Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
© Getty

Le nombre d’enfants victimes de pédocriminels à distance a augmenté

Ana Michelot
Ana Michelot Journaliste

Le constat est glaçant, des milliers de vidéos ou photos pédopornographiques prises par les victimes elles-mêmes circulent sur Internet. Un nombre inquiétant qui aurait largement augmenté depuis 2020 selon une récente étude.

La pédocriminalité en ligne est un phénomène qui prend de plus en plus d’ampleur dans notre société actuelle. Les agresseurs se sont emparés des progrès technologiques afin de pouvoir récolter des images à caractère pédopornographiques à distance. Selon un rapport de l’Internet Watch Foundation (IWF), qui s’occupe de repérer ces contenus en ligne et de les supprimer, le nombre d’enregistrements créés par des mineurs manipulés par des pédocriminels auraient augmenté de façon marquante depuis 2020. L’organisation basée au Royaume-Uni a recensé 8000 enregistrements supplémentaires. Selon leur rapport, le pic aurait eu lieu pendant le premier confinement et les contenus seraient majoritairement enregistrés avec une webcam ou un smartphone. Le journal britannique « The Guardian » a apporté des précisions à ces chiffres en expliquant que depuis le début de l’année 2020, une augmentation de 374 % de ces contenus auraient eu lieu chez les enfants victimes âgés de 7 à 10 ans. Avant d’indiquer que la tranche d’âge la plus touchée par le phénomène, est celle des 11-13 ans, qui ont produit 56 000 enregistrements cette année. Bien que cette augmentation peut également être due aux progrès effectués par les organisations en matière de surveillance en ligne, l’Internet Watch Foundation tient à mettre en garde :

Les violences sexuelles sur enfant enregistrées grâce à de la technologie et à Internet n’exigent pas que l’agresseur soit physiquement présent, et se produit le plus souvent lorsque l’enfant est dans sa chambre – un soi-disant « espace sûr » dans la maison familiale. 

Susie Hargreaves

Directrice générale de l’IWF

Lire aussi : À LA TÉLÉ CE SOIR: « Petites », le docu qui aborde l’affaire Dutroux avec un regard d’enfant

Face à ces chiffres inquiétants, l’organisation requiert une surveillance encore plus efficace de la part de la police et des grandes entreprises de technologie, ainsi que des réseaux sociaux afin de traquer les pédocriminels. Mais également une meilleure prévention auprès des enfants sur les dangers d’Internet, par différentes institutions, mais aussi par les parents. 

Lire aussi :

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires