Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
© Stocksnap

Vous aimez manger gras? C’est génétique!

Laurane Wattecamps
Envie de craquer un bon paquet de frites? Même si c'est la troisième fois cette semaine? On a trouvé l'excuse parfaite: l'envie de gras, c'est génétique. 

La génétique peut avoir bon dos! Une étude a démontré que l'envie de junkfood était le résultat d'une mutation génétique chez certaines personnes. Une bonne raison pour ne plus culpabiliser de notre passion pour les burgers. 

 

L'étude à laquelle on veut participer

Le site de la BBC a relayé cette étude réalisée par l'Université de Cambridge. 54 volontaires ont eu la chance de manger un menu 100 % fat: du poulet korma, un plat indien en sauce, et pour le dessert, un" Eton mess", le dessert anglais par excellence, constitué de crème, de meringue et de fraises. Trois versions du plat étaient proposées, de la moins grasse à la plus riche. Chaque participant devait choisir son plat préféré. Toutes les personnes ayant la mutation génétique du MC4R (le gène qui contrôle la faim) ont mangé plus de poulet korma gras que les autres. Paradoxalement, ils n'ont pas apprécié la version très sucrée du dessert. 

 

La mutation du gène MC4R provoque une faim insatiable.

 

L'initiateur de cette étude, Sadaf Farooqi, explique les raisons de cette faim incontrôlable: “même si vous contrôlez fermement l’apparence et le goût de la nourriture, nos cerveaux peuvent détecter le contenu nutritionnel. La plupart du temps, nous mangeons de la nourriture qui est à la fois riche en gras et riche en sucre. En testant ces nutriments séparément pour cette étude et en testant un groupe de gens avec le gêne MC4R défectueux, nous avons pu montrer que le cerveau peut moduler nos préférences alimentaires". 

 

Sur ce, on commande une pizza 18 fromages? 

 

Le gras, c'est la vie?

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires