Home Culture Flair Book Club: « Le bel avenir », une plongée haletante au coeur du...

Flair Book Club: « Le bel avenir », une plongée haletante au coeur du campus d’Harvard

Flair Book Club

Parce que chez Flair, on adore tout partager avec nos lectrices, on a créé la rubrique « Flair Book Club » où l’on parle de nos coups de cœur littéraires. Aujourd’hui, on vous parle du roman « Le bel avenir», un récit qui nous plonge au coeur d’un crime en plein coeur du campus d’Harvard, et des victimes collatérales de ce drame.

Le résumé

Ils étaient jeunes et promis à un bel avenir. C’était avant que l’une de leurs camarades, étudiante comme eux dans une prestigieuse université américaine, ne soit assassinée sur le campus. Cette tragédie, et le scandale médiatique qu’elle a provoqué, hante toujours Georgia, Charlie et Alice. D’autant que les soupçons visant l’un de leurs professeurs, un homme charismatique et brillant, ne se sont jamais vérifiés.

Confrontés aux défis de l’âge adulte et cherchant une explication aux mystères qui entourent ce meurtre, ils découvrent peu à peu que leur amitié est faite de secrets et de mensonges.

Flair Book Club: La maison des Turner, une fresque familiale passionnante

Pourquoi on aime

Qui ne s’est jamais projeté sur le campus de l’une ou l’autre université américaine prestigieuse, après avoir dévoré ado films et séries US qui nous vendaient le rêve américain façon Harvard ou Yale? Ici, c’est à Harvard que ça se passe, et entre les descriptions précises et détaillées de Robin Kirman et notre propre imagination, on n’a aucun mal à se projeter dès les premières pages dans les couloirs de la vénérable université.

Paumés, arrogants et instables, les protagonistes du livre sont de ces antihéros qu’on adore détester, et dont on se passionne pour le destin, d’autant plus qu’à leur arrivée à Harvard, un avenir brillant leur était promis, mais que l’obtenir va s’avérer compliqué. « Le bel avenir » est un vrai page turner, qui allie suspense, sentiments et critique déguisée de la société du paraître, et on retient son souffle jusqu’au dénouement… qui n’est pas celui qu’on croit. Le genre de livre qu’on dévore en un week-end, et qu’on referme à regrets, navrée que l’histoire soit déjà terminée.

Lire aussi:
« Quand j’avais ton âge », la BD émouvante qui invite au bonheur
« Le Cactus », un roman délicieusement piquant
On a adoré « Le club des veuves qui aimaient la littérature érotique »

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.