Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…

Free Go: le frigo solidaire à Woluwé-Saint-Pierre

Justine Rossius
Cécile Vainsel, 44 ans, a lancé un frigo solidaire à Woluwé-Saint-Pierre: Free Go, qui offre de la nourriture aux habitants de la commune dans le besoin.

20 % de la population. Un Belge sur cinq se trouve potentiellement dans une situation précaire*. Entre les factures de chauffage, d’électricité et de téléphone, le frigo à remplir, le loyer et les soins médicaux, il n’est pas toujours évident de joindre les deux bouts en fin de mois. Par ailleurs, chaque jour, des tonnes d’invendus encore propres à la consommation finissent à la poubelle. Face à ces constats, une conseillère communale de Woluwe-Saint-Pierre a voulu agir en faveur de la collectivité, afin d’améliorer le quotidien des gens. Lorsqu'elle entend parler du concept de frigo solidaire existant ailleurs, elle décide d’accorder toute son énergie pour lancer le projet Free Go dans sa commune.

 

Remplir le frigo

Cécile part donc à la rencontre de fournisseurs prêts à l’aider. Aujourd’hui, l’équipe est composée de quinze bénévoles qui aident à remplir le frigo et à le nettoyer deux fois par jour.

Pour l’instant, Free Go compte neuf fournisseurs, des magasins de la commune. J’ai aussi été contactée par le restaurant Jules & Charles qui va nous cuisiner de bons petits plats chaque vendredi. En une semaine, nous avons déjà récupéré 1200 kilos d’invendus

raconte Cécile. Tout le monde peut faire un don (pas seulement des magasins) "Nous avons ouvert deux frigos, dont un destiné à chacun qui souhaite apporter à manger pour autrui. Le frigo est ouvert de 8h à 20h tous les jours.“ 

 

Solidarité avant tout

Ce projet est une initiative sociale, solidaire et anti-gaspi. L’écologie est au cœur de Free Go. Cécile: “C’est un vrai mouvement, qui vise à recréer la solidarité dans les quartiers.“ Free Go est libre d’accès.

Ce frigo solidaire est destiné aux habitants de la commune. Il s'agit d'éviter les abus qui mettraient à mal la philosophie du projet. Il n’y a pas de critère d’accès: nous sommes convaincus que les gens qui n’en n’ont pas besoin ne viendront tout simplement pas.

Plus de cinquante personnes en moyenne viennent se servir quotidiennement dans le frigo. Free Go met un point d’honneur à la responsabilisation. “Nous laissons un message sur le frigo ‘pensez aux suivants’. Le principe est que chacun se serve, en pensant à celles et ceux qui passeront ensuite. Le plus frappant, ce sont les bénéficiaires qui nous demandent ‘vous êtes sûre que ça ne devrait pas servir à quelqu’un qui est plus dans le besoin que moi?“ nous raconte Cécile.

 

Une affaire politique

Conseillère communale et conseillère politique au sein d'un parti, Cécile reproche pourtant à la politique d’avoir trop souvent lieu à huit clos. Estimant que les élus oublient parfois qu’ils sont là pour servir la population et améliorer la vie des gens. “Je voulais recréer du lien et du partage.“ Pourtant, dans certaines communes, des projets essuient le refus des autorités. “Les raisons de refus sont sujettes à caution. L’AFSCA (Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire) est au courant de ce projet, et ne peut imposer de normes trop contraignantes, car il ne s’agit pas d’une activité à but commercial. Nous avons établi une charte de fonctionnement qui est clairement affichée sur les frigos. À Schaerbeek, un frigo solidaire existe depuis trois ans, et il n’y a jamais eu aucun malade.“

 

Plus d’infos sur Facebook/LounaSacha1970. Free Go w.s.p. est ouvert tous les jours de 8h à 20h, Rue Louis Thys 4 à 1150 Woluwé-Saint-Pierre.

Interview: Emilie Van de Poel. Coordination: Claire Debongnie.

 

 

Retrouvez d'autres portraits de femmes inspirantes dans "Les Chéries Actives" sur chérieFM.BE.

 
 

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires