https://api.mijnmagazines.be/packages/navigation/

Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
© ©Capture d'écran Netflix

Godless: la nouvelle série féministe de Netflix pas si féministe que ça!

Manon de Meersman
Le mercredi 22 novembre, Netflix diffusait sa nouvelle série « Godless », un western supposé être ultra féminin. En effet, « supposé » puisqu’en réalité, les répliques de femmes atteignent même pas les 30%. Mauvais départ pour la série dont l’affiche annonçait « Welcome to no man’s land », soit « Bienvenue sur une terre sans hommes ».


« Godless », écrit et réalisé par Scott Frank, raconte la façon dont la ville de La Belle, située au Nouveau Mexique, s’est retrouvée sous le contrôle des femmes, juste après que les hommes aient péri dans une explosion à la mine. Jouant avec les codes du western classique, cette série en sept épisodes a lieu dans le Far West des années 1880.

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Moth Dad, un internaute, s’est amusé à calculer la proportion de répliques hommes/femmes dans le premier épisode. La conclusion? Les personnages féminins de la série prononcent 27% des répliques contre 73% prononcées par les hommes… Pour en arriver là, le jeune homme a une explication bien précise.


Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

J’ai utilisé les sous-titres pour déterminer ce qui constitue une nouvelle réplique […] Je n’ai pas inclus les grognements ou les soupirs qui, croyez-moi, auraient augmenté le pourcentage de répliques accordées aux hommes


Même si certains téléspectateurs ont défendu la série en disant qu’elle collait au synopsis, Moth Dad tient à rappeler qu’elle avait été présentée comme l’histoire d’une société matriarcale de l’Ouest américain. De plus, détail non-négligeable, la séquence d’ouverture ne montre que des hommes et la première femme n’apparaît qu’après 3 minutes. Mauvais points pour une série qui s’annonçait pourtant être « une terre sans homme ».

Sur le même thème

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires