Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
© A Rainy Day In New York

On vu « A rainy day in New York » avec Selena Gomez et Thimothée Chalamet

Laurane Wattecamps

Avec son casting 5 étoiles et son scénario romantique, le nouveau film de Woody Allen nous emmène tout droit à New York par temps de pluie. On l’a vu en avant-première. Voici notre avis.


Woody Allen s’est entouré de la crème de la crème pour donner vie à son histoire d’amour à New York. Elle Fanning, Timothée Chalamet, Jude Law, Liev Schreiber et Selena Gomez se donnent la réplique dans un film poétique sous atmosphère pluvieuse.

Le synopsis


Alors qu’il est inscrit en Fac de lettres, Gatsby Welles est tombé amoureux d’Ashleigh sur le campus. Cette dernière doit se rendre à New York pour interviewer Rolland Pollard, un réalisateur célèbre. Gatsby décide de l’accompagner et de profiter de cette occasion pour passer un week-end romantique avec sa copine.

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

 

« A Rainy Day In New York » est un film à la douceur mélancolique assumée où la patte de Woody Allen est présente à chaque instant. Dialogues francs et loufoques, références culturelles multiples et ton incisif sont largement de la partie. Son casting jeune et dans le coup amène un modernité contrastante avec la grosse pomme aux allures nostalgiques.

Elle Fanning en parfaite ingénue subjugue par son jeu d’actrice juste et déconcertant tandis que Thimothée Chalamet endosse brillamment le rôle d’un romantique égocentrique en quête d’introspection. On retrouve également Selena Gomez dans un cinéma différent qui prouve qu’il aurait été idiot de la sous-estimer.

Avec le scandale #MeToo, Woody Allen se fait bouder, voire boycotter, outre-Atlantique. Toute l’ironie de « A Rainy Day In New York », c’est qu’il s’agit d’un film qui aborde aussi le paternalisme du monde du cinéma et montre sans fards les travers du 7ème art à travers son milieu égocentrique et orgueilleux.

Malgré sa non-promotion aux États-Unis, il sera programmé en salles dès demain en Belgique.

Lire aussi:


 

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires