Home Culture Cinéma Anne Hathaway: “J’ai toujours su pleurer sur commande”

Anne Hathaway: “J’ai toujours su pleurer sur commande”

On a rencontré Anne Hathaway et Rebel Wilson à New York à l’occasion de la sortie du film « Le coup du siècle ». A voir d’urgence pour échapper à la canicule, au frais, dans une salle de ciné!

Joséphine (Anne Hathaway) et Penny (Rebel Wilson) n’ont rien en commun… si ce n’est le travail hors des sentiers battus qu’elles exercent. Chacune use de ses talents pour arnaquer les hommes. La première mise tout sur sa beauté et sa bonne éducation pour ne pas éveiller les soupçons. La seconde déstabilise ses proies avec un sens de la répartie et une gouaille à toute épreuve. Penny veut que Joséphine lui apprenne ses trucs pour progresser dans son domaine. Leur alliance va être explosive… Voilà le scénario du film Le coup du siècle, remake du film Le plus escroc des deux avec Steve Martin et Michael Caine.

Comment décririez-vous le personnage que vous jouez à l’écran?
Anne Hathaway: “Joséphine est une vraie excentrique, étrangement et spécifiquement talentueuse qui a grandi dans un monde qui n’était pas gentil avec les femmes étrangement et spécifiquement talentueuses. Elle vit seule de l’autre côté de la falaise parce qu’elle n’a pas très envie de savoir ce que le monde pense d’elle. Elle utilise toute sa richesse pour s’isoler du monde qu’elle trouve sans goût et néfaste. Puis, Penny arrive dans sa vie… Elle va la secouer un peu. Elle va comprendre que tu peux être sérieuse dans ce que tu fais mais aussi avoir des copines.”

Rebel Wilson: “Penny est une femme qui a le sentiment de ne jamais avoir été assez respectée par les hommes. Les hommes ne la regardent jamais pour ce qu’elle est, elle a un complexe par rapport à ça. Quand elle rencontre Joséphine, elle est intriguée et elle veut traîner avec elle, l’avoir comme mentor.”

Je n’étais pas habituée à être au centre de l’attention. » – Anne Hathaway

Dans le film, Joséphine explique à Penny que pour piéger les hommes, il faut paraître vulnérable. Elle lui apprend à pleurer sur commande. C’est quelque chose que vous savez faire?

A.H.: “Je ne sais pas, vous voulez parier? (rires) J’ai toujours su pleurer sur commande. Je ne sais pas d’où me vient cette facilité mais je me rappelle d’un cours de théâtre que je prenais quand j’avais 17 ans. On travaillait sur les pleurs. La prof nous encourageait à penser à quelque chose qui était douloureux pour nous. On était dos à la scène. On devait, après un moment, se retourner vers la lumière. Quand je me suis retournée, j’étais la seule à pleurer. J’étais la seule à avoir réussi. J’étais une étudiante assez médiocre. Je n’étais pas habituée à être le centre de l’attention. C’est la première fois de ma vie où je me suis sentie spéciale dans une salle de classe.”

Anne Hathaway est bien plus drôle que ce qu’on croit. » – Rebel Wilson

Comment ça s’est passé entre vous? Vous vous connaissiez?
R.B.: “J’ai adoré tous les films avec Anne mais je ne la connaissais pas. Et elle fait partie des gens qu’Internet n’aime pas. Mais la chimie était immédiate entre nous. Elle m’a invitée à dîner chez elle avant le tournage. Elle était si gentille. Elle est bien plus drôle que les gens le croient. Je lui disais parfois qu’elle devait mettre des trucs sur Instagram pour le prouver mais elle me disait qu’elle ne pouvait pas faire ça. Si les gens connaissaient la vraie Anne Hathaway, ça serait bien pour elle. Mais bon, elle fait ce qu’elle veut.”

« Le coup du siècle » est une comédie qui met deux femmes en tête d’affiche. C’est encore rare. Mais ça arrive, enfin, de plus en plus souvent. Comment expliquez-vous ça?
A.H.: “Ça arrive parce que les gens sont fatigués d’avoir attendu que ça arrive. Il y a des trucs que je n’ai jamais cessé d’entendre depuis le début de ma carrière c’est que personne n’ira jamais voir un film avec uniquement des femmes dans les rôles principaux, que les femmes ne vont pas au cinéma, que les femmes ne sont pas drôles. Il y a encore quelques années, c’était impossible de faire un film avec des femmes en vedette, qui étaient drôles, dont le scénario était intéressant et dont les gens allaient aimer le résultat final. Et quand vous arriviez à avoir ce film, les journalistes, pour la majorité, allaient démonter le film. Si vous allez voir sur Rotten Tomatoes, les comédies romantiques ne dépassent jamais 60% d’avis positifs. Et là, on a fait le remake d’un film qui est initialement déconseillé aux moins de 13 ans et notre film a reçu une mention interdit aux moins de 17 ans non-accompagnés d’un adulte. Mais Rebel s’est battue et a réussi à changer ça.”

R.B.: “J’ai un diplôme de Droit d’une très bonne université, je m’en sers quand c’est nécessaire. Quand c’était deux hommes à l’affiche, le film était déconseillé aux moins de 13 ans. Notre film, l’essentiel du film, est le même. Enfin, il est différent mais en termes de vulgarité, il n’est pas si différent. Il n’y a pas de nudité frontale ou de violence. C’était injuste d’avoir une mention interdit aux moins de 17 ans non-accompagnés d’un adulte. C’était sexiste: ça leur posait problème parce que c’était des femmes qui faisaient ces blagues. J’ai donc étudié de près les films avec des hommes qui sont tout public, comme Jumanji sorti l’année passée. J’ai compté le nombre de fois où il y avait des références aux parties génitales ou des mots vulgaires, on était en-dessous de tout ça dans Le coup du siècle. J’ai amené ces arguments devant un jury, ils ont mis moins de cinq minutes pour me donner raison. C’est important pour moi d’avoir une mention tout public parce que j’ai beaucoup de fans jeunes, je veux qu’ils puissent voir mes films sans trop de problèmes.”

Psst, les cinéphiles: 

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.