Home Lifestyle Animaux Michaël Youn écrit une lettre émouvante à son chien décédé

Michaël Youn écrit une lettre émouvante à son chien décédé

Reporters / Abaca

Robbie, le Golden Retriever de Michaël Youn, est décédé en ce début d’année. L’humoriste lui a rendu un sublime hommage sur les réseaux sociaux.

Depuis 13 ans, il était « son compagnon de mille et une aventures ». À travers les mots touchants et drôles de Michaël, on comprend que ces deux-là étaient inséparables.

View this post on Instagram

Robbie (2005-2019) 13 ans… de fidélité, d’amour, de rires, de câlins, de boue, de bave, de canapés ravagés, de chaussures déchiquetées, de jambons volés, de galopades effrénées, de disparitions angoissantes, de réapparitions miraculeuses, et de chevauchades sur des chiennes, des chiens et des peluches. 13 ans de route ensemble… en voiture, en train, en avion et en scooter surtout (« vous inquiétez pas monsieur l’agent, il conduit que quand je suis bourré »). Et quelque soit l’endroit du globe où je t’emmenais, tu cherchais systématiquement un point d’eau, un étang, une marre ou même juste une flaque… pour t’y vautrer lamentablement. 13 ans où on a tout fait ensemble… des films, des clips, des tournées, des émissions, des plongeons, des BBQ, des fêtes, des déguisements, des rencontres… une famille. Toujours partant, tu boudais jamais. T’as même pas fait la gueule le jour où je t’ai oublié devant la porte pour réaliser 20 kms plus loin que t’étais pas dans le van. Ni le jour où, seul à la maison, t’as survécu à un incendie. Quelques soient les circonstances, tu affichais toujours ton sourire Royal Canin. 13 ans… à t’imaginer une voix, proche de celle de Alf, pour donner vie à tes pensées. Ou à faire croire aux autres que je parlais « le chien » et que je comprenais tes aboiements. Je mentais. Je n’y comprenais rien. À part cette nuit, où j’ai compris que tu avais trop mal. 13 ans… depuis tes 2 mois, où je t’ai nourri à la petite cuillère, jusqu’à cette après-midi de chien où je t’ai accompagné jusqu’à la mort pour que tu puisses partir sans trop souffrir. Tu as été un chien très aimé… parce que tu étais un chien très aimant. La légende dit même que tu aurais fait la fête aux cambrioleurs quand ils ont « visité » la maison. Tes poils vont me manquer. Je perds mon voyou, ma joie, mon réveil, mon excuse, mon spectacle, mon enthousiasme, ma boussole… Amuse-toi bien là-haut à courir après tous ces lapins que tu imaginais déjà dans tes rêves. Tes derniers mots m’auront encore bien fait marrer : « Pas de fleurs sur ma tombe svp, uniquement des quiches lorraines! » Au revoir et merci mon compagnon de mille et une aventures.

A post shared by Michael Youn Officiel (@michaelyoun) on

13 ans où on a tout fait ensemble…

« 13 ans… de fidélité, d’amour, de rires, de câlins, de boue, de bave, de canapés ravagés, de chaussures déchiquetées, de jambons volés, de galopades effrénées, de disparitions angoissantes, de réapparitions miraculeuses, et de chevauchades sur des chiennes, des chiens et des peluches.

13 ans de route ensemble… en voiture, en train, en avion et en scooter surtout (« vous inquiétez pas monsieur l’agent, il conduit que quand je suis bourré »). Et quelque soit l’endroit du globe où je t’emmenais, tu cherchais systématiquement un point d’eau, un étang, une marre ou même juste une flaque… pour t’y vautrer lamentablement.

13 ans où on a tout fait ensemble… des films, des clips, des tournées, des émissions, des plongeons, des BBQ, des fêtes, des déguisements, des rencontres… une famille. Toujours partant, tu boudais jamais. T’as même pas fait la gueule le jour où je t’ai oublié devant la porte pour réaliser 20 kms plus loin que t’étais pas dans le van. Ni le jour où, seul à la maison, t’as survécu à un incendie. Quelques soient les circonstances, tu affichais toujours ton sourire Royal Canin.

13 ans… à t’imaginer une voix, proche de celle de Alf, pour donner vie à tes pensées. Ou à faire croire aux autres que je parlais « le chien » et que je comprenais tes aboiements. Je mentais. Je n’y comprenais rien. À part cette nuit, où j’ai compris que tu avais trop mal.

13 ans… depuis tes 2 mois, où je t’ai nourri à la petite cuillère, jusqu’à cette après-midi de chien où je t’ai accompagné jusqu’à la mort pour que tu puisses partir sans trop souffrir. Tu as été un chien très aimé… parce que tu étais un chien très aimant. La légende dit même que tu aurais fait la fête aux cambrioleurs quand ils ont « visité » la maison.

Tes poils vont me manquer. Je perds mon voyou, ma joie, mon réveil, mon excuse, mon spectacle, mon enthousiasme, ma boussole…

Amuse-toi bien là-haut à courir après tous ces lapins que tu imaginais déjà dans tes rêves.
Tes derniers mots m’auront encore bien fait marrer : « Pas de fleurs sur ma tombe svp, uniquement des quiches lorraines! »

Au revoir et merci mon compagnon de mille et une aventures »

Qui a versé une larme?

Lire aussi:

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.