Home Food Comment choisir des produits (vraiment) sains au supermarché?

Comment choisir des produits (vraiment) sains au supermarché?

getty images
getty images

Selon une enquête menée par WW (anciennement Weight Watchers) auprès de 2 000 Belges, trois quarts des consommateurs (77%) jugent qu’il n’est pas facile de déterminer si un produit donné est effectivement sain, en se fiant aux informations figurant sur l’emballage.

Comment effectuer des choix sains et responsables en remplissant son caddy? Suivez les conseils de Valerie Mattheussens, diététicienne chez WW.

Des étiquettes illisibles

Nutriscore, produit light, allégé, riche en fibres, faible en matière grasse,… Difficile de s’y retrouver parmi les termes attractifs et les informations inscrites sur les emballages des produits vendus dans les rayons de nos supermarchés. « 8 Belges sur 10 déclarent que pour eux, un style de vie sain signifie manger sain. Cependant, les producteurs alimentaires ne leur facilitent pas la tâche: les étiquettes restent complexes. Il existe un réel besoin d’une plus grande clarté: pour bien lire le contenu des étiquettes actuelles, il faudrait être à la fois un scientifique, un mathématicien et un diététicien! » déclare Olivier De Greve, CEO de WW Benelux.

Comment faire des choix sains au supermarché?

La plupart des produits alimentaires sont pourvus d’une étiquette contenant des informations nutritionnelles. Valerie Mattheussens, diététicienne chez WW, partage quelques conseils pour bien interpréter le contenu de ces étiquettes.

1

Analysez les portions

En comparant des produits similaires, ne vous focalisez pas sur la colonne dans laquelle les valeurs nutritionnelles sont données « par portion », mais sur les valeurs « par 100 g/ml ». « L’importance d’une portion peut en effet varier selon le fabricant », explique Valerie Mattheussens.

2

Regardez l’ordre des ingrédients

Les ingrédients sont rangés par poids décroissant. « L’ingrédient indiqué en premier est donc celui dont le produit en contient le plus », précise Valerie Mattheussens.

3

Traquez le sucre

Certains emballages comportent la mention « sans sucre ajouté », mais les produits en question peuvent évidemment contenir des sucres naturels. « Ne vous y trompez donc pas. De plus, les fabricants imaginent souvent des appellations astucieuses pour éviter le mot « sucre ». Lorsque le nom d’un ingrédient se termine en « -ose » (glucose, fructose) ou qu’il contient le mot « sirop » (sirop de dattes, sirop de riz), vous pouvez en déduire qu’il y a des sucres ajoutés dans le produit », indique Valerie.

4

Réduisez le sodium et le sel

Les produits alimentaires contiennent beaucoup de sel caché. Or, notre alimentation est en général trop riche en sel, ce qui peut conduire à de l’hypertension et des problèmes rénaux. « Le responsable, c’est la substance appelée sodium. Le sel se compose à 40 % de sodium. Choisissez de préférence des produits ayant une faible teneur en sel ou en sodium », observe la diététicienne de WW.

5

Faites attention aux mots utilisés sur l’emballage

Si l’emballage présente par exemple une photo de banane, il doit mentionner le pourcentage de banane présent dans le produit. Attention aux grandes affirmations: « Riche en fibres », « light », « pauvre en sucres », ce sont des allégations que nous voyons tous les jours sur les emballages. Ne vous y laissez pas tromper : « Light » ou « Allégé » signifie que le produit contient 30 % de matières grasses ou de sucre ou de calories de moins qu’une variante comparable.« Pauvre en graisse »,« Peu de matières grasses » ou « Faible teneur en matières grasses » signifie moins de 3 % de matières grasses pour les produits alimentaires solides et moins de 1,5 % de matières grasses pour les produits liquides. À l’exception du lait demi-écrémé, qui contient 1,8 % de matières grasses par 100 ml. « Sans graisse » ou « Sans matières grasses » signifie que le produit contient moins de 0,5 % de matières grasses. « Pauvre en sodium » ou « pauvre en sel » signifie que le produit contient au maximum 0,12 gramme de sodium ou 0,3 gramme de sel par 100 grammes ou 100 ml.

« Ce que les fabricants attendent du consommateur est vraiment très compliqué. Celui-ci doit prendre en considération une multitude d’aspects, ce qui rend les choix judicieux très difficiles à faire” dénonce Valerie Mattheussens. “Chez WW, nous nous efforçons d’accompagner au mieux nos membres dans de bons choix alimentaires. Un de nos outils pour cela est le calcul algorithmique de notre application. Son scanner intégré prend en compte des valeurs nutritionnelles et indique instantanément un score en points pour le produit scanné” conclut-elle. Plus d’infos sur le site Internet.

Lire aussi: