Home @Home & Sorties Rencontre avec Sarah, qui a lancé un blog sur le vitiligo

Rencontre avec Sarah, qui a lancé un blog sur le vitiligo

Sarah Celeapca a découvert qu’elle souffrait de vitiligo à 8 ans. Aujourd’hui, à 24 ans, elle défend l'idée d'une "beauté multiple" et a lancé un blog pour aider d'autres patients à s’accepter.

Dès le retour des beaux jours, le vitiligo, redevient visible sur sa peau diaphane qui, l'hiver, ne laisse quasi rien deviner. Cette  affection de l’épiderme se caractérise par une dépigmentation de la peau, comme des "taches" blanches sur le corps et le visage. Ni contagieuse, ni dangereuse pour la santé, elle peut engendrer des difficultés psychologiques. Sarah a déjà envisagé des interventions médicales à plusieurs reprises. Elle y a finalement renoncé et décidé d'accepter sa particularité.

vitligo

L’enfer, c’est les autres

Elle entame un combat contre elle-même, mais aussi contre la cruauté des enfants et des ados qui l’entourent.

Je subissais énormément de moqueries au quotidien. Les gens me demandaient si j’avais mis de l’eau de javel sur mon visage, si j’avais le sida. Au fil du temps, j’ai eu de plus en plus de mal à accepter les remarques, au point de moins aimer mon corps.

C’est alors qu’un mannequin souffrant de la même maladie, Winnie Harlow, devient mondialement connue. C'est ce qui pousse Sarah à briser le silence et à revendiquer sa différence.

Acceptation et partage

Depuis un an, Sarah partage sur les réseaux sociaux des photos de ses "taches". "J’ai l’impression que c’est artistique. À travers mes clichés, je veux sensibiliser les gens pour que les moqueries cessent et pour montrer que la beauté est multiple". Une véritable communauté se met en place.

Je réponds volontiers aux questions des personnes qui découvrent le vitiligo. Je donne aussi des conseils pour le camoufler avec du maquillage.

Du rejet à l’égérie

Les retours positifs incitent Sarah à lancer un blog. "Pas pour militer, mais pour aider". On y trouve des conseils pour s’accepter et des informations sur le vitiligo. Sarah a tiré sa force de sa différence et pris sa revanche: "Ma vie serait peut-être beaucoup plus facile sans le vitiligo. Mais il fait partie de moi, de ce que je suis devenue. Aujourd’hui, je suis fière de qui je suis". 

Cliquez ici pour découvrir son blog.

Interview: Laurane Wattecamps. Photo: Jean van Cleemput. Coordination: Claire Debongnie. 

Retrouvez d'autres portraits de femmes inspirantes dans "Les Chéries Actives" sur chérieFM.BE.

 
 
 
 
 

Chaque semaine, dans votre Flair, retrouvez la nouvelle rubrique "Elles font bouger le monde", le portrait d'une femme qui fait changer les choses pour rendre le monde meilleur ou améliorer notre quotidien. La rubrique est réalisée avec Wonder Women, le réseau belge des femmes dynamiques, entrepreneurs et volontaires!