Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
© Dominika Roseclay via Pexels

7 petites manies qui horripilent votre chat

Barbara Wesoly

Celles et ceux qui ont un chat le savent, les félins peuvent être câlins, affectueux et remplis de tendresse, avant de soudain se transformer en monstres maléfiques boules de poils légèrement tendues et agressives, sans raison apparente. Pourtant, leur comportement n’est pas aussi illogique qu’il peut nous sembler au premier abord. Et n’est en fait qu’une réponse directe à certains de nos gestes qui ont le don de les horripiler.

Que celle ou celui qui n’a jamais caressé un chat ronronnant, venu se frotter affectueusement et se transformant soudain en matou feulant et distribuant les coups de pattes, nous jette la première pelote souris en peluche. Tout en l’aimant de tout notre cœur et en ne voulant que son bonheur, on n’oserait affirmer connaître l’âme profonde de notre animal et être à même de prévoir ses comportements. Parfois erratique, voire farfelue, l’attitude de notre poilu.e a le don de nous laisser quelques fois perplexe. Mais certains de ses ronchonnements sont peut-être à même d’être très facilement expliqués, comme le prouve cette liste de ce qui l’agace, un mode d’emploi félin bien utile.

L’eau, quand il n’est pas question de la boire

Osez laisser traîner un verre d’eau et baignez-vous d’illusions en croyant que votre chat ni plongera ni museau ni patte, et ce, même si sa gamelle propre est remplie. Question d’honneur pour lui visiblement. Pour autant dès que les gouttes tombent du ciel ou pire d’une douche, il y a peu de chance qu’elles rencontrent le même engouement. Une grande majorité des chats a en effet décrété à l’eau le statut d’ennemi juré. Une hantise qui pourrait s’expliquer par différentes raisons. D’abord le poids de leurs poils mouillés, qui fait peser sur une eux une charge plus importante et leur donne l’impression d’être oppressés et pris au piège. Ensuite l’inconnu de la situation (notamment en matière de bain), qui leur est inconfortable et suscite de la peur. Et enfin, si l’on en croit certains historiens, ça pourrait-être lié au fait que nombre des premiers d’entre eux provenaient des régions désertiques du Moyen-Orient où l’eau était donc peu courante. Ils n’y seraient dès lors toujours pas familiarisés.

Les effusions d’amour un peu trop intenses

Pour la sécurité de tous, mieux vaut en effet éviter de serrer son chat dans ses bras, le compressant sous sa tendresse au passage. Foncièrement libres, les félins détestent qu’on les maintienne, comme en témoignent les griffes sur nos mains à chaque fois qu’on les attrape pour leur déposer quelques gouttes d’anti-puces. À la manière du renard dans « Le Petit Prince », un matou s’apprivoise et il est bon de connaître ses limites et ses goûts. C’est avec cette connaissance et ce respect mutuel que votre animal finira par vous dévouer une confiance aveugle. De plus, un chat adopté dans un refuge ou ayant vécu dans la nature, peut avoir des traumatismes liés aux humains, et craindre d’autant plus les gestes brusques ou les étreintes. Attention par contre, si alors qu’il était habituellement câlin, il ne se laisse plus approcher, ça peut-être le signe d’une blessure ou d’une maladie. Restez dès lors vigilant.e en cas de changement d’humeur de sa part.

Les odeurs très fortes

Si en tant qu’humain.e, on adore parfumer notre corps et nos maisons et épicer nos plats, il n’en va pas de même pour nos animaux à quatre pattes. Les chats ont en effet un odorat bien plus sensible que le nôtre, même s’il n’est pas aussi développé que celui des chiens et les odeurs fortes et puissantes leurs sont très désagréables. Tout particulièrement celles des désodorisants, de l’ail ou des agrumes.

Le refus

Il est commun de dire qu’un chat, au contraire d’un chien ne s’éduque pas. Et c’est une réalité, d’une certaine manière. Pas qu’un chat ne soit pas en mesure de comprendre une injonction ou une rebuffade mais tout simplement qu’il refusera d’y répondre. Pour preuve, le nombre de fois d’affilées ou vous pouvez éjecter votre matou du plan de travail pendant que vous cuisinez et sa tendance à revenir vous hanter, ainsi que le poulet que vous découpez. Par essence, un chat déteste l’interdiction et risque donc de reproduire d’autant plus les actes prohibés. C’est sa tendance « adolescent rebelle », qui fait par ailleurs partie de son charme.

Être ignoré

Lorsqu’il a décidé que c’était le moment d’avoir des câlins ou de jouer, n’espérez pas que votre chat accepte le refus sans vous maudire. Il risque fort bien d’en profiter pour éjecter tout ce qui traîne au sol ou encore de vous regarder d’un air dédaigneusement supérieur, quand, cinq minutes plus tard, vous serez tout.e disposé.e à lui offrir votre amour.

Les caresses sur le ventre

Esprit contradictoire oblige, souvent content de vous voir, votre chat vous montre son ventre. Mais n’espérez pas le toucher sans représailles. Celui-ci est visiblement synonyme de proposition de duel envers d’autres animaux, même si vis à vis des humains de compagnie, il est aussi un signe de camaraderie. Ce qui est presque plus clair... ou pas.

La musique à fond

À un odorat très fin s’ajoute une ouïe très sensible., le chat utilisant ce sens pour surveiller son environnement, même lorsqu’il semble endormi. Autant dire dès lors que votre passion du rock ne risque pas de le ravir. Vous savez ce qu’il vous reste à faire si vous cherchez une douce vengeance après qu’il vous ait ramené une énième souris en cadeau maudit.

[td_smart_list_end]

À cela s’ajoutent des tics et manies propres à chacun. Certains détestent ainsi être caressés à rebrousse-poil, tandis que d’autres ne supportent pas que leur bol de nourriture ne soit que rempli d’un quart. Une part d’entre eux n’accepte pas de voir ses habitudes modifiées et beaucoup abhorrent que les humains les empêchent de faire leurs griffes sur les canapés neufs. Il y a ceux qui sont jaloux – des compagnons, des enfants, des autres chats -, ceux qui refusent d’être bougés, surtout s’ils trônent sur votre clavier d’ordinateur et puis ceux qui pleurent parce qu’une porte est fermée (même si elle mène seulement aux toilettes). Tous différents, exceptionnels et agaçants. Comme des humains en somme!

À lire aussi:

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires