaux mots de l’entreprise du 21e siècle.

8 nouveaux mots pour se définir au boulot

1

Le Blurring

C’est le mal du siècle. Grâce ou plutôt à cause des nouveaux outils de communication (smartphones, tablettes, ordinateurs…), la frontière entre vie privée et vie professionnelle devient de plus en plus floue. « Blur » en anglais signifie d’ailleurs flou. Résultat: le blurring, c’est lorsque la journée de travail continue une fois rentré chez soi…

2

Être un néoartisan

Ce terme fait référence à une nouvelle génération de « cadres sur-diplômés » qui, en quête de sens, quittent leur job bien payé pour se tourner vers des métiers de l’artisanat, comme un banquier qui devient menuisier.

3

Être free

De plus en plus de jeunes décident de se mettre à leur propre compte. Et ce n’est pas pour déplaire aux entreprises qui font généralement appel à des freelances pour des besoins de court terme.

4

Le digital nomad

Le digital nomad est un travailleur nomade qui n’a que son ordinateur pour bureau. Il peut travailler de partout, la seule chose dont il a besoin? Une bonne connexion wifi.

5

L’intrapreneur

Ce terme se popularise mais il n’est pas neuf! Il a été inventé en 1976 par l’Américain Gifford Pinchot. L’intrapreneur est un salarié d’une grande entreprise qui est en même temps entrepreneur. C’est-à-dire: « il possède un projet viable intéressant pour l’entreprise qu’il peut réaliser en son sein. »

6

Le slasher

C’est un travailleur qui combine plusieurs métiers. Le slasher peut être coach sportif le matin et serveur le soir, il peut être psychiatre le matin et gérant d’un supermarché l’après-midi. On devient slasher parfois par envie parfois par contrainte.

7

Le micro travail

Le « micro travail » consiste à exécuter de toutes petites tâches à faible valeur ajoutée, par exemple: répondre à un questionnaire ou taguer une photo. Souvent qui dit « micro travail » dit « micro salaire ».

8

Le slow working

La qualité plutôt que la quantité pourrait plus ou moins définir ce terme. Concrètement le slow work, c’est se réjouir de la lenteur de l’homme car celle-ci « permet de créer des collaborations fondées sur la confiance et l’échange » (la ou les machines ne peuvent pas le faire).

Vous vous reconnaissez dans l’un de ces nouveaux termes so 2018?

Lire aussi: 

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.