Home Culture Cinéma Séance pop-corn: on a adoré « La finale » avec Rayane Bensetti

Séance pop-corn: on a adoré « La finale » avec Rayane Bensetti

Envie d’une soirée ciné en famille, avec Chéri ou entre copines? Foncez voir « La Finale »! Le dernier film de Rayane Bensetti et Thierry Lhermitte va vous arracher des fous rires… mais aussi quelques larmes.

Rayane Bensetti, star des ados, nous montre toute l’étendue de son talent dans « La Finale », une comédie française pleine de tendresse. L’ancienne gloire de télévision partage l’affiche avec Thierry Lhermitte, grand nom du cinéma français qui campe assurément ici, l’un des personnages les plus forts et les plus touchants de sa carrière.

Thierry Lhermitte incarne Roland, le grand-père de Jean-Baptiste (Rayane Bensetti), ou J-B pour les intimes. Depuis peu, Roland vit avec sa fille, la mère de J-B, parce qu’il souffre de la maladie d’Alzheimer. Son petit-fils? Il ne le reconnaît pas toujours. J-B, lui, est obsédé par le basket-ball.  Son équipe (Lyon) doit affronter celle de Paris en finale de leur compétition. Sauf que, les parents du jeune homme, bloqués à des centaines kilomètres, ne seront pas capables de l’emmener au match. Pire, ils demandent à leur fils de rater l’événement pour s’occuper de son grand-père malade. Bien décidé à jouer, J-B propose, un peu contre son gré, d’emmener son grand-père avec lui dans son périple jusqu’à Paris. Mais, Roland n’a plus toute sa tête et ce qui devait être un voyage tranquille va se transformer en une aventure drôle, touchante et riche en rebondissements… Sans pour autant tomber dans le gag potache et prévisible.

Pas seulement la maladie

Si le basket sert évidemment de prétexte pour aborder un sujet très dur, la maladie d’Alzheimer, il est surtout question de liens familiaux. Et, finalement, qu’on ait été confronté de près ou de loin, voire pas du tout, à la maladie d’Alzheimer, ce long-métrage a surtout pour vocation de nous rappeler de dire à ceux qui nous entourent qu’on les aime. Parce que le temps passe trop vite, parce qu’on oublie, parce que, tant que tout va bien, on s’enferme dans la routine de nos quotidiens surchargés. « La Finale », c’est un zoom sur les microcosmes familiaux, sur les liens qui nous unissent, qui nous semblent indestructibles et fragiles à la fois. J-B est un jeune homme en colère, qui souffre du manque d’intérêt de ses parents pour les choses qui lui tiennent à coeur. Ce besoin de reconnaissance va finalement être comblé par son grand-père, un homme qu’il connaît à peine.

L’alchimie

Et, entre Rayane Bensetti et Thierry Lhermitte, le courant passe. La complicité des comédiens transperce l’écran pour nous arracher, lors de la scène finale, quelques larmes. Même si, l’ambition du long-métrage n’est pas de nous aider à vider une boîte de Kleenex. Au contraire, « La Finale » rentre dans le genre actuel des « feel-good movies », ces films qui nous redonnent espoir en la vie. Bref, la magie a opéré.

En salles le 28 mars.

Les bons plans ciné de la rédac’:

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.