Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…

Woody Allen pense pouvoir être une égérie #MeToo

Justine Rossius

Le réalisateur Woody Allen a affirmé sur une chaîne de télévision argentine être un fervent partisan du mouvement #MeToo. Des déclarations qui ont de quoi rendre dubitatif quand on sait que sa fille adoptive, Dylan Farrow, l’accuse d’abus sexuel.


 

Dans un entretien accordé à la chaîne de télévision argentine Canal 13, Woody Allen, 82 ans, a estimé qu’il était bon d’exposer les auteurs d’agressions sexuelles. Enfin… le réalisateur a cru bon de nuancer son propos, ne faisant référence qu’aux auteurs accusés d’abus « par 20, 50 ou 100 femmes ». Et d’ajouter:

Moi, je n’ai été accusé que par une femme, dans le cadre d’un affaire de garde d’enfants, qui a été l’objet d’une enquête et (l’accusation) s’est révélée fausse. J’ai été traîné dans la boue avec ces gens-là. Je suis un fervent partisan du mouvement #MeToo.


Il a ensuite expliqué se sentir mal d’être accusé « injustement » d’une chose terrible, avant d’expliquer: « Je devrais être une tête d’affiche du mouvement #MeToo dit-il. J’ai travaillé dans le cinéma pendant cinquante ans, j’ai travaillé avec des centaines d’actrices, et pas une seule n’a suggéré la moindre attitude déplacée. »

 

Rapide rappel des accusations


Pour rappel, Woody Allen a été accusé d’abus par sa fille adoptive, Dylan Farrow. Elle l’accuse d’avoir abusé sexuellement d’elle en août 1992, alors qu’elle était âgée de sept ans. Le cinéaste aurait même suivi une thérapie avec un psychologue pour enfants afin de soigner son comportement inapproprié à l’égard de sa fille adoptive. Les accusations ont été classées sans suite par la justice, mais en janvier dernier, sa fille a une nouvelle fois réitéré son accusation lors d’un entretien télévisé.

 

À lire aussi:


 

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires