Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
Les microparticules sont partout DR Flair Canva

On inhalerait chaque jour 7.000 microparticules de plastique chez soi

Kathleen Wuyard

Vous avez arrêté de fumer pour prendre soin de votre santé? C’est une excellente nouvelle, et on vous en félicite. La mauvaise, par contre, c’est que la quantité de microparticules de plastiques inhalée quotidiennement à la maison ne fait pas de bien à vos poumons…

Selon une étude réalisée pour le compte de la matinale britannique « Good Morning Britain », qui en a diffusé les résultats sur son plateau, on inhalerait pas moins de 7.000 (!) microparticules de plastique chaque jour rien qu’en restant chez soi, une quantité 100 fois plus élevée que les estimations en la matière.

Des microparticules qui proviennent de nos vêtements ou de nos meubles, entre autres, et dont les effets sur la santé ne sont pas à négliger: « elles peuvent affecter l’immunité, le métabolisme, mais aussi les capacités reproductives », sans compter « leur potentiel cancérigène » a mis en garde une pneumologue invitée par « Good Morning Britain » pour décrypter les résultats de l’enquête. Et d’ajouter qu’en telles quantités, les microparticules sont aussi néfastes pour la santé que la cigarette ou l’amiante.

Microparticules mais maxi effets

Des résultats d’autant plus préoccupants que les microparticules ingérées à l’intérieur viennent s’ajouter à celles que l’on avale malgré nous à l’extérieur, et qu’une étude canadienne de 2019 avait estimé entre 70.000 et 120.000 par an, 210.000 pour les personnes buvant de l’eau dans des contenants en plastique. Fantastic, la life in plastic? Bof, en vrai. Mais comment lutter?

Parmi les différents conseils distillés pour réduire tant que faire se peut la quantité de microparticules ingérées, on trouve notamment l’adoption de fibres naturelles (lin, chanvre, coton bio…), l’acquisition d’une Cora Ball, qui promet de capter près d’un tiers des microparticules de plastique libérées lors du lavage des vêtements, mais aussi opter pour le vrac et l’eau du robinet plutôt que l’eau en bouteille et préférer les cosmétiques solides.

Envie de conseils pour vous lancer? Par ici:

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires