Home Culture Les secrets de tournage du “Meilleur Pâtissier”

Les secrets de tournage du “Meilleur Pâtissier”

Laura Vliex
Laura Vliex

À l’occasion d’une émission spéciale sur le thème de la Belgique, qui sera diffusée ce lundi 14 octobre sur RTL TVI, Laura, notre journaliste a pu découvrir les lieux de tournages du Meilleur Pâtissier. On vous raconte!

À l’aube, avant que le château de Groussay ne soit pris d’assaut par les équipes du Meilleur Pâtissier, on ne peut entendre que le chant du coq… et les foulées de Mercotte. Si les candidats logent à l’hôtel pendant les tournages de l’émission, la pâtissière occupe la plus belle chambre du château, situé à Montfort-l’Amaury, dans les Yvelines, tout près de Paris. “Je me lève à 4 h du matin pour aller courir”, nous confie Mercotte. “Il fait encore nuit. Je prends ma lampe frontale et je fais cinq tours du parc. J’essaye de marcher au moins 10 km par jour.”

Indications en amont

Quelques heures plus tard, pressés par la nounou qui veille à ce qu’ils soient prêts en temps et en heure, les candidats s’installent derrière leur plan de travail. Aujourd’hui, le drapeau belge trône sur la tente du Meilleur Pâtissier. Car les trois épreuves de cette émission spéciale feront honneur au plat pays. Cyril Lignac a sommé nos apprentis pâtissiers de revisiter le café liégeois. “La difficulté, nous explique-t-il, c’est de transformer une boisson liquide en un gâteau. J’aurais pu leur demander de magnifier la gaufre, mais ça aurait été trop facile.” Les participants n’ont que quelques minutes pour préparer leur matériel. Quelques indications à peine leur sont communiquées en amont pour qu’ils puissent se préparer et que la production puisse acheter les ingrédients nécessaires.

En plus de pâtisser, on doit répondre aux questions des journalistes, expliquer au téléspectateur ce que l’on est en train de réaliser, attendre un caméraman pour démouler ou enfourner son gâteau.”

Un invité spécial

Cyril, Mercotte et Julia, la présentatrice, font leur entrée sous la tente avec un invité spécial, le pâtissier belge Jean-Philippe Darcis. “J’étais ravie quand je l’ai vu arriver”, nous glisse Luhan, la candidate belge de cette huitième saison. Puisqu’elle est la seule à défendre nos couleurs dans le concours cette année, Luhan nous confie vouloir mettre les bouchées doubles pour cette émission sur le thème de son pays. “Et pourquoi pas essayer de décrocher le tablier bleu? Mon plus gros problème, c’est la gestion du temps. Là, mon gâteau est en train de se casser la figure parce que je ne l’ai pas mis au frais assez tôt. Je me suis mis la pression et j’ai un peu perdu mes moyens. Dans mon cerveau, c’est le stress. En plus de pâtisser, on doit répondre aux questions des journalistes, expliquer au téléspectateur ce que l’on est en train de réaliser, attendre un cameraman pour démouler ou enfourner son gâteau.”

Les congélateurs secrets

C’est vrai que ça grouille dans tous les sens. Les candidats courent à droite et à gauche et tentent de ne pas se prendre les pieds dans les axes des caméras et attendent impatiemment qu’on vienne les filmer en train de mettre leur pâte au congélateur pour passer à l’étape suivante. “Une fois que c’est dans la boîte, nous explique Mercotte, le candidat, ou un assistant, peut aller mettre son gâteau dans les grandes cellules de refroidissement qui se trouvent à l’extérieur du champ. La pâte prendra plus vite.”

Le plan “beauty”

Quand ils n’apparaissent pas à l’écran, Cyril et Mercotte donnent des interviews face caméra non loin de là. Après quatre heures, le chronomètre sonne la fin de l’épreuve. Tout le monde est prié de sortir de la tente pour que les techniciens puissent filmer ce qu’ils appellent dans le jargon les “beauty”. Le gâteau est placé sur un plateau tournant et filmé sous son meilleur jour. Une demi-heure plus tard, le jury peut rendre son verdict. Place à la dégustation!

Mercotte évite la cantine

Avant de se remettre au travail, toutes les équipes ont droit à une pause déjeuner au sein du château. Le rythme de tournage est soutenu. Pendant plus d’un mois et demi, les candidats mettent la main à la pâte du lundi au vendredi, sans relâche. “Je travaille dans la finance, explique Luhan, et j’ai dû obtenir l’autorisation de mon patron pour pouvoir participer. Heureusement, mes collègues me soutiennent à fond.” Le buffet nous fait saliver. Rien à voir avec le traditionnel plateau-repas qu’on sert habituellement dans les cantines. Ce midi, on a droit à un menu gastronomique. Seule Mercotte est aux abonnés absents. “Parce que le midi, dit-elle, je ne mange que des légumes. Je vais au marché me chercher des poireaux et je bois un jus de citron. C’est très bien. Le soir, je ne mange pas. Même si je prends, à chaque fois, la plus petite part de gâteau possible, je peux vous assurer qu’on déguste pendant l’émission.” Et, le jury n’est pas le seul à s’empiffrer. En fin de journée, tout le monde est autorisé à se jeter sur les desserts… et il n’en reste plus une miette. “C’est pour éviter le gaspillage”, nous a-t-on glissé à l’oreille.

Le vieux grimoire n’existe pas

À 14 h, retour au boulot. Les pâtissiers vont se frotter à l’épreuve qu’ils redoutent le plus: celle de Mercotte, qui attend des protagonistes du programme qu’ils réalisent l’une des recettes issues de son vieux grimoire. Un livre ancien qui, au risque de faire des déçus, n’existe pas. “Nous avons une équipe de journalistes qui passent des heures à feuilleter des bouquins de pâtisserie du XVIème siècle, qui scrutent les réseaux sociaux à la recherche des recettes qui sont à l’origine des épreuves qu’on impose aux candidats”, apprend-t-on auprès de la production. “On les fait ensuite tester par les équipes de Cyril et Mercotte. Mercotte réalise les recettes chez elle et nous dit s’il lui semble faisable que les candidats réalisent tel ou tel gâteau en deux heures.” Mercotte réécrit ensuite la recette à sa sauce pour la soumettre aux candidats lors de l’épreuve. Pour cette émission spéciale, notre mamy gâteau préférée a imposé aux candidats de reproduire le gâteau d’anniversaire de la reine Mathilde. “C’est super de mettre en valeur les régions, les pays proches. On découvre des choses qu’on ne connaissait pas forcément.”

Après les épreuves, les candidats se réunissent au salon du château pour un débriefing de la journée. Puis, retour à l’hôtel pour recharger les batteries avant de remettre le couvert, dès le lendemain matin.

Le Meilleur Pâtissier, chaque lundi à 20 h 20 sur RTL TVI.

Lire aussi: