Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…

14 infos insolites sur « Maman, j’ai raté l’avion! »

Barbara Wesoly

Impossible d’évoquer Noël, sa magie et surtout ses longs-métrages cultes, sans penser directement à « Maman, j’ai raté l’avion! », film iconique entre tous. Sorties il y a pile 30 ans, les aventures de Kevin McCallister n’ont pourtant pas pris une ride, que du contraire. Mais, avant de s’installer confortablement sous un plaid devant la télé en savourant un chocolat chaud pour sa millième rediffusion, voici les anecdotes les plus insolites sur cette comédie signée Chris Colombus.


À moins d’avoir vécu dans l’atelier du Père Noël en Laponie, impossible d’être passé à côté de « Maman, j’ai raté l’avion! » et de son pitch ayant fait tourner la tête de tous les enfants: l’épopée de Kevin MacCallister, 9 ans, oublié à la maison par sa gigantesque famille, partant savourer les fêtes de fin d’année à Paris et se retrouvant dès lors seul chez lui, libre de toute contrainte, mais devant affronter deux redoutables bandits, bien décidés à cambrioler son domicile. Sorti en 1990, et baptisé « Home Alone » dans sa version originale, cette comédie, signée Chris Colombus, réalisateur d' »Harry Potter 1 et 2″, reste notre péché mignon télé en cette période de réveillons. Mais, 30 ans plus tard et même si l’on en connaît les répliques par cœur, le long-métrage est loin d’avoir livré tous ses secrets. La preuve par 14.

Un record impressionnant


Le succès de « Maman, j’ai raté l’avion! » était tout sauf escompté par ses producteurs. Tourné à petit budget, pour seulement 15 millions de dollars, le film a rapporté la somme faramineuse de 533 millions. Une réussite lui ayant permis de rentrer au Guinness des records, en tant que long-métrage le plus rentable de tous les temps.

Quatre films


Après le triomphe du premier volet, Chris Colombus rempila pour un « Home Alone 2 ». Cette fois, plus question pour les MacCallister d’oublier Kevin à la maison, après la catastrophe de l’année précédente. Pour ce second Noël, toute la famille s’apprête donc à passer les fêtes en Floride. Sauf que le petit garçon se trompe d’avion et débarque seul à New-York, où il prend ses quartiers au luxueux Plaza Hotel, face à Central Park. Mais Harry et Marvin, les bandits arrêtés à la fin du premier volet, se sont échappés de prison et sont prêts à commettre un nouveau méfait. Une suite tout aussi magique, si pas plus que le premier film, notamment par l’amitié touchante qui se lie entre Kevin et la Dame aux Pigeons, et ses retrouvailles finales avec sa maman (nous tirant quelques larmes à chaque vision). Mais la licence « Maman, j’ai raté l’avion! » ne s’est pas arrêtée là, puisqu’il existe encore 2 épisodes supplémentaires, quoique loin d’être restés dans les mémoires. « Maman, je m’occupe des méchants » et « Maman, je suis seul contre tous », n’ont pu ni l’un ni l’autre compter sur le casting d’origine et sentaient clairement la dinde de Noël réchauffée.

Des centaines d’audition


Si John Hughes, le scénariste du film, avait écrit le rôle en pensant à Macaulay Culkin, Chris Colombus lui, n’était pas convaincu de prime abord par le choix du garçon. Il fit donc passer des auditions à plus de 100 enfants pour trouver son futur Kevin MacCallister, avant de rencontrer le jeune acteur. Et il suffit à celui-ci de quelques répliques pour convaincre l’équipe entière et lui offrir le rôle qui le transforma en star mondiale.

Home Alone… again and again


18 ans après le film iconique, Macaulay Culkin s’est livré à une géniale parodie de celui-ci dans une pub pour le Google Assistant. L’occasion pour l’acteur de 38 ans, d’en revisiter toutes les scènes cultes, pour le plus grand bonheur des fans.

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Affaire de famille


« Maman, j’ai raté l’avion! » a rendu célèbre Macaulay Culkin, mais a aussi donné son heure de gloire à son petit frère, Kieran. Celui-ci interprétait le rôle de Fuller, le cousin de Kevin, plus jeune de la tribu, fou de Pepsi et connu pour ses accidents de pipi au lit. Le jeune homme poursuit lui aussi une carrière cinématographique et on le retrouvera d’ailleurs en 2021, à l’affiche de « No Sudden Move », nouveau film de Steven Soderbergh.

De « Home Alone » à « Saw »


De nombreux fans ont prétendu qu’en grandissant, Kevin MacCallister était devenu Jingsaw, le tueur en série de la saga « Saw ». Une théorie alambiquée au possible et pas franchement étayée, mais qui a le mérite de nous donner envie de revoir les 9 opus de la série horrifique à la recherche d’indices (sait-on jamais).

Un serial killer


Si l’on en croit l’enquête menée par la chaîne Youtube Screen Junkie, Kevin MacCallister est loin de l’image d’innocent enfant sans défense que lui prête le film, puisque rien que dans le premier opus, tous les pièges disposés dans la maison, à destination de Harry et Marvin, auraient permis dans la réalité de tuer chacun d’entre eux quatre fois. Un chiffre grimpant à 14 fois si l’on ajoute le 2ème film.

Un erreur qui a tout changé


Vous vous êtes toujours demandé comment la famille MacCallister avait pu oublier Kevin à la maison, sans réaliser son absence avant d’avoir embarqué dans l’avion? Si le nombre incroyable d’enfants de la tribu suffisait à l’expliquer, sans parler du quiproquo lors du décompte de ceux-ci, avant d’embarquer vers l’aéroport, un détail fait toute la différence. En effet, la veille du départ, après que la famille ait mangé des pizzas, le père de Kevin jeta malencontreusement le billet d’avion de celui-ci à la poubelle, avec les cartons du repas. Une scène qui ne dure qu’une fraction de seconde mais révèle pourquoi lors de l’embarquement, les parents du petit garçon n’ont pas vu qu’il leur restait un billet de trop.

Let it snow


Impossible de dissocier « Maman, j’ai raté l’avion! » des magnifiques maisons à l’américaine, décorées de multiples guirlandes pour Noël et de la neige baignant l’ensemble d’une atmosphère magique. Pourtant, pas de vrais flocons lors du tournage mais bien des morceaux de pommes de terre. Tout aussi beau au rendu mais certainement moins féerique pour le coup.

Un futur président encombrant


Suite au succès du premier opus, Donald Trump rêvait de faire une apparition dans « Maman, j’ai encore raté l’avion! ». Son vœu a été exaucé, puisque celui devenu depuis Président des États-Unis rencontre Kevin dans le hall du Plaza Hotel. Palace qui lui appartenait réellement à l’époque, ce qui explique sûrement qu’on lui ait accordé la faveur d’une scène.

Aie


La fameuse scène de l’after-shave était en réalité totalement improvisée. Si Macaulay Culkin devait bien se raser et appliquer le produit, il n’était pas censé laisser ses mains sur son visage et hurler ensuite de douleur. Un éclair de génie de l’acteur, devenu depuis mythique.

Pas de trucage


Visiblement aussi déjanté que son personnage, Daniel Stern, qui interprétait Marvin, a préféré jouer avec une vraie tarentule plutôt qu’avec une araignée en plastique. Il s’est heureusement arrangé pour n’avoir à tourner qu’une seule fois la scène ou celle-ci se balade sur lui. Il a aussi choisi de marcher sans protections aux pieds sur les jouets coupants disposés au sol. On espère qu’il a évité un tel réalisme pour le moment où le fer à repasser lui tombe sur la tête.

Vrai de vrai


Pendant le tournage, Joe Pesci, alias Harry, évitait volontairement Macaulay Culkin pour que celui-ci ait peur de lui et que cela se ressente à l’écran. Une appréhension qui n’a pas dû s’améliorer après que l’acteur l’aie accidentellement mordu lors de la répétition de la scène ou les voleurs pendent Kevin à l’armoire. Et dont se rappelle toujours Macaulay Culkin aujourd’hui:  » Il a m’a ouvert le doigt. J’avais neuf ans et il m’a mordu ! J’ai toujours une cicatrice ».

On ne rigole pas avec le Réveillon


Si nous sommes fans de films de Noël, en Pologne, cette passion prend une autre dimension. En effet, regarder « Maman, j’ai raté l’avion! » durant les fêtes est une véritable tradition, tout comme « Love Actually » d’ailleurs, et s’opposer à celle-ci, un crime. Ainsi, lorsque la chaîne diffusant habituellement le film durant cette période, a un jour décidé de l’annuler, elle a dû faire face à un véritable tollé et de vives critiques. On ne badine pas avec Santa!

[td_smart_list_end]

À lire aussi:

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires