https://api.mijnmagazines.be/packages/navigation/
Home Témoignages BABYSTORY: “Mon fils a le syndrome de la tête plate”

BABYSTORY: “Mon fils a le syndrome de la tête plate”

Du désir d’enfant à la maternité, mettre un petit être au monde peut parfois s’apparenter à des montagnes russes. Sophie a trouvé les premières semaines avec deux enfants éprouvantes mais aujourd’hui, elle profite plus que jamais de sa petite famille.

Sophie (26 ans) et Tom (29 ans) sont devenus les heureux parents de Liam en mai dernier. Ils avaient déjà une fille, Amélie, née en novembre 2018. “J’ai toujours dit que si j’avais un garçon un jour, il s’appellerait Liam. Le choix a donc vite été fait. Pour notre fille, la recherche du prénom a été moins évidente. C’est en voyant une Amélie dans une série que nous avons pensé à ce prénom”.

Une petite surprise à 4 semaines

“Mes deux grossesses se sont super bien passées, sans maux. Avec Amélie j’ai su que j’étais enceinte au bout de six semaines, avec Liam au bout de quatre semaines. Ma mère a toujours été la première à être au courant de mes grossesses, même avant mon homme! Liam n’était pas prévu, mais c’était une heureuse surprise. Je venais à peine de commencer une formation pour devenir institutrice primaire quand j’ai appris que j’étais enceinte, fin septembre. J’ai “perdu” un an d’étude, mais j’ai eu un merveilleux petit garçon à la place.

Quand le gynéco m’a annoncé que j’étais enceinte, suite à une prise de sang, j’ai fondu en larmes. Je me demandais comment on allait faire pour gérer tout ça. J’ai immédiatement appelé ma mère pour me confier. Quand je suis rentrée à la maison avec Amélie dans les bras, les larmes aux yeux, Tom a été très surpris lui aussi. Nous avons tous les deux dû digérer cette nouvelle avant de nous en réjouir.

Un bébé dans les conditions Covid

Pendant le premier confinement de mars, Tom n’était plus autorisé à m’accompagner pendant les rendez-vous médicaux. Tout le monde semblait oublier que j’étais enceinte puisque personne ne me voyait avec un ventre rond! Le seul avantage de cette période étrange? J’ai pu passer des moments de qualité avec ma fille, avant l’arrivée du bébé, puisque son milieu d’accueil était fermé. Nous avons fait de la randonnée, du vélo… J’ai savouré ces précieux instants ensemble!

J’étais enceinte de 39 semaines et 1 jour, quand j’ai perdu les eaux, en allant chercher Amélie chez son accueillante. Pouf, comme ça, devant la porte. J’ai voulu amener Amélie chez ma maman mais elle n’était pas dispo alors je l’ai laissée chez son accueillante et je suis partie, toute seule, à l’hôpital. Je n’avais toujours pas de contractions mais on ne m’a pas autorisée à rentrer chez moi. Le travail a commencé pendant la nuit et à 10h du matin, je tenais mon fils dans mes bras.

Lire la suite?
Pour un accès illimité à Flair.be, créez-vous gratuitement un compte ! Cela vous prendra moins d'une minute, c'est promis.
Créez-vous gratuitement un profil en moins d'une minute et disposez d'un accès illimité à Flair.be!

Lire aussi: