Home Food 9 conseils pour acheter durable dans un supermarché classique

9 conseils pour acheter durable dans un supermarché classique

Vous aimeriez agir pour l’environnement et le climat, mais à force d’entendre des conseils contradictoires, vous êtes perdue? Voici 9 conseils pour les consommatrices conscientes, mais un peu déboussolées.

Comme de nombreuses personnes, vous voulez le meilleur pour la planète. Il vous arrive de cuisiner végétarien, de prendre les transports en commun et vous préfèrez mettre un pull supplémentaire plutôt que d’augmenter le chauffage. Mais au supermarché, vous vous sentez un peu perdue? Bien sûr, vous savez qu’il vaut mieux faire ses courses dans des magasins de vrac, mais vous n’avez ni le temps ni l’énergie pour cela. Après une journée de travail, vous avez tendance à vous rendre au supermarché du coin. Mais là, vous êtes prise de doute. Comment acheter durable dans un magasin ou même les caissières ont l’air d’être composées de plastique ? Nous avons fait appel à quelques experts pour élaborer ensemble un guide pratique pour vous aider à ne plus acheter n’importe quoi.

9 conseils pour acheter durable dans un supermarché classique

1

Vaut-il mieux acheter des légumes bio emballés dans du plastique ou ceux en vrac, mais qui ont été pulvérisés de pesticides ?

Karine Van Doorsselaer, professeur en Science des Matériaux et en Ecodesign pour la formation Développement de Produit “Ce n’est pas une question facile. Les légumes bio sont souvent un peu plus chers, et l’emballage plastique est là pour montrer la différence entre les légumes bio et ceux qui ne le sont pas. Le problème, c’est que certains consommateurs veulent des légumes bio, mais ne sont pas prêts à payer plus cher. Et puis, ces légumes bio sont souvent emballés dans du plastique biodégradable qui, en théorie, est compostable. Sauf que, pour éviter toute confusion avec du plastique non compostable, cet emballage n’est pas autorisé dans les déchets organiques. Finalement, le fait qu’il soit compostable ne sert à rien, puisqu’il termine incinéré avec les autres déchets résiduels. Malgré tout, il vaut mieux choisir les légumes bio : éviter les produits chimiques est essentiel pour notre santé et pour celle de l’environnement agricole. Et s’il faut qu’il soit emballé dans du plastique, tant pis. Heureusement, la situation évolue. Il est prévu que certains légumes soient tatoués pour indiquer qu’ils sont bio. C’est déjà le cas avec certaines courges ou pommes de terre.”

2

Ne vaut-il mieux pas choisir un emballage en papier ?

K. Van Doorsselaer “On considère souvent que les emballages carton sont meilleurs pour l’environnement. Mais imaginez un peu que l’on remplace tout notre plastique par du carton et du papier. Où trouverons-nous tous ces arbres ? Le papier est un matériau naturel, ce qui est bien, mais si la demande dépasse le taux de croissance des arbres, c’est également problématique. De plus, le papier ne peut pas être recyclé éternellement. Et puis, le but est que le produit emballé soit bien protégé. Si la nourriture est gâchée, c’est encore pire. Il faut donc trouver le bon équilibre entre le plastique et le papier.”

3

Les pots en verre sont-ils plus durables que ceux en plastique recyclé ?

K. Van Doorsselaer “Le contenu du sac PMC a été élargi en 2019. En plus des bouteilles en plastique, du métal et des cartons de boisson, vous pouvez désormais y trier toutes sortes d’emballages plastiques, des plateaux à viande aux petits sachets en plastique. Si vous prenez vos responsabilités de consommateur, ces matériaux peuvent donc aussi être recyclés. Seule condition: l’emballage ne doit être composé que d’un seul type de plastique. Il est important de savoir que le plastique perd en qualité à chaque fois qu’il est fondu. Le verre par contre, peut être recyclé éternellement sans perte de qualité, ce qui fait que vous feriez mieux d’opter pour l’emballage en verre. Du moins à condition que la distance de transport soit raisonnable. Le verre est bien plus lourd que le plastique, le transporter sur de longues distances a donc un impact environnemental significatif.”

Les pots en verre sont-ils plus durables que ceux en plastique recyclé ?

4

Et pour les jus de fruits ? Les bouteilles en verre et les tétrapacks sont recyclés. Quelle solution choisir ?

K. Van Doorsselaer “Si un contenant n’est pas réutilisable, la première question à se poser est : est-il recyclable ? Il est vrai que le verre et les tétrapacks
sont recyclables. Mais il y a un hic. Les tétrapacks ne contiennent que 75 % de carton. Pour le reste, ils contiennent du plastique et une fine couche d’aluminium. Si vous découpez le carton de votre jus d’orange, vous verrez clairement cette couche brillante. En tant que consommateurs, nous jetons nos cartons à boissons dans la poubelle PMC. Ensuite, le carton est trempé dans l’eau afin que le papier puisse se dissoudre et être recyclé. Le reste de l’emballage est recyclé thermiquement – une jolie façon de dire qu’il est brûlé. On récupère la chaleur et l’énergie qui résulte de ce processus, mais la combustion n’entre pas dans le modèle d’énergie circulaire. Bref, le verre est la meilleure solution, parce qu’il est entièrement recyclé.”

5

Puis-je encore savourer un toast à l’avocat sans me sentir coupable ?

W. Thiery “D’un point de vue climatique, il est clair que l’empreinte écologique des fruits et des légumes est plus petite que celle de la viande, et ce même s’ils viennent de loin. Vous hésitez entre un hamburger et un avocat ? Un hamburger de boeuf produit 38 fois plus d’émissions de CO2 qu’un demi-avocat. Mais le mieux reste de manger un repas végétalien à base de légumes locaux.”

6

Est-il possible de continuer à manger de la viande tout en étant attachée à l’environnement ?

W. Thiery, climatologue : “Chaque kilo de CO2 que nous émettons contribue au réchauffement climatique. Si on se penche sur les différents régimes alimentaires, nous constatons que la viande génère davantage d’émissions que les régimes à base de légumes et de noix. Être vegan est donc la meilleure solution pour le climat. Mais que faire si vous voulez quand même continuer à manger de la viande ? Eh bien, si vous observez l’industrie de la viande, vous verrez que la viande de boeuf et d’agneau produisent les plus grandes émissions de CO2. Mieux vaut donc laisser tomber ces produits. La superficie de terres et la quantité de nourriture nécessaires à ce bétail coûtent énormément d’énergie et donc de CO2. De plus, ces animaux produisent eux- mêmes du gaz à effet de serre, comme ce sont des ruminants. Ce n’est pas le cas des autres animaux. Préférez donc la volaille au boeuf : elle émet beaucoup moins de CO2 au kilo.

7

Est-ce qu’un emballage à recharge pour un shampoing/gel douche est toujours une bonne option ?

K. Van Doorsselaer “Une bouteille de shampoing est composée à 100 % de plastique. Vous la jetez dans le sac PMC afin qu’elle puisse être recyclée. Mais avec le système de recharge, le scénario est différent. Ces petits sachets mous sont composés de différents matériaux, ce qui commence déjà mal. Comme ils sont fabriqués de différents plastiques, cela complique le recyclage. Même si l’emballage indique qu’il utilise moins de plastique, et que c’est effectivement le cas, si ce matériau ne peut pas être recyclé, ça n’aide pas. Mieux vaut acheter une nouvelle bouteille. L’idéal, c’est d’utiliser du shampoing solide. Non seulement, ça fait moins d’emballage, mais en plus vous en consommerez moins. Le shampoing est un produit très commercial, constitué en grande partie d’eau.”

8

Est-ce qu’acheter un sac en plastique est vraiment si grave ?

K. Van Doorsselaer “Dans un premier temps, il vaut toujours mieux apporter un sac réutilisable. Nos grands-parents l’ont toujours fait dans le passé, pourquoi ne pourrions-nous pas nous y remettre ? Le principal défi est de recycler les sacs en plastique. Les sacs poubelles PMC permettent heureusement de les récupérer, plutôt qu’ils soient brûlés comme déchets résiduels. En tant que consommateur, vous n’avez qu’à trier correctement ou mieux : les réutiliser vous-mêmes aussi longtemps que possible.”

9

Pour fabriquer des sacs en coton réutilisable, une grande quantité d’eau était utilisée. Restent-ils malgré tout une bonne option ?

K. Van Doorsselaer “Il faut rester prudent avec ces études qui prêchent ce qui est meilleur ou pire. Vous obtiendrez des chiffres totalement différents selon l’instigateur. Le calcul de l’impact environnemental est extrêmement complexe, car il doit prendre en compte l’entièreté du cycle de vie du produit, avec tous les scénarios envisageables. Et puis, il est impossible d’exprimer l’impact environnemental d’un produit en se basant sur un seul chiffre. Ce qui est sûr, c’est que la réutilisation est toujours la meilleure option. C’est simplement du bon sens : plus vous utilisez quelque chose, meilleur c’est pour l’environnement. Avec des sacs en coton, vous pouvez faire vos courses toute votre vie. Le but n’est pas que votre armoire soit pleine à craquer de sacs réutilisables. Aujourd’hui, certains vendeurs en distribuent à la pelle. Emmenez toujours un sac réutilisable, afin d’être prêt pour des achats inattendus.”

Lire aussi:

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.