@Home & Sorties

Pourquoi la fin de la "street food" à Bangkok met commerçants et touristes en colère?

21 avril 2017Lola Lemaigre
fodd

Pour des raisons d'hygiène principalement, la Thaïlande va interdire la présence de stands de vente à la sauvette dans les grandes avenues de sa capitale, Bangkok. Cette annonce provoque la colère des marchants, des habitants de la ville mais aussi des nombreux touristes.


Mise à part pour les touristes qui préfèrent rester à l'hôtel et ne pas forcément manger les spécialités du pays visité, la plupart des voyageurs apprécient tester la nourriture locale. C'est une façon très sympathique d'apprendre à connaître des cultures étrangères. Dans les grandes villes d'Asie et d'Amérique latine, la meilleure façon de goûter à l'alimentation du pays est de se balader dans les rues et d'acheter de quoi manger aux stands de nourriture ambulants. Mais petit à petit, cette alimentation urbaine disparaît, critiquée pour son hygiène. A Bangkok, capitale de la Thaïlande, c'est presque chose faite: le gouvernement va chasser les stands ambulants des grandes avenues. Une annonce qui a bien-sûr énerver les commerçants mais également les Thaïlandais et les nombreux touristes pour qui la "street food" ajoutait un charme à la ville.

 

 

Redorer l'image du pays

Le gouvernement thaïlandais veut que les vendeurs de rue aient disparu d’ici à la fin de l’année 2017. Cette décision fait partie d'un projet plus large de la junte thaïlandaise encore au pouvoir: pouvoir vanter l'hygiène et le bonheur d'un pays trop souvent associé à ses défauts (corruption, tourisme sexuel et alcool). En gros, le gouvernement a soudain décidé de redorer l'image du pays en libérant les trottoirs jugés trop encombrés, espérant également agir contre la pollution dans la capitale. Des objectifs qui sont plutôt positifs pour la population et les touristes mais cette chasse aux marchants ambulants passe mal.

 

 

Fin du vivre ensemble?

L’enjeu principal de cette interdiction est évidemment économique: les marchands ambulants vont être contraints de se relocaliser ailleurs, parfois contre un loyer. L’autre enjeu est touristique. La nourriture de rue fait partie du charme de Bangkok, la ville la plus visitée au monde avec plus de 21 millions de visiteurs en 2016. Enfin, devant ces petits commerces se croisaient aussi des habitants de milieux sociaux différents (employés de bureaux, chauffeurs de taxi, ouvriers) à l’heure du déjeuner. La fin du commerce ambulant de nourriture pourrait détruire ce que certains qualifient de vivre ensemble à Bangkok en mettant fin aussi à des habitudes bien encrées dans la culture de la société thaïlandaise.

 

 

"RIP Bangkok's Street Food"

Pour la 2ème année de suite, CNN a décerné à Bangkok le titre de meilleure ville au monde de la "street food". La grande majorité des voyageurs qui y passent prévoient de goûter les préparations thaïlandais dans les rues animée, cela fait partie des activités à faire pour découvrir le pays et ses caractéristiques. La nourriture proposée par les commerçants ambulants est typique, authentique, réalisée comme les Thaïlandais le font dans leur cuisine. Sur Facebook et Twitter, les amoureux de Bangkok regrettent la disparition de cet atout charme de la ville. Et, preuve que la nourriture de rue fait aussi la réputation touristique de Bangkok, certains éditeurs de guides touristiques ont également réagi. Conclusion: profitons de la street food autant que l'on peut!

 

 

 

 

Les actus voyage:

Qu'est-ce que c'est FlairShop? ?

Qu'est-ce que c'est?


Abonnez-vous aux newsletters de Flair.

Toutes les dernières nouveautés dans votre boîte mail!

A lire aussi:

Top 5 : les plus lus

Intéressant aussi

Actu