Home Culture Cinéma Toutes les histoires d’amour de “Love Actually” classées de la pire à...

Toutes les histoires d’amour de “Love Actually” classées de la pire à la meilleure

Si vous êtes comme nous, il y a de fortes chances pour que cette saison soit l’excuse parfaite pour regarder “Love Actually” pour la millionième fois – avec un plaisir intact. Sauf qu’à force de connaître le film par coeur depuis une bonne dizaine d’années maintenant, on en profite pour remarquer d’autres détails.

Par exemple, le fait que certaines des histoires d’amour qui nous semblaient t-e-l-l-e-m-e-n-t romantiques quand on a vu “Love Actually” pour la première fois avec des coeurs dans nos yeux d’adolescentes sont en fait quelque peu problématiques. Et que d’autres, qui nous semblaient fades ou bien qu’on n’avait même pas calculées, sont en réalité ultra tendres et (c’est loin d’être le cas de toutes les love stories du film) saines. Du coup, on a décidé d’en faire un classement, parce que c’est Noël, et si à Noël, on ne dit pas la vérité, alors quand?

1 / 20
Jamie et son ex
Harry et Mia
Juliet et Mark
Peter et Mark
Harry et Karen
Juliet et Peter
Sarah et son frère
Sarah et Karl
Colin et Tony
Daniel et Jo
Daniel et Carol
Jamie et Aurelia
Samuel et Joanna
Colin et les Américaines
Karen et David
Daniel et Samuel
Nous et la bande-son de “Love Actually”
Billy et Joe
David et Natalie
Judy et John
Jamie et son ex
Jamie et son ex

Tromper son mec <<<<<<< Tromper son mec avec son frère <<<<<<<<<<<<<<<<< Se taper la meuf de son frère. On n’a pas envie de commencer notre classement sur une note trop négative en affirmant qu’ils ont clairement tous les deux une place réservée en enfer, donc on se contentera de dire qu’ils n’apparaissent qu’une minute dans le film et que c’est très bien comme ça. Bon débarras.

Harry et Mia
Harry et Mia

On passera sur la scène où elle lui ouvre littéralement les jambes en plein open space pour se concentrer sur le moment où cet idiot, marié à ce coeur de beurre de Karen, décide d’acheter un collier en or à sa secrétaire juste parce qu’elle a exigé un cadeau. Collier qui, vu le taux de conversion de l’époque, valait près de 400€, tandis qu’il offre un simple CD à sa femme. Odieux, horrible, littéralement pire que le spectacle lubrique auquel il s’est adonné à la fête de Noël et pourtant, à ce moment-là du film, on ne pensait pas que ce soit possible.

Juliet et Mark
Juliet et Mark

Marrant, parce que la première fois qu’on a vu le film, on aurait pu jurer que leur histoire d’amour contrariée était la plus romantique du film, et puis les panneaux, aaaaaaah, les panneaux. Si on rêve toujours aujourd’hui que notre personne réplique la scène, en vrai, se pointer chez la meuf de son BFF pour lui faire une déclaration le 24 décembre/coller un mickey au BFF de son mari le soir de Noël, c’est bof quand même. Très très très bof, même.

Peter et Mark
Peter et Mark

Si avoir un meilleur ami, c’est avoir quelqu’un qui entretient des vues poussées sur la personne avec laquelle on partage notre vie ET qui en plus, fait venir des prostitué.e.s à notre EVJF, alors merci, on préfère vivre seule avec notre chien. Lui, au moins, ne nous décevra jamais. Sans rancune Mark, on est sévères avec toi, mais tu dois bien reconnaître que ton personnage se comporte comme un parfait connard.

Harry et Karen
Harry et Karen

Infidèle, lubrique, stupide Harry et tendre, sensible et loyale Karen. Dans un monde idéal, elle réalisait qu’elle valait tellement mieux que son rogue de mari (vous l’avez?) et elle finissait avec Daniel, parce que Claudia Schiffer est un peu trop jeune pour lui de toute façon et leur complicité dans la scène où ils mangent des cornflakes crève l’écran et LUI ne la fera jamais pleurer en écoutant Joni Mitchell dans sa chambre, nous brisant le coeur au passage.

Juliet et Peter
Juliet et Peter

Au-delà du baiser susmentionné (super cadeau de Noël à faire à ton jeune mari Juliet, s-u-p-e-r) leur relation ne nous a pas exactement l’air d’être #goals. Vous venez de vous marier et le niveau de romance de votre couple en est déjà au stade on-s-avachit-devant-la-télé-un-soir-de-fête. Wow.

Sarah et son frère
Sarah et son frère

Ainsi que le lui fait remarquer Karl de manière judicieuse, cela ne l’aide pas que Sarah accoure tout le temps, mais ils sont prisonniers d’une relation codépendante qui ne leur fait probablement guère de bien à aucun des deux, sans parler de l’impact sur la vie privée et professionnelle de Sarah. Harry est un mari nul, certes, mais un boss très compréhensif, il faut le lui reconnaître, parce qu’à n’importe quel autre boulot, entre ses coups de fil incessants et ses absences intempestives, Sarah recevrait son C4 sous le sapin.

Sarah et Karl
Sarah et Karl

Toutes choses étant égales, et Sarah étant absolument dingue d’avoir décroché son téléphone alors qu’elle avait Rodrigo Santoro et son corps de rêve à moitié nu dans sa chambre, ça n’a jamais été extrêmement clair pour nous pourquoi leur relation prenait abruptement fin après ce soir-là, alors qu’ils ont clairement un crush l’un sur l’autre en plus. Sur le fond, tu as raison, Karl, mais tu n’aurais pas pu être un peu plus compréhensif?

Colin et Tony
Colin et Tony

Tout ce qu’on espère dans la vie, c’est d’avoir un.e pote comme Tony, qui nous dit quand on déconne, nous soutient tout de même parce qu’il comprend qu’on a besoin de faire nos propres erreurs, et accepte de nous laisser squatter son canapé à l’improviste.

Daniel et Jo
Daniel et Jo

Tout ce qu’on espère, bis, c’est d’avoir quelqu’un qui nous aime autant que Daniel a l’air d’avoir aimé feu Joanna. Suffisamment pour prendre soin de son fils comme si c’était le sien, mais aussi (et surtout?) pour profiter de son enterrement pour rappeler à quel point elle était cool et lui dire au revoir au son de “Bye Bye Baby”. Si vous nous lisez et que vous aussi, vous avez décidé depuis de faire vos adieux à vos proches au son des Bay City Rollers, high five.

Daniel et Carol
Daniel et Carol

Leur rencontre dans le hall de l’école est franchement cute, et entre son allure de grande fille saine avec son teint de pêche et son bonnet de laine, son sourire chaleureux et le fait qu’elle est justement la maman d’un pote de Sam, elle nous a tout l’air d’être pile la femme qu’il faut à Daniel après son histoire d’amour avec Joanna.

Jamie et Aurelia
Jamie et Aurelia

Est-ce qu’on retient toujours notre souffle au moment de la demande en mariage alors qu’on sait pertinemment bien qu’elle va dire oui? SANS BLAGUE. Mais est-ce que, quand on y pense, demander en mariage une femme à qui on n’a jamais vraiment parlé, vu qu’on ne parle pas sa langue, et qu’on ne “connaît” en outre que depuis quelques semaines est problématique? Aussi. S’il suffisait de mal conduire pour qu’un coup de foudre se produise, on ne sait pas vous mais on serait toutes mariées à nos profs d’auto-école.

Samuel et Joanna
Samuel et Joanna

Ils pourraient être plus haut dans le classement, surtout après avoir vu la suite de “Love Actually” et la manière dont leur histoire évolue, mais on a clairement un petit goût de trop peu avec juste ce bisou sur la joue. Sans compter que please, dans quel monde est-ce qu’un enfant gringalet court plus vite que quatre gardes de sécurité?

Colin et les Américaines
Colin et les Américaines

Bien que la scène du lit nous laisse perplexe à chaque fois (qui habite à quatre avec un seul lit? est-ce que c’est un nom de code pour “partouze” qui nous échappe?! On veut des réponses “Love Actually”!!!!), impossible de ne pas succomber à la séduction totalement improbable qu’opère Colin sur les trois bombes qu’il rencontre dans le bar. C’est complètement WTF, mais bizarrement, ça fonctionne. Par contre, la scène de l’aéroport est clairement une manière pour le réalisateur du film de se moquer un peu trop des Américains, qui, aux dernières nouvelles, craquent peut-être pour l’accent britannique mais n’embrassent pas les inconnus sur la bouche pour autant.

Karen et David
Karen et David

Que celle qui n’a pas immédiatement envie d’appeler son frère ou sa soeur après la scène de leur rencontre fortuite le soir du spectacle de l’école et de l’émotion palpable de Karen nous jette le premier mouchoir. David pourrait clairement être plus disponible pour sa soeur, mais il est Premier Ministre, donc on lui pardonne, d’autant qu’ils ont clairement une grande complicité.

Daniel et Samuel
Daniel et Samuel

TELLEMENT de tendresse. Réalistiquement, aucun pré-ado ne parle autant de sa vie sentimentale avec ses parents, mais à l’écran, c’est absolument adorable, particulièrement la scène où ils se matent Kate et Leo OKLM parce que “Titanic”, c’est la vie.

Nous et la bande-son de “Love Actually”
Nous et la bande-son de “Love Actually”

AKA une capsule spatio-temporelle qui nous emmène immédiatement au début des années 2000, à l’époque où on avait des mèches ultra contrastées dans les cheveux, un jeans avec des strass sur la poche arrière et une question qui nous taraudait l’esprit: “à quel moment du film est-ce que la chanson “Take me as I am” passe?!?”.

Billy et Joe
Billy et Joe

On n’est pas toujours bien certaine d’avoir compris si oui ou non, Billy fait son coming out en même temps que sa déclaration, mais une chose est certaine, son retour impromptu et la réaction qu’il suscite chez Joe, à qui il ouvre son coeur dans un intérieur rempli de photos de lui, parce que son manager est le meilleur, nous fait piquer les yeux à chaque fois.

David et Natalie
David et Natalie

Zéro chill. Bientôt 18 ans depuis la sortie du film et ZERO chill à chaque fois que “Love Actually” nous offre un aperçu de l’histoire d’amour contrariée mais tellement tendre entre un de nos couples préférés du film. Avec sa chevelure de jais et son manteau rouge, Martine McCutcheon alias Natalie nous fait toujours l’effet d’une sublime Blanche Neige, et Hugh fait toujours autant chavirer notre coeur, surtout au moment où le rideau s’ouvre et où il fait son petit sourire canaille. All we want for Christmas is them et une suite de “Love Actually” qui leur est consacrée.

Judy et John
Judy et John

Ados, on n’avait presque pas prêté attention à leur relation, trop occupées à croire que l’amour, c’était forcément une passion déchirante et impossible à la Mark-et-Juliet. Et puis avec des yeux d’adulte, on a réalisé qu’en fait le vrai #goal du film, c’était eux, avec leur relation tendre et saine et construite de manière timide et adorable. Même si, réalisateur de “Love Actually”, si tu nous lis, c’est quoi le délire avec les gens qui se fiancent après trois semaines?

Pas qu’on juge, on aimerait juste savoir si nous aussi, une version jeune de Hugh Grant attend quelque part de nous demander en mariage en moins de temps qu’il ne nous faut pour compléter notre cycle menstruel. Et si oui, sans blague qu’on passera la version de “Love Actually” de “All You Need is Love” à notre mariage. Parce que vraiment, love, actually, is all around.

Lire aussi: