Home Témoignages Témoignage: “Notre journal intime de couple”

Témoignage: “Notre journal intime de couple”

Carmen, 31 ans, est en couple avec Laurent depuis huit ans. Elle est plutôt satisfaite de leur vie sexuelle, mais beaucoup moins de la fréquence de leurs rapports. Pour elle, une fois par jour serait le bon tempo. Pour Flair, elle a accepté de tenir son journal sexo pendant un mois.

Lundi – 10 heures 12

Dommage que je ne commence mon journal qu’aujourd’hui car avant-hier, Laurent et moi avons fait l’amour comme nous ne l’avions plus fait depuis longtemps. C’était samedi matin. Nous avions donc le temps de rester plus tard au lit. Je devrais refaire l’amour avec lui dès ce soir, histoire de rendre ce journal un tout petit peu plus palpitant. Un rapport par jour, c’est un rythme qui n’est plus d’actualité depuis longtemps pour nous. Avant, au début de notre relation, on faisait même l’amour deux fois par jour. Mais pas besoin de vous faire un dessin. Comme dans tous les couples, la routine s’est installée. Après huit ans d’amour, notre moyenne a fortement baissé.

Lundi – 22 heures 30

Nous sommes au lit. On se raconte notre journée en se faisant des bisous. On ne fait pas l’amour, mais je dois avouer que ça ne me dérange pas tant que ça. De toute façon, demain, je dois me lever tôt.

Mardi – 23 heures 12

Je vais me coucher. Laurent, lui, est encore devant son ordi. Je sais qu’il a un truc urgent à finir pour le boulot et je ne veux pas le distraire.

Mercredi – 19 heures

Pendant le dîner, je demande à Laurent s’il trouve qu’on fait trop peu l’amour. Et s’il s’ennuie pendant nos rapports. En riant, il répond “non” à chacune de mes questions. Après le repas, on s’écroule dans le canapé et on regarde des séries en grignotant. Est-ce que ça me dérange? Pas vraiment…

Vendredi – 23 heures 56

On s’endort. Sans avoir fait l’amour. Mais on s’est embrassés. Est-ce que ça compense? Après la semaine qu’on a eue, je pense que oui. Et tout cas, on a super bien dormi, et longtemps.

Samedi – 9 heures 20

C’est samedi. Le jour du sexe! Je ne sais pas si je dois me réjouir ou le contraire, tant c’est prévisible. Hasard ou pas: j’ai eu droit à un cunnilingus. Ensuite je lui ai fait une fellation juste avant qu’il jouisse en position du missionnaire. Si ce mode de fonctionnement nous satisfait, pourquoi devrions-nous changer?

Dimanche – 23 heures 28

C’est la fin du week-end. Et toujours rien. Ok, le jour du sexe c’était hier, je sais. Mais je commence à me faire du souci. Depuis que je tiens ce journal, je pense que je réfléchis beaucoup trop.

Mardi – 17 heures

En fait, j’ai envie qu’on fasse plus souvent l’amour. Et que nos rapports sont plus excitants. Je crois que Laurent serait d’accord avec moi. Mais je n’ai pas envie qu’un long débat sur le sujet vienne tout gâcher entre nous.

Après huit ans, il est normal que nous ayons passé le stade de la folle passion. Tout de même, je n’aimerais pas qu’on ressemble à ces vieux couples qui font l’amour toutes les trois semaines, le samedi, sur le coup de 21 heures 30… pendant la pub.

Juste après le travail, je fonce donc en ville m’acheter un body en dentelle. Ça fait des années que je ne me suis plus offert un truc de ce genre. Dans la cabine, je me dépêche de l’enfiler sur mes dessous. Puis, j’hésite un moment. Finalement, je me trouve plutôt canon, ça me donne envie de surprendre Laurent ce soir. Sauf qu’une fois rentrée, déception: j’ai oublié qu’il avait justement prévu un dîner avec ses collègues du bureau. Du coup, je vais me coucher seule (et sans mon body).

Jeudi – 22 heures 16

En sortant de la douche, je me prends les pieds dans un sac qui traine par terre. Celui de mon body en dentelle qui a failli rester dans un coin de la chambre sans jamais avoir la chance d’émoustiller chéri. Je l’enfile et j’appelle Laurent. En l’attendant, je tamise la lumière et lorsque je l’entends rentrer, je sors de la salle de bain. Je vois ses yeux briller. Il se jette ensuite sur moi et commencer à m’embrasser. Ses mains caressent mon corps. Je sens l’excitation monter. Cette fois, c’est certain: nous avons clairement envie l’un de l’autre. Il me pousse ensuite sur le lit et prend encore le temps de me regarder longuement avant de me déshabiller. Puis, d’un coup, ça coince. Après avoir tenté, en vain, de s’en sortir tout seul, Laurent finit par me demander comment il doit s’y prendre pour m’enlever ce truc en dentelle. Oups, je l’ai mal agrafé, et les attaches sont planquées entre mes jambes. Je retourne dans la salle de bain en riant. Cette fois, j’en sors nue. Il ne nous reste plus qu’à passer à l’action.

L’avantage d’être en couple depuis longtemps, c’est qu’on se connait par cœur. Même quand un détail foire, ça ne change rien à l’amour qu’on se porte. L’intimité est plus forte que tout.

Vendredi – 2 heures 13

Nous revenons à la maison après avoir fait la fête. Nous sommes toutes les deux un peu pompette. Et un peu excités aussi. Pas le temps d’attendre d’être couchés. Le canapé du salon nous suffit. Et pour changer, on passe du missionnaire à la levrette. J’ai l’impression que ça fait des siècles que nous n’avons plus fait l’amour dans ce divan. Avant, ça nous arrivait tout le temps. L’expérience de ce soir me donne envie qu’on remette ça beaucoup plus régulièrement. Rien que l’idée me fait du bien.

Dimanche – 9 heures 45

Je suis encore dans un demi-sommeil. Laurent me chuchote quelque chose à l’oreille. Je n’ai pas compris et lui demande de répéter. Il vient de me demander d’enfiler mon nouveau body en dentelle. Ca me fait rire. Visiblement, l’épisode du dégrafage raté ne l’a pas refroidi. Je suis plutôt flattée que la perspective de me revoir dans cette tenue l’émoustille. Je l’enfile donc à nouveau et je m’amuse à défiler devant lui. Plus je sens l’excitation monter en lui, plus je me sens sexy. Nous faisons l’amour toute la matinée. Un vrai bonheur.

Mardi – 14 heures 11

La semaine dernière, nous avons fait l’amour comme jamais. Certaines fois on a ri comme des fous. D’autres moments étaient plus intenses et passionnés. Cette diversité fait du bien. J’ai l’impression qu’elle booste ma libido. J’envoie un SMS à Laurent pour lui dire que j’ai vraiment apprécié ces sept derniers jours. Et le lien que nous avons recréé.

Mardi – 16 heures 34

Laurent m’a répondu. Son message n’a rien de romantique. Il est d’une toute autre nature. “J’ai envie de toi”. Je souris. Il ne serait pas en train de s’adonner au sexting, mon chéri? J’adore!
Ma réponse: “Et moi de toi”.
Lui: “Tu as déjà enfilé ton body?”
Cette fois, je rigole. Lui, il poursuit sur sa lancée. “Peut-être qu’on devrait acheter de nouveaux sets de lingerie online”. Je lui réponds que je trouve l’idée excellente, puis j’ajoute qu’on devrait en profiter pour commander du nettoyant pour parquet. La preuve que le train-train n’est jamais loin. Laurent m’envoie un smiley en guise de réponse. Et aussi un petit cœur. Pour me faire pardonner de cette parenthèse anti romantique, je termine par un émoticon qui laisse présager de futurs messages pimentés.

Mardi – 20 heures 56

Au lieu de regarder la télé, nous passons la soirée sur Internet. Au programme: un petit shopping lingerie sexy. Ça nous amuse tous les deux beaucoup. On flashe sur une paire de porte-jarretelles, un accessoire que je n’ai encore jamais porté de ma vie. Je ne savais même pas que Laurent pourrait aimer ça. Comme quoi, j’en apprends encore sur lui!

Le simple fait de placer ces jarretelles dans notre panier ressemble à de jolis préliminaires. C’est parti pour une petite parenthèse sous la couette. Mon dieu que c’est bon.

Mercredi – 13 heures 46

En pleine réunion, je me pose une question: est-ce que Laurent se masturbe encore? Moi, ça fait longtemps que je ne le fais plus. Lorsque j’ai envie de sexe, c’est à Laurent que je pense en premier. Suis-je trop sage? Et lui, éprouve t-il le besoin de sexe en solo?

Jeudi – 19 heures 12

Le soir, pendant que nous faisons la vaisselle, j’en profite pour lui poser la question directement. Ça le fait marrer, il me demande pourquoi il ferait ça. Je lui réponds qu’en ce qui me concerne, il ne doit pas se gêner s’il en ressent le besoin. Pour faire monter la température, je lui précise même que je ne serais pas contre le fait de mater. Il rit et me promet de m’appeler si l’occasion devait se présenter.

Vendredi – 17 heures 25

Mon porte-jarretelles est arrivé. Le moins qu’on puisse dire, c’est que c’est un appel au sexe. Je l’enfile en cachette, puis je me place devant le miroir pour regarder le résultat. À ce moment précis, Laurent entre dans la chambre. Piégée! On en rit, avant d’inspecter notre nouveau jouet. Laurent me pousse sur le lit et commence à m’embrasser. Puis, ça part en vrille. Dans le meilleur sens du terme.

Dimanche – 23 heures 05

Nous avons eu un week-end super chargé et la semaine qui arrive s’apprête à l’être aussi. Laurent se colle tout contre moi et m’embrasse la nuque. Il me confie qu’il est très heureux de la nouvelle tournure qu’a pris notre vie sexuelle. La conversation qui découle de cette phrase, j’ai tout fait pour l’éviter. Mais au final, je suis heureuse que nous soyons arrivés à en parler. En fait, nous trouvions tous les deux que notre vie sexuelle s’était engluée dans une certaine routine. Nos ébats étaient passés au second plan. Ce rapprochement nous a fait un bien fou. On se sent plus proches et complices que jamais. Et là, on ne parle évidemment pas que de sexe.

Lundi – 22 heures 53

Plus on fait l’amour, plus on en a envie. C’est mathématique. La preuve: ce soir, Laurent a pris les devants. Contrairement à son habitude, il ne se montre pas délicat et romantique. Cette fois, il semble décidé à dévoiler le vrai mâle qui sommeille en lui. Et j’adore ça.

Dimanche – 14 heures 13

Nous n’avons plus fait l’amour depuis lundi, mais ce n’est pas très grave. Et là, je ne bluffe pas. Je sais que cette fois, ce n’est pas parce que la routine nous a coupé l’envie. Je sais aussi que si nous faisons un minimum d’efforts, elle ne viendra plus s’immiscer dans notre vie sexuelle. Ce qui est certain, c’est que la fréquence des rapports ne m’inquiète plus. L’important, c’est qu’on fasse l’amour avec envie. Le reste…

À lire aussi: