Home Témoignages Témoignage: « J’ai 25 ans et je n’ai encore jamais été amoureuse »

Témoignage: « J’ai 25 ans et je n’ai encore jamais été amoureuse »

Marie a un chouette job, beaucoup d’amis et une vie sociale palpitante. Mais pour une raison inexpliquée, elle n’a pas encore trouvé l’Amour. La jeune femme n’a encore jamais été en couple et en a ras le bol de devoir se justifier.

« À l’école, j’étais tout sauf une fille populaire. Je préférais rester dans mon coin afin de ne devoir parler à personne et de pouvoir observer. Je pense que c’est inscrit dans mes gênes, car mes parents sont aussi comme ça. Ils se sont séparés quand j’avais deux ans, ce qui a sûrement dû jouer. Je n’étais pas très bonne élève, je suis plutôt une manuelle: bricoler, dessiner, créer des choses, ça me plaisait. Mais j’avais beaucoup de mal avec les sciences et les langues. Et ça non plus, ça ne m’aidait pas à avoir confiance en moi.

À l’action

Après mes études secondaires, je ne savais pas vraiment quoi faire. La conception graphique m’intéressait, mais cela semblait trop exigeant.Je me suis alors inscrite dans un bureau d’intérim et j’ai rapidement travaillé dans un magasin de téléphonie mobile. Cela fait maintenant cinq ans. Au début, j’osais à peine parler aux gens (rires). Mais j’ai été bien préparée et j’ai pu suivre différentes formations. Il y a deux ans, des postes de manager étaient ouverts. Je sentais que j’avais envie de tenter ma chance.

Formée à devenir manager

J’ai dû postuler trois fois, et ça m’a demandé beaucoup de travail sur moi. Car comment peut-on coacher les gens quand on n’a soi-même aucune confiance en soi? Mais je le fais aujourd’hui, et ça me rend très fière de moi. Quand me retrouve en réunion e tant que seule femme parmi neuf autres managers hommes, j’arrive à m’affirmer. Mes collègues m’apprécient et me respectent.

Un boost pour la confiance en soi

Cela fait quatre ans que je travaille sur moi et que je pense vraiment à moi. Il y a eu beaucoup de changements quand j’ai commencé à faire du sport et à courir. Je me fixe des objectifs, je fais tout pour les atteindre. Ça m’a tellement donné un coup de boost que j’ai réussi à sortir de ma zone de confort. Devenir plus impulsive dans mes rapports sociaux, parler avec des gens que je ne connais pas bien.

Je me lance des défis au quotidien. Quand on voit qu’on arrive à surmonter ce genre de peur et qu’on le fait bien, ça donne un coup de boost à son ego.

Aucune obligation

Quand on manque d’assurance comme moi, on cherche souvent quelqu’un pour compenser. Quelqu’un qui doit nous rendre heureux ou nous sauver. J’ai donc vite été dépendante des autres. Dès que je rencontrais un homme avec qui ça cliquait, il y avait toujours quelque chose qui foirait avant que ça ne devienne sérieux. On m’a trahie et trompée.

En tant que personne introvertie qui se renferme encore plus vite, il n’est pas étonnant que je n’aie jamais eu de relation sérieuse. Quand j’ai commencé à travailler sur moi, j’ai eu encore moins de place pour quelqu’un d’autre.

C’est chouette quand on a de l’ambition et qu’on est constamment concentrée sur soi, mais ça avait pour conséquence que je laissais difficilement les autres entrer dans ma vie. J’avais des rencards, ou des coups de soir, je ne suis pas nonne! Mais rien avec des engagements. Si un homme ne me montre pas qu’il me trouve vraiment chouette, je n’arrive pas totalement à m’ouvrir à lui. Il me faut vraiment une étincelle pour que je m’intéresse à quelqu’un.

Exigeante

Avec ma vie sociale remplie je suis très heureuse célibataire. J’ai suffisamment d’amis et de collègues. J’ai ma famille pour partager ma vie et je peux profiter pleinement de moments juste pour moi. Prendre un bon bain, me balader avec mon cheval dans les bois. Ou simplement aller en terrasse profiter du soleil.

Il m’arrive de voir les gens me regarder et penser: Pauvre fille. Mais je n’ai besoin de personne pour être heureuse. Je pense qu’une relation doit avant tout être une valeur ajoutée dans la vie, et non quelque chose qui comble un vide.

Mais ce n’est pas facile à trouver. Et évidemment la liste des exigences s’allonge avec le temps. Je veux un homme qui soit mignon, ambitieux et qui soit leader dans l’âme. Je dois déjà donner des instructions toute la journée dans mon travail, je ne veux pas devoir encore le faire dans ma relation! Je veux quelqu’un qui soit là pour moi, qui aie de l’humeur et qui soit stable. Ce qui me manque le plus, c’est une personne en qui je peux avoir confiance, quelqu’un avec qui je peux partager ma vie, sans être jugée.

Le calme plat

C’est la pression sociale qui m’ennuie le plus. La première question qu’on me pose quand je vois un proche: Alors, les amours? Le calme plat, je réponds toujours. Je vois alors qu’on me regarde avec empathie, ou qu’on pense Mais qu’est-ce qui ne va pas chez toi? On me fait des remarques du genre Je ne peux pas croire que tu n’aies toujours pas de copain, tu es pourtant une super nana. Comme si une relation était le seul moyen d’être comblé dans la vie. EJe trouve ça grave. J’ai tellement travaillé sur moi, je suis tellement bien dans ma peau, comme si c’était une relation qui allait me définir?

Vieille fille avec des chats

J’ai parfois quelques inquiétudes. Mais je pense que je ne suis juste encore jamais tombée sur quelqu’un qui me donnait envie de passer plus de temps avec lui. Peut-être est-ce dû au fait qu’avant je n’arrivais pas à mettre les limites, et qu’aujourd’hui je les mets trop vite. Je dois encore trouver un juste milieu.

Le célibat chez l’homme et la femme est regardé différemment. Un homme célibataire est un Don Juan, alors qu’une femme qui n’a jamais eu de relation finira en vieille fille avec plein de chats.

Attention, j’adore les animaux (rires). Je sors beaucoup, je suis ouverte aux rencontres. C’est juste que je n’aie pas encore rencontré le bon. Mais ça viendra, j’en suis certaine. »

Texte: Kaatje De Coninck et Emilie Van de Poel. Photos: Leen Van den Meutter.

À lire aussi:

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.