Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…

ELLE NOUS INSPIRE: Zainab Fasiki, la féministe qui milite avec son crayon

Camille Hanot
Camille Hanot Journaliste

Elle a 24 ans, elle est marocaine et elle lutte pour briser les tabous liés au corps de la femme et ce, principalement dans le monde Arabe. L’arme de prédilection de Zainad Fasiki? Le crayon!

Qui est Zainab Fasiki?


Artiste, ingénieure et entrepreneuse peut-on lire sur le compte Instagram de Zainab Fasiki où la jeune marocaine comptabilise plus de 16 000 followers. Depuis la création de son profil en 2015, la jeune femme dont la carré court ne l’a jamais quitté, partage de nombreuses illustrations. Ce qu’elle dessine depuis ses débuts? Des nus pour briser les tabous liés au corps féminin.

Son parcours


Rapidement sur Instagram, ses dessins circulent et permettent à Zainad de de commencer des collaborations notamment à l’étranger. Ensuite vient, l’élaboration d’un projet multimédia lors d’une résidence artistique espagnole: Hshouma qui signifie « la honte » en dialecte marocain. Hshouma, c’est une bande dessinée qui veut briser les tabous autour la femme dans la société marocaine mais aussi un site internet participatif. La discrimination, la violence, l’égalité entre homme et femme, l’éducation sexuelle, le corps, la liberté sont autant de sujets abordés dans ce projet.

https://www.instagram.com/p/BohqZy6An6D/?hl=fr&taken-by=zainab_fasiki

Une deuxième BD


Récemment, c’est une deuxième bande dessinée qu’elle publie sous le nom de Fairouz Versus The World. Celle-ci relate l’histoire d’une jeune fille habitant dans la région MENA (un pays inventé allant de l’Iran au Maroc) et qui rêve de parcourir le monde. Le problème? Elle vit dans une société très conservatrice. Comme Zainab l’a expliqué à plusieurs médias, cette histoire, c’est un peu la sienne, celle d’une jeune fille qui rêve de liberté mais qui vit dans une famille conservatrice religieuse. « Quand j’ai commencé à me déplacer seule dans d’autres pays pour ma carrière, il fallait convaincre mes parents que voyager n’allait pas me faire ‘sortir du droit chemin’. Mais ces restrictions ont commencé bien avant; mes frères ont toujours eu plus de liberté que moi, ils avaient le droit de sortir quand ils le voulaient, contrairement à moi. Je me suis donc inspirée de mes souffrances mais aussi de celles de plusieurs autres filles qui vivent la même situation » déclare-t-elle au HuffPost.

La jeune femme de 24 ans est également à l’origine de l’association « Women Power » qui soutient de jeunes artistes marocaines. Comme elle l’explique à The HuffPost, Zainad croit en « l’art comme moyen privilégié d’accomplir l’égalité des sexes« . Si dans son pays, la jeune femme a dû (et fait encore face) à de virulentes critiques, elle n’est pas pour autant prête d’arrêter son combat. « “Il est important d’avoir des femmes courageuses et féministes dans le monde arabe car malheureusement, la société est toujours unie pour combattre les femmes libres, mais jamais pour les sauver, je pense notamment au viol. » explique-t-elle à Cheek Magazine. Pour la soutenir, on n’hésite pas à suivre son travail sur les réseaux sociaux!

Pour la suivre


Lire aussi: 

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires