Home Culture Télévision On a rencontré les danseurs de « Danse avec les stars »

On a rencontré les danseurs de « Danse avec les stars »

La 9ème saison de Danse avec les stars a débuté ce samedi 29 septembre sur TF1. Avant qu’ils ne foulent le parquet nous avons rencontré Denitsa Ikonomova, Katrina Patchett et Christian Millette au 58ème festival de télévision de Monte-Carlo.

Après huit saisons, où puisez-vous vos idées pour de nouvelles chorégraphies?

Katrina Patchett: Si j’entends un son qui me plaît, que ce soit en soirée ou chez moi, des idées de chorégraphie naissent immédiatement.

Christian Millette: Ce qui est compliqué, pour moi qui suis Canadien, c’est que je ne connais pas la culture musicale française. On m’a parfois demandé de danser sur de la variété française des années ‘70 et là, je peux vous dire que c’est compliqué de trouver de l’inspiration! Mais bon, on réussit toujours à faire des miracles (rires).

Sur l’ensemble des émissions, quelle chorégraphie vous a le plus marquée?

Denitsa Ikonomova: Ma danse sur « A corps perdu » de Grégory Lemarchal, avec Laurent Ournac. Je ne connaissais pas cet artiste ni son histoire. J’ai été très touchée et particulièrement inspirée.

 Mon autre passion, ce sont les animaux »

Si le programme venait à s’arrêter, que feriez-vous?

C.M.: Avec les danseurs de l’émission, nous avons formé une troupe de professionnels avec laquelle nous donnons des spectacles: D’pendanse. On espère danser le plus longtemps possible. Du moins jusqu’à ce que notre corps nous le permette.

K.P.: J’aimerais travailler dans les coulisses, créer. Tant que je reste dans le domaine artistique, que je continue d’apprendre, ça me va!

D.I.: Mon autre passion, ce sont les animaux. Pourquoi pas faire quelque chose avec ma chienne, Gimsy?

C.M.: Ah, son amour pour les animaux… Il y a quelques mois, je lui ai fait découvrir Londres. On était à Buckingham Palace, elle ne montrait aucun intérêt, ne prenait pas de photos… jusqu’à ce qu’elle aperçoive des canards dans un étang. Elle les a photographiés pendant de longues minutes! A chaque fois qu’elle part en vacances, elle m’envoie des photos d’oiseaux plutôt que de paysages.

Comment est née votre complicité?

D.I.: Christian est mon partenaire de danse depuis 13 ans. Dans ce milieu, c’est rare de danser avec la même personne pendant autant de temps. Généralement, on change de partenaire tous les deux ans. Nous, on est fidèles (sourire).

K.P.: J’ai la même relation avec Maxime Dereymez. On connaît l’autre par cœur et on peut anticiper ses mouvements. On a toujours un coup d’avance!

La danse a-t-elle toujours été une vocation pour vous?

C.M.: On m’a jeté dans la marmite artistique quand j’étais tout petit! Mes parents étaient profs de danse. Ils m’ont entraîné comme un champion olympique. J’avais les meilleurs coachs et je participais aux plus grandes compétitions. Ce n’est qu’à l’adolescence que j’ai réalisé que c’était vraiment ma passion.

K.P.: J’ai eu la même enfance que Christian. Mes parents aussi étaient profs et ils ont commencé à m’initier à la danse quand j’avais 2 ans.

D.I.: Dans ma famille, il n’y a pas de danseurs! Ma mère raconte que j’ai le rythme dans la peau et le sens de la musique depuis que je suis toute petite. Quand mon grand frère a décidé de suivre des cours de danse, j’ai rêvé de m’entraîner avec lui. Parce que je voulais constamment l’imiter! J’ai arrêté de danser pendant plusieurs années et je m’y suis remise sérieusement à 15 ans. J’avais ça en moi.

Lire aussi:

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.